JASAD - Rebirth Of Jatisunda (Sevared / Extreme Souls) - 22/12/2013 @ 23h22
JASAD... Ben punaise, je n'y croyais plus... !
Je peux vous dire que je l'aurais attendu, cet album !
Annoncé depuis 2010, "Rebirth Of Jatisunda" ne parvient jusqu'à nos oreilles cloutées que maintenant... Une attente fébrile, 8 ans après la tuerie "Annihilate the Enemy", à peine tempérée par la mise à disposition de 2 nouveaux titres en août 2010.
Une attente fébrile, qui forcément a mis sous pression le fan que je suis, mettant à mal ma patience, amplifiant mes espoirs. Me faisant perdre tout repère objectif.

JASAD, c'est ni plus ni moins que le "Consume The Forsaken" de DISGORGE assaisonné à la sauce indonésienne. Autrement dit, ce groupe pratique un Brutal Death suffocant, intense et ultra compact. Un régal, en gros.

Et, alors, ce "Rebirth Of Jatisunda" ?
Et bien... difficile d’être terriblement enthousiaste, malheureusement...

D’une brutalité suffocante et accaparante, JASAD a glissé vers une Brutalité frontale et plus linéaire. Le résultat est réussi, mais paradoxalement décevant.
Réussi, car "Rebirth Of Jatisunda" est une ode au Brutal Death annihilant, celui qui maitrise l’art du changement de rythme et du riff qui tue.
Décevant, car j’attendais mieux que ça, de la part du groupe, et je ne retrouve dans "Rebirth Of Jatisunda" qu’une copie de ce que le groupe proposait en 2005.

Impression à relativiser, bien entendu, car je ne peux m’empêcher de me faire l’avocat du diable, et amplifier (à tort ?) les maigres défauts de ce nouvel album, mes attentes démesurées pesant lourd dans cette prise de position.

Le son, sec et équilibré, est idéal pour distinguer tous les instruments, pourtant j’aurai préféré un étau sonore semblable à celui de "Annihilate The Enemy".
Musicalement, pas de surprise : JASAD poursuit sa croisade, mettant à rude épreuve le corps (et notamment les cervicales) avec son style musical intense et implacable.
Plus que du Brutal Death, Jasad œuvre dans la frange brutale du Brutal. Un pléonasme, qui traduit surtout l’aptitude du groupe à plonger l’auditeur dans un carcan oppressant, violent mais redoutablement attractif.

Une musique assez difficile à assimiler, mais ô combien jouissive quand on arrive à distinguer les volutes d’addictions au milieu de la brume de blastbeats.
Exigeant, ce style ne laisse pas beaucoup de place aux approximations. Et JASAD s'en sort, malgré tout, plutôt bien. Sans non plus posséder les qualités musicales et techniques d’ORIGIN, Jasad se débrouille suffisamment bien pour éviter le naufrage.
Outre sa totale subjectivité, le brutal Death ‘à l’américaine’ est un style musical ultra casse-gueule, où le moindre petit grain de sable peut faire basculer une ogive dans la catégorie des groupes sans âme.

A ce petit jeu, Jasad évite les écueils, et provue son abnégation et ses qualités musicales. Même s’ils n’ont pas à rougir de la comparaison avec leurs ainés, en raison d’une maitrise réelle, les indonésiens restent cependant cachés dans l’ombre de Disgorge et de ses sbires.

Pourtant, ils pourraient sans soucis rivaliser avec eux : car le groupe manie parfaitement l’art du changement de rythme, du blastbeat et de la brutalité défoulante, il maitrise l’enchainement de riffs légèrement chiadés et accrocheurs, il maitrise le chant guttural et growlé, le tout dans une cohésion réelle.
Sans oublier son atout principale : une férocité réelle, une sorte de rage, qui génère une intensité omniprésente et suffocante. Cette violence dans la violence, cette virulence musicale est un atout indéniable, qui rend JASAD attractif.

Mais, à mon grand regret, "Rebirth Of Jatisunda" montre des signes de faiblesse.
Après le suffocant "Annihilate The enemy", JASAD persévère dans son style, en échouant cependant à reproduire le non reproductible. Les rythmiques maitrisées sont toujours aussi justes, violentes, intenses et pourtant variées. Les riffs sont toujours aussi acérés et accrocheurs. Les growls profonds et gras.
Et malgré tout, je n’arrive pas à m’immerger totalement dans l’opacité musicale de cet album, comme j’ai pu le faire avec son grand-frère. Il manque un truc, indescriptible, difficilement décelable, mais qui suffit à faire toute la différence.

L’âme ? L’intensité ? L’envie ?
Je ne saurais le dire.
Sans nul doute mes attentes jouent en sa défaveur. Puissant, solide, homogène et attractif, "Rebirth Of Jatisunda" me déçoit autant qu’il me plait...
Brutalement sauvage, sauvagement violent, ce nouvel album est néanmoins un (très) bon album de Brutal death à l’américaine, qui se distingue de la masse de suiveurs par une forme de férocité et d’intensité qui séduit.
Fortement recommandé pour les amateurs de Brutal.

https://www.facebook.com/Jasadbdm - 215 visite(s)

3 titres en écoute - 104 téléchargements


Rédigé par : ..::Ju::.. | 14/20 | Nb de lectures : 11070




Auteur
Commentaire
Insania
Membre enregistré
Posté le: 23/12/2013 à 00h37 - (110500)
Assez d'accord avec la chro', l'album est bon mais je n'ai pas eu l'impression que le groupe ait vraiment beaucoup avancé depuis "Annihilate the Enemy". La prod notamment, assez moyenne pour un cd made in 2013, je pense que rien qu'une prod bien plus massive aurait pu faire clairement la différence avec leur précédent full-length.

M'enfin j'ai bien aimé aussi, je l'ai pas encore choppé en "dur", va falloir remédier à ça...



Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker