JUDAS PRIEST - Redeemer Of Souls (Columbia/Sony Music) - Selection VS du 14/08/2014 @ 08h28
Du triumvirat britannique BLACK SABBATH / JUDAS PRIEST / IRON MAIDEN, à savoir les trois plus grands groupes de heavy metal de l'histoire, JUDAS PRIEST est sans conteste celui qui a la discographie la plus riche et variée. C'est d'autant plus intéressant de se pencher sur la carrière de PRIEST qu'il s'agit d'un combo qui a fait la jonction entre SABBATH et MAIDEN. BLACK SAB' est l'inventeur du heavy, c'est certain, et ce dès les premières notes du premier morceau de leur premier album éponyme en 1970. Mais personnellement, je considère plus SABBATH comme un groupe de heavy rock que de heavy metal. Quand MAIDEN est apparu avec son premier disque en 1980, là nous étions dans le pur heavy metal. Et JUDAS a navigué entre ces deux eaux dans les années 70 (ma période préférée de PRIEST, la plus versatile). Ils ont commencé dans le post-blues progressif / hard rock psychédélique avec le majestueux « Rocka Rolla » en 74 (album à réhabiliter d'urgence, qui pourrait d'ailleurs plaire aux fans de stoner). Puis ont bifurqué vers quelque chose de plus méchant, de plus metal en fait (l'influence de Glenn Tipton y est pour beaucoup, étant arrivé dans le groupe trop tard pour participer à la composition de RR), avec « Sad Wings of Destiny » (76). Et ils ont continué à creuser ce sillon personnel, mélange de hard rock et de heavy metal, dans les années 70, tout en proposant aussi parfois des morceaux atypiques (comme le Queenesque « Epitaph » sur SWOD, des ballades acoustiques, des titres plus pop, etc). Pour entrer de plain-pied dans le pur heavy metal en 1980 avec le classique intemporel « British Steel ». Un heavy metal qui flirtera à certaines occasions avec d'autres styles, comme le hard US commercial avec « Turbo » en 86 (et ses guitares synthé qui ont fait peur à de nombreux puristes, mais il s'agit néanmoins d'un album composé de morceaux imparablement accrocheurs) ou le thrash sur « Painkiller » (1990); il faut dire qu'on peut les considérer également comme un des précurseurs du speed metal, avec des titres comme « Dissident Aggressor » sur « Sin After Sin » (77), « Exciter » sur « Stained Class » (78) ou « Rapid Fire » sur « British Steel ».
Bref, vous aurez compris ce que j'essayais de vous démontrer : JUDAS PRIEST a touché à plein de styles, au delà de son heavy metal dit traditionnel. Le blues, le rock psyché, la ballade acoustique, le hard US, le speed, le thrash, etc. C'est pour cela que se repencher sur sa prolifique discographie est un vrai régal, tant on parcourt des genres musicaux différents. D'autant que PRIEST n'a jamais sorti deux fois le même album, et qu'il a toujours eu un son sensiblement différent d'un disque à l'autre.

L'attente était grande pour « Redeemer of Souls ». Suite au remarquable « Angel of Retribution » (2005 - signant le grand retour de Rob Halford au micro, après son départ en 92) qui faisait un peu office de best of des différents styles abordés dans leur carrière, tout en proposant encore et toujours de nouvelles choses, notamment ce surprenant « Lochness », plus long morceau de l'histoire du Prêtre (13 min) qui donnait dans le doom grandiloquent. Une grandiloquence totalement assumée avec l'album suivant : le controversé « Nostradamus » (2008). Un disque incompris, qui demande de nombreuses écoutes avant d'en saisir la substance, et une écoute attentive qui plus est. Certes, il contient peu de morceaux typiquement metal et mémorables comme PRIEST sait faire, mais c'est un disque très audacieux (beaucoup de guitares synthé, d'orchestrations opératiques, de plages calmes), riche et ambitieux (rappelons qu'il s'agit d'un double concept album sur Nostradamus).
JUDAS a affirmé avant la sortie de ce nouveau disque (leur 17ème) qu'ils reviendraient avec un pur album de JUDAS PRIEST classique. On attendait donc cet opus au tournant. D'autant qu'il y a eu un événement majeur en avril 2011 : le départ de K.K. Downing. Perdre un membre originel, compositeur et co-fondateur du son de guitare de PRIEST aurait pu leur être fatal. Mais un miracle s'est véritablement produit avec l'arrivée de Richie Faulkner. Et j'en ai été le premier surpris au Hellfest 2011 quand je l'ai vu sur scène. Il a fait preuve non seulement d'un niveau guitaristique exceptionnel, mais aussi d'une présence et d'une aisance scénique ahurissantes, alors qu'il faisait partie du groupe seulement depuis deux mois ! Il a totalement bluffé le grand fan de K.K. Downing que je suis. Et plus que ça, Faulkner a revitalisé JUDAS PRIEST, qui comptait vraiment prendre sa retraite (une dernière tournée mondiale et un dernier album) avant l'arrivée de Faulkner. Pour les avoir vus en concert à Paris en 2009 (avec donc Downing) et au Hellfest deux ans plus tard, j'ai noté que le groupe était bien plus motivé et énergique au Hellfest (sans compter la prestation d'Halford, excellent en 2011, plus fatigué en 2009). Ce qu'a confirmé le superbe DVD live « Epitaph » sorti en 2013.

Donc, qu'allaient-ils nous offrir comme album après cette fausse tournée d'adieu ?
Visiblement, l'apport de Faulkner n'a pas seulement été bénéfique au niveau concert, mais également au niveau composition, puisqu'il est crédité comme co-compositeur (avec Tipton et Halford) de l'intégralité des titres de « Redeemer of Souls ». Et là aussi, son intégration dans le groupe s'est faite d'une manière étonnamment naturelle. Lui qui n'avait joué jusqu'à présent que dans quelques combos anglais sans envergure : DIRTY DEEDS, VOODOO SIX, LAUREN HARRIS (tous chapeautés par le papa de cette dernière : Steve Harris), ainsi que sur un album de... l'acteur CHRISTOPHER LEE (qui s'est malheureusement mis au metal symphonique ces dernières années). Et force est de constater sur ce nouveau JUDAS que son jeu de guitare flamboyant, comme pouvait l'être celui de K.K. Downing, est totalement complémentaire à celui de Tipton (plus rigoureux).

La première chose qui frappe à l'écoute de « Redeemer of Souls », c'est la production. L'album a été produit et mixé par Glenn Tipton (derrière les manettes depuis « Jugulator » - 1997) et Mike Exeter, qui a bossé avec Tony Iommi en solo et sur le dernier album de HEAVEN & HELL et BLACK SABBATH. Et cette production est très sèche. Elle surprend au départ, il faut quelques écoutes pour s'y habituer, car c'est vrai qu'elle peut paraître très crue, voire un peu rêche. En fait, la démarche de PRIEST a été de capturer leur son naturel, celui qu'ils ont en répète. Et on peut dire qu'ils y sont parvenus. Jamais un album de JUDAS n'a sonné aussi live, comme s'ils étaient en train de jouer dans la pièce d'à côté. Et ça fait du bien d'entendre un son réellement organique en ces temps de groupes de metal surproduits, au son froid et clinique.

L'album commence de manière on ne peut plus classique avec « Dragonaut », du pur JUDAS PRIEST à l'ancienne, et d'excellente facture. Pareil avec le morceau-titre suivant, période « Defenders of the Faith » (1984) dans l'esprit.
Et on monte ensuite d'un cran avec le terrible « Halls of Valhalla », qui trouvera sans nul doute parfaitement sa place dans les futures setlists de PRIEST. Un titre à la fois épique et bien heavy, avec de superbes mélodies, et LA note de fou furieux atteinte par Halford, sur ce break où il prend une voix très grave -limite death metal- enchaînée (en une seule prise en studio s'il vous plait) avec une montée progressive dans les suraigus assez ahurissante et qui colle des frissons, suivie d'un fabuleux solo de Richie Faulkner.
En parlant de Faulkner, je vous disais qu'il s'est parfaitement fondu au style de JUDAS, c'est notamment le cas sur les célèbres twin guitars (harmonies à deux guitares que PRIEST a largement contribué à populariser dans le hard rock / heavy metal, avec WISHBONE ASH et THIN LIZZY dans les années 70) qu'on retrouve sur plusieurs titres de l'album. Et j'ai même envie de dire que c'est lui qui tire le plus son épingle du jeu, avec des solos impressionnants (Faulkner est à gauche et Tipton à droite du spectre audio).
« Sword of Damocles » est aussi une belle réussite, qui mêle ancien et récent (avec un pont joliment calme), heavy traditionnel et surplombé. « March of The Damned », quant à elle, est plus dans un trip heavy rock pour bikers, comme le groupe aime bien en distiller de temps en temps (et dont les bruits de marche rappellent ceux de « Metal Gods » sur « British Steel »), basique mais entraînante.
« Down in Flames » est un mid-tempo accrocheur typique du PRIEST des années 80 / début 90, avec un beau duel de solos entre Tipton et Faulkner. « Hell & Back », a priori très classique, propose une fin de morceau totalement dans la veine de ce que faisait JUDAS dans les 70's. Et c'est ça qui est bien, l'album peut paraître à première vue très (trop) classique et traditionnel, mais en fait de nombreux titres proposent des changements intéressants au sein même du morceau.
Ceci étant dit, les vraies surprises de « Redeemer of Souls » surviennent à partir de la huitième plage et ce somptueux « Cold Blooded », assurément un des grands moments du disque. Son intro fait penser à celle de « Bloodstone » (sur « Screaming for Vengeance » - 1982), et ce titre se développe ensuite comme un mid-tempo rampant, à la fois très heavy et très mélodique, baignant dans une atmosphère plutôt inquiétante.
Le seul morceau vraiment rapide de l'album, même si quelques chansons s'énervent un peu au niveau tempo à un moment donné, se nomme « Metalizer ». Un titre période « Painkiller », très efficace, avec de la double grosse caisse et des riffs délicieusement acérés.
Mais pour moi, PRIEST est finalement plus intéressant quand il s'aventure vers des choses un peu inédites, comme cette intro bluesy Hendrixienne (riff amené par Faulkner) sur « Crossfire ». Où on remonte carrément à « Rocka Rolla », avec un certain bonheur. Mais, comme je le disais plus haut, JUDAS aime bien nous proposer des mélanges surprenants au sein du même morceau, et ce titre se transforme rapidement en une chanson de blues metal ! Le style de chant d'Halford et ses mélodies vocales ramènent aussi clairement aux fabuleux « Stained Class » et « Killing Machine » (78).
Autre surprise qui s'avère être une des perles de l'album : le Sabbathien « Secrets of The Dead ». Morceau grandiose qui me rappelle les chansons à l'ambiance orientale du fantastique « Crucible » d'HALFORD (2002 – une des meilleures choses que Rob ait sorties tous groupes confondus). L'intro et le pont font penser à « Night Crawler » de « Painkiller ». Quelle merveille que ce morceau heavy et aérien !
Autre titre époque « Painkiller », « Battle Cry » est une remarquable compo, traditionnelle et épique à souhait. Avec une excellente prestation d'Halford, qui fait quelques percées dans les aigus. Dans lesquels il s'aventure finalement très peu sur cet opus. Comme sur les deux précédents PRIEST, il préfère les distiller discrètement mais à bon escient.
Et le disque se conclut sur une note mélancolique avec la magnifique ballade (là aussi avec une intro aux accents bluesy) « Beginning of The End », sur laquelle Halford chante sublimement bien, avec une émotion palpable. Cette chanson est un au revoir émouvant pour clore l'album, qu'on espère pas être le dernier de cet immense groupe.

A noter que la version deluxe de « Redeemer of Souls » propose cinq titres bonus. Tous de bonne facture, mais qui font pour la plupart doublon avec d'autres chansons de la tracklist finale de l'album. Ces morceaux renferment de très bons moments (surtout « Bring it On »), mais ne sont pas aussi indispensables que les titres présents sur ROS. C'est néanmoins judicieux de les avoir publiés, plutôt que de les laisser croupir quelque part.

Je ne sais pas si « Redeemer of Souls » est à considérer comme un classique incontournable de la très riche discographie de JUDAS PRIEST, à ranger aux côtés de grands disques comme « Sad Wings of Destiny », « Killing Machine », « British Steel », « Screaming for Vengeance » ou « Painkiller ». Seul le temps le dira. En tout cas, c'est un disque qui fait un retour en arrière, en offrant une majorité de titres classiques et traditionnels, tout en continuant de proposer des choses parfois plus surprenantes et aventureuses. Mais c'est surtout un album composé de morceaux solides, qui se bonifie au fil des écoutes. JUDAS vient de réaffirmer son identité profonde. Et nous pouvons dire que THE PRIEST IS BACK !




http://judaspriest.com - 128 visite(s)


Rédigé par : Stéphane | 18/20 | Nb de lectures : 17046




Auteur
Commentaire
Ennemie
IP:46.218.45.157
Invité
Posté le: 14/08/2014 à 10h23 - (113207)
A oui à ce point là....

myrk74
IP:109.11.105.185
Invité
Posté le: 14/08/2014 à 10h51 - (113209)
Halford rincé, riffs en berne, tempos patauds, prod à la "Charlie Bauerfeind". A bâiller!

GabinEastwood
Membre enregistré
Posté le: 14/08/2014 à 10h57 - (113210)
Un bon album mais en dessous de Angel of retribution. C'est bien joué, bien produit mais c'est quand même un peu mollasson. Le groupe a toujours été bon pour les mid-tempo mais là il manque un petit truc pour qu'on s'y fasse vraiment

Un disque dans la moyenne, mais en dessous des chef d'oeuvre du Priest !



TITXMEN
Membre enregistré
Posté le: 14/08/2014 à 11h07 - (113212)
Il est délicat, à mon avis, en 2014, de juger un disque d'un groupe cultissime comme le Priest. Comment ordonner à son cerveau de se défaire des hymnes "Painkiller", "Breaking The Law", etc... pendant l'écoute de Redeemer Of Souls afin d'être le plus objectif possible? Pour ma part, c'est très très difficile...
Et le même problème se pose avec Metallica par exemple... Quand j'ai écouté "The Day That Never Comes" la première fois, pourquoi avoir essayé de faire automatiquement une comparaison avec "One"?

En essayant d'être le plus ouvert et objectif possible, il faut reconnaître que ce disque est vraiment une bonne surprise. La chro résume l'essentiel (Halls Of Valhalla, quel morceau!!!)... Je pense simplement que ce disque ne trahit absolument pas l'esprit du Priest, et il s'agit assurément d'une bonne surprise en terme de sorties de 2014. Une collection de nouveaux morceaux que j'écoute régulièrement avec plaisir...





Dittohead
IP:2.2.78.253
Invité
Posté le: 14/08/2014 à 11h09 - (113213)
Grand fan du Priest, je trouve cet album juste moyen. Quelques bons morceaux par ci par là, mais cet album est quand même mou du genou. Halford est à la peine. La magie est partie malheureusement.

La note de 18/20 je ne comprend pas...

gloom
IP:78.244.225.86
Invité
Posté le: 14/08/2014 à 11h47 - (113217)
18/20 loooooooooool
certainement le plus mauvais album de leur disco !
faut diminuer la colle à rustine !

KRAPOW
IP:90.33.53.16
Invité
Posté le: 14/08/2014 à 12h13 - (113218)
Minable. C'est pire que du Pantera, c'est tout dire.

MetaliDeth
Membre enregistré
Posté le: 14/08/2014 à 12h53 - (113219)
Très très bon disque !! C'est sur que pour un fan de death/black ça peut paraitre mou, mais ya pas que la vitesse dans la vie, les mélodies et l'inspiration sont là, les riffs très bons et après une dizaine d'écoutes je reviens toujours dessus en découvrant de nouvelles choses à chaque fois ! Je ne vais pas dire Priest is Back mais Priest is still killer

gothenburg
Membre enregistré
Posté le: 14/08/2014 à 13h29 - (113220)
bon album 14/20 mais c'es tout

+ quelques bonnes zik
+ un Halford de bonne presta

- les compos limitées dans l'ensemble
- la production à chier, manque de medium haut et d'aigue
- 3 accords par compos (HALLS OF VALHALLA?)






Troll
IP:78.211.17.106
Invité
Posté le: 14/08/2014 à 14h05 - (113221)
Rassurez moi, le 18 c'est parceque c'est Judas ? Non car sa aurait n'importe quel autre groupe lambda qui aurait sortis sa, en plus de passer inaperçue, sa recolterais pas plus qu'un 13/20.

Floyderz
Membre enregistré
Posté le: 14/08/2014 à 16h46 - (113224)
Ah, le bon vieux débat...quand on voit les différences d'appréciation selon les gens, du pire au meilleur, on se dit que le mieux c'est encore de se faire sa propre idée.
Perso, j'ai beau être dans le métal depuis presque 25 ans, écouter du black aussi bien que du heavy, du hardcore ou de l'indus, je n'ai jamais été fan du Priest. Sauf Painkiller que je trouve absolument monumental.
Après je me dis qu'à ce stade de carrière, c'est comme pour Maiden, Metallica et Motorhead, un nouvel album ne peut se noter objectivement.
Les fans peuvent aimer ou détester, peu importe. Le groupe est tellement énorme que prendre du recul est impossible.Même pour un morceau qui parait anodin, ben c'est un morceau du Priest...

Will
IP:90.41.48.47
Invité
Posté le: 14/08/2014 à 21h40 - (113228)
Avec Robot Halford au chant, des grattes pas en place, et une inspiration aux abonnés absent... 18 c'est vraiment histoire de rigoler, ou pour ne pas faire de peine aux petits vieux...

hammerbattalion
Membre enregistré
Posté le: 14/08/2014 à 21h53 - (113229)
Houahhhh, quelle kro Stéphane, on sent le fan hardcore. J'adore Priest (avec Halford), de Rocka Rolla à Angel of Retribution. Leur prestation au Hellfest est l'un de mes meilleurs souvenirs de concert, une bonne leçon de Heavy!

Mais là, j'ai beau me le passer sur Deezer, je ne retiens absolument rien, et pas une grosse envie d'y revenir, je vais essayer de persévérer.

Bon, par contre je radote, mais 18/20, c'est Painkiller, Powerslave, Seasons In The Abyss ou Rust In Peace...

Burn
IP:86.199.249.108
Invité
Posté le: 15/08/2014 à 00h57 - (113230)
Super album, sans temps morts. Sortir ça après avoir traversé quatre décennies, je dis bravo.

Mickey
IP:90.33.78.206
Invité
Posté le: 15/08/2014 à 10h49 - (113234)
Ah la chro de fan...difficile d'être objectif hein ? :)

Album sympa qui tourne régulièrement dans ma bagnole ou en bossant, critère significatif d'un disque qui tient la route en ce qui me concerne ^^

Un 14/20 me semble approprié.

AkiraToriyama
Membre enregistré
Posté le: 15/08/2014 à 20h01 - (113237)
18/20 hahahaha mais quelle poilade

Moshimosher
Membre enregistré
Posté le: 17/08/2014 à 13h54 - (113240)
Franchement, de Judas Priest, je n'ai que le single Night Crawler... Et bien, ce que j'entend du dernier album me donne vraiment envie de m'y mettre un peu plus au Priest ! :)

N'étant pas, à la base, un fan du Priest, un 18/20 ne me choque cependant pas du tout...



Nem Vapeur
IP:86.210.189.223
Invité
Posté le: 17/08/2014 à 21h13 - (113243)
On s'emmerde un chouïa mais c'est très bien fait, 13 ou 14 pour le commun des mortels, 18 c'est une note de fan hardcore.

Deadheads
Membre enregistré
Posté le: 17/08/2014 à 21h38 - (113244)
De ce que j'ai écouté, c'est déjà nettement plus agréable et inspiré que le totalement INUTILE "13" de Sabbath...

Comme le vieux dragon du dessus, ça m'a donné envie de me replonger dans la disco du groupe, SFV et Painkiller prioritairement !!!

Stéphane
Membre enregistré
Posté le: 18/08/2014 à 20h13 - (113250)
Puisque certains remettent en cause mon objectivité, je vais clarifier deux, trois choses.
Quand je chronique un album, je me place en face de l'œuvre, et pas au-dessus ou en-dessous. Je juge la qualité intrinsèque de l'album. Et je le replace ensuite dans la discographie du groupe.
Ce n'est pas parce que je suis particulièrement fan d'un groupe que cela va me rendre aveugle et totalement subjectif. Je dirais même au contraire. Etant donné que je connais bien la carrière du groupe en question, je suis encore plus pointilleux et exigeant, car je sais ce dont il est capable.

Concernant ce nouveau Priest, je persiste et signe pour ce qui est de la note de 18/20. Evidemment, comme pour toutes les chroniques qui suivent l'actu au plus près, je manque forcément de recul. Néanmoins, pour avoir bien écouté cet album, je trouve qu'il s'agit de leur disque le plus solide depuis "Painkiller". Les compos sont dans leur ensemble (riffs, mélodies, structures) très inspirées. La prod est ce qu'elle est (et je conçois qu'elle puisse rebuter certaines personnes), mais je préfère largement cet aspect brut et organique à la surproduction. Oui, elle manque de medium et de basse, mais c'est le son de Priest qui est naturellement comme ça.
Quant à la prestation de Rob Halford, je la trouve remarquable. Il n'a plus les capacités pour envoyer comme un porc, tout en puissance (que ce soit dans les mediums ou les aigus), mais en même temps quel chanteur de sa génération a encore les capacités vocales qu'il avait dans les années 70 / 80, à part cet extra-terrestre de Glenn Hughes ? Il chante cependant admirablement bien tout au long de l'album, s'adaptant à chaque chanson, et délivre au passage quelques superbes performances ("Halls of Valhalla", "Cold Blooded", "Crossfire", "Battle Cry") qui prouvent qu'il a encore de très beaux restes.
Le reproche qui revient apparemment le plus souvent concernant Redeemer of Souls est le fait qu'il serait "mou". Il n'y a sur cet album que deux morceaux qui auraient pu figurer sur "Painkiller" et personnellement, ça me suffit. Parce que je suis agacé de constater que beaucoup de métalleux français ne ramènent Judas qu'à cet album. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle j'ai pris le temps de revenir sur leur longue carrière en première partie de chronique, pour rappeler, au cas où, que Priest a une discographie très riche et variée, et qu'il n'a pas donné QUE dans le heavy / thrash à la "Painkiller", loin de là. Sur leurs autres albums, il n'y avait toujours qu'un ou deux morceaux speed, c'est tout. Donc NON, Redeemer of Souls n'est pas mou.
Pour moi, il ne contient aucun titre faible, offre une structure globale cohérente et bien agencée, et propose quelques morceaux exceptionnels qui resteront comme des chansons marquantes dans leurs 40 années de carrière, j'en suis certain. Je pense à "Halls of Valhalla", "Cold Blooded", "Crossfire", "Secrets of The Dead" et "Battle Cry".
Donc OUI, j'ai noté cet album 18/20.

Ivan Grozny
Membre enregistré
Posté le: 18/08/2014 à 23h15 - (113253)
Je trouve très étrange qu'un chroniqueur doive justifier à posteriori une critique, mais pour le coup, ton argument de départ tient difficilement la route. Cela donne du coup un petit côté "j'ai mieux compris que vous tous". Une bonne critique d'un admirateur enthousiaste sachant faire parler son cœur aura toujours plus de valeur à mes yeux qu'une autre supposée objective alors qu'elle l'est d'autant moins venant de quelqu'un particulièrement fan. Assume ton 18/20, ce n'est qu'un instantané, comme tu dis donné sans recul. Ta chronique m'a donné envie de l'écouter, c'est ici l'essentiel. Pour moi (aussi), Redeemer of Souls ne vaut qu'une mention assez bien 12-14/20, c'est un disque de qualité mais pas exceptionnel.

Stéphane
Membre enregistré
Posté le: 18/08/2014 à 23h47 - (113254)
Je l'assume totalement Ivan, comme je l'ai dit dans mon précédent commentaire. Et EN AUCUN CAS je ne me place au dessus de qui que ce soit. C'est juste le côté "ouais, c'est une chronique de fan hardcore, donc pas objective pour un sou" de plusieurs commentaires qui m'a dérangé.
Je suis un grand fan d'Alice In Chains par exemple. Je n'ai pas accroché à leur dernier album, et je l'ai clairement exprimé dans ma chronique.
Si Redeemer of Souls avait été du niveau de Made of Metal, le dernier album solo d'Halford (d'ailleurs les deux opus se ressemblent pas mal dans le style), j'aurais dit que c'est un disque moyennement inspiré. Mais ce n'est pas le cas, pour moi.

Ivan Grozny
Membre enregistré
Posté le: 19/08/2014 à 00h23 - (113255)
Quand je parle d'assumer ta note, c'est justement de ne pas venir le faire dans un commentaire ;-) Tu auras évidemment compris que je ne te fais pas de procès d'intention quant à l'idée de se placer au dessus de la mêlée. C'est juste le fait d'écrire un commentaire en sus de ta critique qui donne ce côté, après plusieurs avis mitigés. Mais peu importe. Le côté "ouais, c'est une chronique de fan hardcore, donc pas objective pour un sou" fait partie du jeu. Mettre les pieds dans le plat, avec passion et conviction, c'est ça qui est intéressant. Si certains y voient de l'aveuglement, tant pis pour eux. Ce qui serait bien pour ce genre de disque "polémique", ça serait en fait d'avoir une deuxième chronique. En attendant, la tienne est très bien.

Stéphane
Membre enregistré
Posté le: 19/08/2014 à 00h45 - (113256)
Ok Ivan, pas de souci. ;) Et merci pour le compliment.
Sinon, j'ai remarqué l'autre jour que l'intro de "Crossfire" (le morceau que j'ai joint à cette chronique) ressemble beaucoup à celle de "I" de Black Sabbath sur "Dehumanizer" (autre album avec une production très sèche). Voilà. :)

hammerbattalion
Membre enregistré
Posté le: 20/08/2014 à 12h53 - (113266)
Deshumanizer, en voilà un album monstre. Bon, pour la note, après tout chacun fait comme il l'entend, l'album t'a plu, c'est l'essentiel, après, va-t-il passer l'épreuve du temps?

C'est marrant ce que tu dis sur la préférence qu'ont les français sur Painkiller. Pour moi, c'est leur top, et aussi le premier Priest que j'ai entendu, mais à l'époque je n'arrivais pas à me faire aux vocaux. Il a fallu que j'emprunte une partie de leur disco à la médiathèque locale pour apprendre à apprécier le style d'Halford et sa bande.

Par contre, il n'y a pas photo, je reviens plus souvent sur Resurrection, Crucible et Made Of Metal, que sur les derniers Priest.

gothenburg
Membre enregistré
Posté le: 20/08/2014 à 14h17 - (113268)
stephane quand tu dis que la prod de l'album c'est le son naturel de priest désolé, je veux bkien être concilliant mais tu as tort.

Si c'était le cas alors le live epitaph sonnerait de même. Ainsi que tous les autres lives. En live le son est tranchant et les equa sont equilibrées, rien avoir avec ce son sec horrible sur tout l'album et ce qui va l'encontre d'une suposée prise de partie sur l'apsect naturel, la présence constente de réverbe sur toutes les musiques démontre le contraire.

En fait bref on sera pas daccord là dessus, toutefois tu as ton avis et nous avons le notre et je respect le tiens (sauf sur la prod ou je ne suis définitivement pas d'accord :D )

hammerbattalion
Membre enregistré
Posté le: 27/08/2014 à 22h29 - (113318)
J'ai persévéré.Je commence à bien entrer dans cet album à vrai dire, pas taper. la prestation d'Halford est magistrale (Sword Of Damoclès), qui a dit robot? Bien au dessus de la masse de tout ce qui se fait actuellement en heavy metal, à part peut-être Accept.

Alors pour moi çà sera 14/20, pas 15 parce que je ne suis pas trop fan du son et il manque un pavé épique à la Loch Ness.



Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker