IN CAUDA VENENUM - In Cauda Venenum (Emanations/Les Acteurs de l'Ombre) - 02/02/2016 @ 07h37
IN CAUDA VENENUM est le fruit d’Ictus, qui a mûrit son premier album pendant cinq années. Depuis 2012, il est rejoint par NKLS à la batterie. Ce premier album est sorti sur la division plus underground du label Acteurs de l’Ombre : Emanations. A l’origine, ce label est destiné à sortir ses productions en cassette, mais une version digipack est également disponible. L’artwork est composé d’huiles sur toile relativement abstraites mais fortes de Jeff Grimal.

Le duo propose ici un premier essai composé de deux longs titres, "Alpha" et "Omega" et cet album s’oriente dans un black metal teinté de multiples influences. La musique d’IN CAUDA VENENUM est en effet très riche. Partant d’une base depressive black metal, Ictus et NKLS tissent une toile très dense nécessitant une écoute minutieuse. Après une courte intro martiale, "Alpha" débute avec un black metal virulent et un chant criard. Si cette partie assez classique du BM dépressif n’éveille pas la curiosité, celle-ci se réveille au fur et à mesure de l’écoute. IN CAUDA VENENUM varie les tempo et les riffs au tout au long des deux morceaux afin de garder en éveil l’auditeur.

Les influences rock sont égrenées sur les titres, où les riffs en tremolo côtoient des rythmiques plus easy-listening. Certains passages assez posés, plus calmes, révèlent des influences plus doom. Ces passages sont en général instrumentaux, et apportent une clarté dans le titre. Ictus s’essaie également à quelques effets de guitares qui enrichissent la musique. Le premier titre, "Alpha", se termine sur un riff de guitare seul, sur un sample de cour d’école (?!).

Le second titre, "Omega", débute de façon acoustique avec les différentes guitares, avant de monter en puissance avec une rythmique et des riffs plus épiques. Sur ce titre, Ictus s’autorise un solo avant de changer de rythme et de thème. Vers le premier tiers du titre, "Omega" se dote d’un passage acoustique accompagné d’un sample parlant en anglais. Le ton est plus posé, plus contemplatif, avant de s’énerver de nouveau. Rebelote au second tiers, de nouveau un passage calme, afin de marquer les « chapitres » clairement identifiés.

Les riffs utilisés principalement sur les deux titres portent globalement la marque du BM dépressif, tandis que les diverses influences radoucissent le côté « désespoir du soir » et enrichissent clairement l’ensemble. Il faut néanmoins être vraiment versé dans ce type de black metal qu’on pourrait qualifier de « post » tant les différentes influences feront fuir les puristes. Si le talent de composition est là, on se perd par moments dans les deux très longs titres. C’est certes la vue des artistes, mais on perd par moment le fil. A ne réserver qu’aux écoutes réellement attentives. En tout cas, IN CAUDA VENENUM signe ici un bon premier album.




Rédigé par : Skay | 15/20 | Nb de lectures : 6988




Auteur
Commentaire
nightswan
Membre enregistré
Posté le: 02/02/2016 à 07h59 - (119281)
Encore une bonne pioche de LADLO prod.
Acheté par hasard "à cause" de la pochette réalisée par Jeff the THE GREAT OLD ONES.

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker