JOHNNY ROTTEN - La rage est mon énergie : John Lydon alias Johnny Rotten (Seuil) - 17/04/2015 @ 07h45
"A l'époque de Metal Box, je continuais à me fader les fondamentalistes du punk qui restaient coincés dans leurs stéréotypes. Ils n'étaient pas prêts à passer à autre chose et c'était eux qui me critiquaient le plus férocement : "C'est pas du punk, t'es un vendu !". "Oh, lâchez moi un peu la grappe ! Vos Doc Marteens, c'est grâce à moi que vous les portez, alors apprenez à marcher avec... ou plutôt, changez vos pompes, tiens en voila une nouvelle paire !"
Johnny Rotten "La rage est mon énergie"

John Lydon, alias Johnny Rotten, n'a jamais été connu pour être un homme qui a la langue dans sa poche, pas plus qu'il est réputé pour sa diplomatie et son sens de la demi mesure. Légendaire figure des SEX PISTOLS, chanteur de PIL, acteur, animateur et grand provocateur devant l'éternel, l'homme au verbe acerbe et au regard perçant a, à son palmarès, quelques uns des coups d'éclats les plus rocambolesques de l'histoire du rock n' roll. N'ayant visiblement pas tout craché dans son précédent bouquin de 1993 "Rotten : No irish, no blacks, no dogs", notre irlandais à la dentition contrariée revient aujourd’hui sur 550 pages nous expliquer quelle est son histoire, délivrer sa vision de la vie et préciser quelques points qu'il souhaitait ponctuer "à l'ancienne".
Ayant grandi à Carmaux, j'ai très vite été en contact avec le Punk, ses codes vestimentaires et ses groupes de légende. Les moyens d'informations étant à l'époque beaucoup plus limités qu'aujourd'hui, nous devions nous en tenir aux propos des aînés (souvent fantasques) et quelques magasines spécialisés Punk/Hardcore. Le punk français ayant à l'époque plus de crédit qu'aujourd'hui, j'ai d'abord entendu les BERURIERS NOIRS et LES GARÇONS BOUCHERS avant d'entendre THE EXPLOITED, THE CLASH et évidement les SEX PISTOLS. Assez étrangement, les Pistols souffraient d'une image particulièrement négative auprès de plusieurs punks, beaucoup leur reprochant de n'être "qu'une Arnaque, une farce composée de musiciens médiocres et complètement pré fabriqués". Oui, je sais, c'est étrange. Difficile à l'époque de s'écarter des idées reçues tant les sources d'informations étaient minimes, il fallait donc se rabattre sur la musique et l'unique album des Pistols. Je n'ai pas été déçu du voyage tant la découverte de cet album m'a fait l'effet d'une bombe.
Difficile en effet de nier que si cet album n'est pas le précurseur de la musique Punk, il est en une des personnalisations la plus réussie, si ce n'est LA plus réussie. Tout dans cet album respire l'inventivité, la colère, la rage et cette sorte de prétention outrecuidante qui deviendra un des dix commandements "alternatifs" des années qui suivront. Rien à jeter sur "Nevermind the Bollocks : Here's the Sex Pistols", et plus le temps passe, plus je réalise combien cet album a été d'une importance capitale pour la musique contemporaine.

Figure de proue des PISTOLS et de PIL, John Lydon est l'incarnation parfaite du chanteur de Punk et plus largement du provocateur à la mode britannique. De son enfance dans un sordide quartier de Londres à sa découverte de la musique, Lydon raconte sans fausse pudeur sa jeunesse turbulente qui conduira à la naissance du musicien que nous connaissons tous.
Alors bien sûr, la création des Sex Pistols est décortiquée ainsi que toute leur (courte) histoire, mais cette partie ne représente pas la majorité du propos. La carrière musicale de Rotten s'est en effet surtout construite avec PIL, le groupe ayant proposé neuf albums studio, des dizaines de bootlegs et des concerts par centaines. Drivé par une irrésistible envie de proposer une musique variée et excitante, Lydon a défriché de nombreux territoires musicaux, s'est aventuré dans de nombreux dédales peu fréquentés et s'est parfois distingué par une audace musicale absolument remarquable. Constamment pourtant, l'homme est resté au milieu de polémiques, au centre de tourbillons de violences (beaucoup de concerts étant émaillés d'événements pour le moins mouvementés) et accusé d’à peu près tout et n'importe quoi.
Pendant longtemps, j'ai eu de Rotten l'image d'un connard de premier plan à l'outrecuidance pharaonique. Il m'est longtemps resté en mémoire la conférence de presse qui avait eu lieu avant la reformation des SEX PISTOLS où il s'était distingué par un comportement défensif où il tirait à boulets rouges sur tout les journalistes présents dans la salle.
A plusieurs autres reprises, j'ai lu de sa part des déclarations particulièrement provocantes alliés à des agissements par toujours en lien avec qu'on peut attendre d'un comportement Punk (les émissions de télé réalité, le projet de film avec Justin Timberlake dans le rôle titre...). Seulement voilà, je minimisais à l'époque la capacité de Lydon à manier l'ironie et le sarcasme et j'interprétais trop souvent ses attitudes provocatrices comme de bêtes et frontaux agissements de hooligans en furie. Et c'est précisément sur ce point que cette auto biographie est intéressante car elle permet de comprendre le fonctionnement de l'esprit de Lydon et sa façon de véhiculer les idées. Car oui, Lydon est un homme pertinent et assez réfléchi, tranché dans ses propos et ses idées mais étonnamment modéré et parfois déroutant dans plusieurs de ses positionnements. Du coup, même s'il est difficilement envisageable d'être d'accord avec lui sur tout les points, plus on apprend à le connaître et plus on le comprend sur bien des points. Liés à la même femme depuis toujours, fidèle en amitié et intransigeant pour tout ce qui concerne les questions musicales, Lydon nous invite à un voyage passionnant où rien n'est jamais figé et où la remise en question semble être le mot d'ordre.

Souvent très drôle, Lydon possède un sens de l'humour très pince sans rire. Affichant sans difficultés les personnes qu'il n'aime pas, le chanteur s'acharne surtout sur Malcolm Mc Laren (qui en prend vraiment plein la gueule), Joe Strummer et THE CLASH et ses anciens collègues dans une moindre mesure. Sa carrière ayant été tellement variée (et contestée) que le bonhomme verse parfois un peu trop dans la justification systématique, un peu comme s'il devait se justifier sans cesse de tout ce qu'il entreprend. Déficit de reconnaissance ? On peut se poser la question tant la vie du musicien semble être une sorte de combat permanent où tout prend des allures de foire d'empoigne. Heureusement, le flegme n'est jamais non plus très loin et le truculent chanteur finit toujours par s'en sortir à l'aide d'une habile pirouette ou d'un bon mot bien senti. Aaaah, Perfide Albion... on peut pas te test.
Agréable, agrémentés de belles photos et sans concession aucune, "La rage est mon énergie" est un bouquin passionnant qui vaut autant son poids réel que son poids de sensations fortes.


Titre : "La rage est mon énergie. John Lydon alias Johnny Rotten"
Par : John Lydon et Andrew Perry
Editeur : Seuil
Traduit par : Marie Mathilde Burdeau et Marc Saint Upéry
Nombre de pages : 714
Prix : 25 Euros



Rédigé par : Pamalach | Punk's not dead/ | Nb de lectures : 9060




Auteur
Commentaire
CromCruach
Membre enregistré
Posté le: 17/04/2015 à 19h43 - (116529)
Toute la démesure, la connerie et l'intelligence, la putassarie et l'intransigeance du punk en un bonhomme.

hammerbattalion
Membre enregistré
Posté le: 17/04/2015 à 22h21 - (116530)
Je lé pa lu mé cé de la merdes. Non, elle est sympa ta kro (du coup tu vas être obligé de faire une remember nevermind...). Pas trop attiré par le punk mais pas mal par l'humour rosbif, si je tombe dessus à la médiathèque.

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker