JESUS CRÖST - 1986 (Bones Brigade) - 06/08/2014 @ 08h02
1986 : Thématique nucléaire avec Tchernobyl ? Concept-album sur Highlander ? Album dédié à Cliff Burton ? Célébration de la naissance de Lady Gaga ?

Hé bé non, pour qui connait un peu les deux gais lurons se cachant derrière JESUS CRÖST, forcément, cette année se réfère au football, bien évidemment (et à la finale de la coupe du monde, perdue par l’Allemagne cette année-là).
Déjà aidé par la pochette joyeusement colorée, les fins connaisseurs de starlettes dopées en short courant après un ballon auront fait le lien entre le nom de l’album et les intitulés des 22 morceaux, mettant en avant des joueurs de foot actifs en 1986.

Les furieux JESUS CRÖST sont donc de retour pour notre plus grand plaisir, après un ‘010’ intense et rageur. Un retour posthume malheureusement, car le groupe s’est récemment séparé… Furieux, intense, rageur : les amateurs de powerviolence connaissent bien le messie du fastcore.
Mais...
Il y a un mais...

Le précédent Ep du groupe, ‘Fuck Powerviolence... This Is Groovy Gore Grind!’ (sorti l’année dernière), aurait du nous (me) mettre la puce à l’oreille : JESUS CRÖST a choisi d’évoluer ! On croit rêver, depuis quand les groupes de Powerviolence évoluent… ?!
Et comme une mauvaise nouvelle n’arrive jamais seule, le groupe a opté pour une évolution avortée et moins captivante que ce qu’il faisait jusqu’alors.

Terminé le powerviolence extrêmement basique et furieux, JESUS CRÖST joue désormais une sorte de mix étrange entre FastCore, Goregrind et Slaming Death…
Étrange, intriguant...

Le gros point négatif est que toute la furie d’antan, toute l’incroyable énergie musical jouissif de "Töt" et "010", s’est considérablement estompée, au profit d’une espèce de groove pas dégueu, mais sans consistance.

Le groupe a préservé certaines explosions Powerviolence, certains saccades propres au ‘Stop & Go’. Les titres sont d’ailleurs globalement courts et expéditifs.
Mais tant au niveau des riffs que des cris, l’évolution Goregrind est bien présente, et cela risque fort de déstabiliser les fans.
Un titre comme ‘Jose Chilavert’, avec son espèce de mid-tempo groovy et ses cris de cochons en rut, aurait nettement plus sa place sur un album de ROMPEPROP ou de JIG-AI, tandis qu’un ‘Tony Polster’ ou un ‘Nicolas Foubert’ évoquent carrément VOMIT REMNANTS ou WAKING THE CADAVER… Vous voyez le topo… !

Que ça soit les riffs (orientés Goregrind ou Death), comme les cris (grunt, gruik et chant guttural), tout évoque l’univers du goregrind ou du Brutal Death Metal.
Une différence de pacotille pour les fans de Dream Theater, mais une différence de taille pour les amateurs de JESUS CRÖST.

Sans être fondamentalement mauvais, ‘1986’ déstabilise et… déçoit, il faut être honnête.
L’invention de cet espèce de Fast/goregrind à tendance Slamming Death n’est pas une mauvaise idée en soit, mais la cohésion fait malheureusement défaut. Le duo oscille entre ces différents univers, sans vraiment réussir à trouver d’équilibre qui rendrait son album attractif.

De plus, quand on écoute du JESUS CRÖST, on a simplement envie de s’envoyer du powerviolence arraché et déjanté, pas de danser dans notre salon.
On a envie que les 20 titres expédiés en 15 minutes nous fassent saigner des oreilles, pas qu’ils nous fassent gentiment headbanguer…
Et même si le contenu musical proposé ici ne manque pas d’intérêt, même si cet agencement musical est intéressant, je n’arrive pas du tout à accrocher…

Quand MARTYRDÖD fait évoluer son Crust/HxC, on crie au génie, car la qualité est indéniable.
Quand ULVER se la joue intimiste et acoustique, on se prosterne, car le talent est indéniable.
Quand JESUS CRÖST fait évoluer son Powerviolence, on risque fort de crier à l’imposture, car le résultat n’est pas à la hauteur de ce qu’on pourrait espérer….

Dommage que cet excellent groupe nous quitte sur cette demi fausse note.




Rédigé par : ..::Ju::.. | 11/20 | Nb de lectures : 11890




Auteur
Commentaire
Floyderz
Membre enregistré
Posté le: 06/08/2014 à 09h42 - (113122)
N'étant pas du tout fan du genre, je ne me permettrais pas de critiquer la qualité de cet album. Je rassure cependant Ju, je ne suis pas non plus adepte de Dream Theater.
Ce qui me fait réagir, c'est à quel point le jargon utilisé et les groupes cités ne me parlent pas. C'est pas dit méchamment ou de manière péjorative, loin de là, mais je me suis tellement surpris au bout de 25 ans dans le métal à rien capter aux références d'une chronique que voilà, je voulais le partager.
Je me dis que mes collègues fans de Coldplay auraient la même incompréhension si je devais leur explique que le Death Metal de Tampa n'a rien à voir avec celui de Gotheborg...
Marrant...

prout
IP:130.223.51.207
Invité
Posté le: 06/08/2014 à 10h08 - (113123)
Perso j'ai tout pigé :D

Trez
Membre enregistré
Posté le: 06/08/2014 à 11h42 - (113127)
C'est un peu chiant mais un peu sympa aussi (surtout quand ça sonne comme du Yacøpsæ death metal).



..::Ju::..
Membre enregistré
Posté le: 06/08/2014 à 15h45 - (113130)
@Floyderz
Haha, oui c'est carrément vrai, tu as raison...
Tout est question de référentiel...
Le style pratiqué ici est tout de même assez particulier ; le résumer en parlant de Punk et de Death n'aurait pas d'intérêt (même si, forcément, on retrouve ce type d'influences...)

Tu pointes du doigt un truc intéressant, au final : comment réussir à rendre une chronique intéressante pour les fans du groupe/style (sans généralités inutiles), et compréhensible pour ceux qui n'y connaissent rien (sans termes trop spécifiques) ..?
Par ex. sur du Jesus Cröst, ce n'est pas évident de ne pas parler de Powerviolence. Mais ce n'est pas un terme très courant non plus, et il ne signifie rien pour les fans de Heavy par exemple...
Je ferai plus attention à ce genre de choses à l'avenir...

Floyderz
Membre enregistré
Posté le: 06/08/2014 à 16h47 - (113131)
Pas sûr que tu ais à faire plus attention! au contraire, on est sur quelque chose de précis qui mérite d'être abordé avec toute la connaissance et les références que tu possèdes. C'est très bien comme ça.
Après le meilleur juge reste l'écoute.
Et puis cela plaide en faveur de la grande diversité et de la richesse qui se cache derrière les termes "métal" ou "hard rock" utilisé par le grand public.
Ça remet aussi l'église au milieu du village, j'ai beau être assez éclectique, ben j'en ai encore à apprendre!

tsjorog
Membre enregistré
Posté le: 06/08/2014 à 17h02 - (113132)
tres tres bon ^^



senior canardo
IP:109.16.123.253
Invité
Posté le: 08/08/2014 à 12h30 - (113154)
faudrait essayer de passer le 33t en 45 ..;) c'est peut etre une blague ;) ça m'a fait ça pour un 45t de phobia un our et je me dis p'tin c'est lent ...) et en passant en 33 je dsi ouf ...

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker