I SHALT BECOME - The Pentle Witch Trials (No Colours) - 21/12/2009 @ 08h48
Quand je pense que je me retrouve à (presque) défendre I SHALT BECOME, l’un des ces one-man band comme il en pullule désormais dans la scène black internationale et qui fait office de XASTHUR du pauvre, sans parler de ces liens avec le plus discutable label Teuton NO COLOURS RECORDS. Et pourtant…

Pour dire, ‘The Pendle Witch Trials’ a même failli atterrir directement dans la poubelle sans passer par la case ’20,000$’, le souvenir du pitoyable ‘In the Falling Snow’ résonnant hélas encore dans mes pauvres oreilles avec son monceau de clichés, sa BAR niveau CP et son inspiration dans les choux… En gros, S. Holliman, l’homme derrière, euh, le mythe, collectionnait sans le vouloir tout ce qui est détestable dans cette scène sponsorisée par Pro-Tools et Intel où n’importe quel looser avec un minimum de notions en informatique peut prétendre être un nouveau Varg Vikernes en puissance. Alors certes, ce nouvel album ne risque pas d’en faire une star mais vu de là où on était parti (c’est-à-dire de rien), il témoigne d’une aussi inattendue que plutôt bonne progression. Surtout au moment où son concurrent numéro un (alias Malefic de XASTHUR) fait de plus en plus dans l’abstrait et la dissonance, quitte à laisser ses fans les plus traditionnels sur le carreau…

Avec sa durée on ne peut plus raisonnable (35 minutes), ses titres concis à l’heure où les CD sont trop facilement remplis ras-la-gueule et ses textes réduits au strict minimum (parfois pas plus de trois lignes), ‘The Pendle’ affiche sa volonté salvatrice d’aller à l’essentiel. Et cela se confirme le long de cet album, oserais-je presque dire, lumineux, voire psychédélique où les riffs simples tout en arpèges et les longues plages de claviers aspirent tous à une sorte d’élévation. On entend même un peu de chant clair, certes presque fugace car perdu dans un écho sans fond mais quand même, et cela aboutit à un drôle de paradoxe : un disque de black metal dit dépressif mais qui donne presque envie de sortir de sa grotte et de grimper la plus haute des montagnes pour contempler le monde dans sa beauté intégrale.

Ceci étant dit, on reste bien sûr loin du démiurge remettant tout en cause. Holliman ne semble pas être capable d’aligner plus de deux idées par titres, dont aucune vraiment originale qui plus est. De plus, il se permet maladroitement de reprendre quelques lignes du « Macbeth » de Shakespeare tandis que le tout sonne globalement plus comme une maquette de travail inachevée que comme un véritable album. Mais nom de Zeus, il semble bien qu’après avoir essuyé les plâtres en public avec trois albums très dispensables (pour rester poli), I SHALT BECOME tient enfin le bout de quelque chose. Reste plus qu’à tirer la grosse pelote moussaillon !

Extraits sur MySpace - 130 téléchargements


Rédigé par : Olivier 'Zoltar' Badin | 12/20 | Nb de lectures : 9919




Auteur
Commentaire
DARK RABBIT
Membre enregistré
Posté le: 21/12/2009 à 16h08 - (78960)
Ah bah merde c'est pas loin de ce que je pense du dernier Striborg...ils se sont donné le mot ou quoi :)

Prince de Lu
Membre enregistré
Posté le: 25/12/2009 à 22h33 - (79084)
Pas bandant pour un sou ce projet.

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker