ISIS - Oceanic (Ipecac/Southern) - 22/11/2002 @ 15h13
Avec Isis, c'est plus une histoire de coup de foudre qu'une longue relation passionnelle. Découvrant ces Américains avec " Oceanic ", je ne suis pas en mesure de juger de leur passé discographique, pas plus que je n'ai de préjugés quant à leur supposée parenté musicale avec les vieux baroudeurs psychotiques du hardcore alternatif que sont Neurosis (d'où le sobriquet de " Neurisis " dont ils ont été affectueusement affublés), puisque je suis loin de pouvoir me déclarer grand spécialiste de ces derniers. Ce que j'ai découvert chez Isis, c'est d'abord et surtout l'incroyable force tranquille qu'ils déploient, cet alliage de marche en avant massive et de décontraction quasi-dépassionnée qui m'a engouffré dès les premières turbulences de l'album avec la même facilité que si une mer en apparence paisible avait subitement tendu un gigantesque bras tentaculaire pour m'entraîner inéluctablement vers ses profondeurs. Du reste la métaphore n'est pas innocente, car " Oceanic " porte remarquablement bien son nom. Concept sur la dérive psychologique d'un individu rapportée à un naufrage à travers la Grande Bleue et ses mille humeurs, il incarne de façon idéale l'impression d'interminable langueur et de déconnexion de la réalité qui caractérise ce type d'épreuves intérieures.

La marque de fabrique d'Isis est la patience, l'absence totale d'empressement lorsqu'il s'agit d'amener une structure à son terme, et au contraire un don pour bâtir de longs chapitres où des rythmiques pesantes mais libres de tout ancrage évoluent en faux plat montant, faisant grimper la tension très graduellement à chaque accroissement presque imperceptible du volume sonore, à chaque adjonction d'un corps de cymbales, jusqu'à l'explosion ou jusqu'à... rien. Et c'est ça qui rend " Oceanic " si subtil et aussi accrocheur qu'un tube de super-glu marqué du sigle " suspense ". Prenez un morceau comme " Weight ", qui ne consiste pour vulgariser qu'en un de ces crescendos de folie, mais au moment où on croit qu'on en voit le bout, que ces cinq grosses minutes à bouger compulsivement la tête d'avant en arrière vont déboucher sur un mur du son immodéré, sur une apothéose de hurlements... le morceau stoppe net, ce qui engendre une frustration passagère vite suivie d'une intense jubilation lorsqu'on réalise qu'Isis sont des magiciens de l'adrénaline, qu'ils savent mieux que n'importe qui jouer avec les nerfs et les pulsions, et par là-même que " Oceanic " est un de ces albums qu'on vit à la seconde jusqu'à calquer notre rythme cardiaque sur ses courbes et ses mouvements. Un album qui cache une collection d'atmosphères gigantesques, pas un simple panorama artificiel que l'on traverse, admiratif ou non, en un laps de temps délimité par une nappe de synthé, mais des atmosphères fortes, permanentes, qui se glissent à quelques millimètres sous la chair et créent une interaction palpable entre l'esprit, le corps et la musique.

En fait, " Oceanic ", c'est un long après-midi de pluie passé au lit à faire oisivement l'équilibriste d'un état d'esprit à l'autre, tous titillant de plus ou moins près les sphères des mots " sombre ", " déprime " et " paranoïa ". Mais ne perdons pas de vue qu'Isis est avant tout un véritable groupe de metal dans leur manière de manier les guitares, qui tend à les marginaliser du marécage sans âme et pseudo-moraliste que le public d'aujourd'hui appelle " hardcore ". C'est peut-être mon background qui suscite de tels rapprochements, mais honnêtement je ne pense pas être à côté de la plaque en disant que dans Isis il y a certes du Neurosis pour le plomb qui leste les cordes, pour le côté glauque et décalé, mais il y a aussi du Opeth, flagrant dans quelques très belles draperies de guitares croisées, il y a du Katatonia dans certaines cadences mid-tempo faussement monotones, il y a du In the Woods... dans le mélange d'amertume, de spleen et d'ivresse qui transpire des riffs... tout comme il y a du Massive Attack - époque " Mezzanine " - dans la science de l'attente prédatrice qui rend les stand bye aussi prenants et étouffants. Que du beau monde, vous en conviendrez, ce qui ne doit pas éclipser le fait qu'Isis est un groupe à la personnalité unique et très distincte. Les vocaux à vif et sans nuances, proches de ceux d'un Von Till en moins humains si c'est encore possible, se chargent lors de leurs interventions économes de rappeler d'où Isis viennent et la ration de rancœur que contient leur musique malgré ses accents planants, voire sensibles (cf. le chant clair sur le morceau de clôture ou la présence marquante d'une sirène au micro sur quelques parties). Isis, c'est le paradoxe attendrissant du seigneur de guerre mélancolique, d'un Polyphème devenu berger pacifique et rêveur, mais qui menacerait à tout moment de recouvrer une rage carnivore lorsque sa solitude paisible est broyée comme une coquille de noix sous les mâchoires de la schizophrénie. Pas besoin d'être prophète pour sentir dans " Oceanic " le souffle des grandes œuvres fondatrices. Il faudra s'en souvenir dans une dizaine d'années lorsque, en évoquant Isis, on parlera de " Oceanic " comme de leur album de référence, celui qui est à la base de tout, le meilleur... ce qui sera sans doute injuste pour le reste de leur discographie, mais n'est-ce pas le revers de la médaille de toute légende que d'écraser par son prestige et de reléguer dans l'ombre tout ce qui tente de lui donner suite ?


Rédigé par : Uriel | 18.5/20 | Nb de lectures : 9535




Auteur
Commentaire
Blacksun
Invité
Posté le: 22/11/2002 à 16h34 - (1443)
Juste chronique, cher(e ?) Uriel..Si tu découvres Isis avec cet album, saches que la rancoeur dont tu parlais se retrouve complètement sur leur précedent album, "Celestial" (Hydra Head Records), beaucoup plus sombre et rythmique, ainsi que sur leur différents maxis ("SGNL >5", "The mosquito EP" et "The red sea"). A l'image de Neurosis, Isis se calme, mais fait déjà partie de la communauté des artistes qui font avancer la musique dans les méandres insoupçonnés de notre imaginaire. Pour les intéressés, les labels Neurot Recordings et Hydra Head, ainsi que leurs groupes affiliés sont spécialistes en la matière.

pat le guen
Invité
Posté le: 25/11/2002 à 13h18 - (1461)
yep, juste pour dire que cette album est énorme, et que moi je ne trouve pas que 1515 se calme, mais c'est vrai que vu la manière dont est composé cet opus, et tout le concepte qui va avec, cette progression quasi stagnante nous "force" a dire que 1515 se calme...mais je pense que ce jugement est un peu hâtif ! disons tout simplement que 1515 a décider d'aborder une approche tres differente de "celestial" pour "oceanic", qui malgrés les apparences, est beaucoup plus sophistiqué,et progressif au niveau de la composition que son prédécesseur... pour le bonheur de tous !
>>>>> si vous ne connaissez pas, et que vous aimez Isis
>>>>>Old Man Gloom est un des autres projets du cultissime Aaron
Turner avec un membre de Converge...peut etre dans les prochaines chroniques de VS...a+

emperor666
Invité
Posté le: 14/01/2003 à 20h21 - (1810)
quoi 18.5/20 seulement??
c'est une honte!!



Uriel
Invité
Posté le: 15/01/2003 à 15h10 - (1830)
Vas-y frappe-moi, maître!
Tu as lu la chronique?

Joss
Invité
Posté le: 15/01/2003 à 15h52 - (1831)
pfiou ! quelle chronique ! mais comment vais-je trouver le temps (et l'argent) pour écouter tous les albums qui me semblent intéressants...il y a l'air d'en avoir tant en ce moment. Il va faloir faire des choix :-(
je vais quand même mettre ce groupe sur ma liste...

heavy devy
Invité
Posté le: 29/07/2003 à 18h36 - (4640)
chronique killer pour un disque qui ne l'est pas moins ce oceanic est monstrueux , intemporel sans m'emporter sur les adjectifs! je l'ecoute depuis un mois au moins 1 fois par jour malgré le fait que g une tonne de cd actuelement celui ci est ma top priorité...GENIAL je vous dit! et indispensable pour toute presonne se vantant d'avoir des oreilles...19/20

Ocean
Invité
Posté le: 03/09/2003 à 09h43 - (5138)
Cet album tourne en boucle dans mon discman, il est énorme de puissance et de feeling, c'est impressionnant. Comme quoi les ricains ont encore de bien belles choses à nous faire découvrir...

seb62
Invité
Posté le: 22/12/2003 à 18h00 - (6518)
Rien de plus a dire,c'est génial...

Joss
Invité
Posté le: 05/01/2004 à 15h00 - (6658)
C'est marrant, je retombe sur mon commentaire posté il ya presque un an...

et bien un an après j'ai enfin eu l'occasion découter cet album (merci Uriel). Et bien après un long moment d'adaptation je suis enfin rentré dedans et ça vaut le coup ! reste plus qu'a trouver l'album en magasin ce qui ne semble pas chose aisée...

swervedriver
Invité
Posté le: 05/01/2004 à 16h51 - (6662)
il y en a un à la fnac parly II

Joss
Invité
Posté le: 05/01/2004 à 17h58 - (6664)
Hum, ça va me couter plus cher de déplacement :-)

Devin
Invité
Posté le: 16/04/2004 à 11h44 - (8225)
Oh le gros poisson ! Je suis complètement accro à cet album , encore plus qu'à n'importe quel Neurosis . Le feeling , l'accroche , le côté visuel , une prod géniale ..
Franchement , la production de Oceanic est une des toutes meilleures que j'ai rencontré : Guitares très(!)lourdes et compactes appuyés par une basse énorme , et une batterie elephantesque qui vous travaille au coeur (flagrant sur l'interlude Maritime). En quelques secondes, on passe d'un mur du son (rien qu'a volume raisonnable c'est saisissant) à des passages plus mélodiques qui suggèrent l'abandon ou comme dit Uriel 'la déconnection de la réalité'.
La 'force tranquille' en somme :)

On entend souvent chef-d'oeuvre par-ci , chef d'oeuvre par-là , néanmoins je crois qu'avec Oceanic on creuse un nouveau fossé entre les bons voire excellents albums et les véritables expériences . Un album fétiche
19/20


Joss
Invité
Posté le: 22/04/2004 à 16h57 - (8324)
j'ai trouvé une chro interessante, je voulais vous la faire partager

http://www.kfuel.org/fdf/oneChronique.php3?i=534

tous les égouts sont dans la nature......

Moussor
Invité
Posté le: 22/04/2004 à 20h46 - (8328)
En bien franchement moi je suis un peu d'accord avec cette derniere chronique...
Merci Joss!

Loufi
Membre enregistré
Posté le: 22/04/2004 à 21h38 - (8330)
Le point de vue de ce type est intéressant oui. Il a l'air d'être un sacré allumé en tout cas. Dommage qu'il fasse tellement de fautes...

meshujira
Invité
Posté le: 23/04/2004 à 15h42 - (8336)
pq serait il interessant alors qu'il est totalement a coté de la plaque? cet un album est trop bon , je me demande combien de fois il l'a ecouté et surtout COMMENT il l'a ecouté en fait...isis ne s'ecoute pas mais se vit , il possède plusieurs niveaux de lecture mais exclut l'ecoute inattentive...après s'il fait cela et qu'il n'y est tjs pas ben c qu'il n'a rien compris ou n'est pas fait pour ce genre de musique...

Joss
Invité
Posté le: 23/04/2004 à 16h09 - (8337)
je précise que je suis en désacord avec la chronique mais j'ai voulu montrer un autre avis...

C'est possible qu'il soit à coté de la plaque mais en même temps il apprécie le premier album....du coup c'est assez curieux ce jugement pour océanic car c'est clair que cet album est énorme !!!



Uriel
Invité
Posté le: 23/04/2004 à 16h31 - (8340)
En désaccord total avec la chronique. Néanmoins je trouve positif que des gens (enfin, un gens tout au moins) ait un avis tranché et la capacité de le faire passer. Certaines hypothèses par contre me semblent un peu trop péremptoires. Prétendre qu'"Oceanic" est "bâclé", "paresseux"... hum hum :-/

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker