INTO CENTURY - Nobody's Slave (Target/Season of Mist) - 16/10/2013 @ 07h35
Inconnu au bataillon, Into Century se présente comme un groupe de hard rock moderne, brillant et extrêmement talentueux (il est dit que « c'est l'un des meilleurs groupes de hard rock que vous entendrez dans votre vie »). Certainement beaucoup de second degré là dedans pour ce quatuor danois aux influences très américaines.

On pense à du hard alternatif, du post-grunge, ou du rock sudiste, le groupe évoquant tour à tour un Alice in Chains, Lynyrd Skynyrd, Alter Bridge, sans jamais sonner aussi bien que ces groupes, ce serait trop beau. La doublette « Open up Your Gates »/« Sweet Surrender » est par exemple vraiment frappée par une ambiance rock sudiste, tout les gimmicks du genre sont réunis, l'utilisation des guitares harmonisées et du slide, les expressions vocales, etc. Parfois sur cet album, les guitares mordent davantage et sonnent plus heavy (le titre de l'album notamment), vous avez quelques parties de claviers/électro qui surgissent de-ci de-là, ou bien des passages mélodiques (via les vocaux ou les instruments) qui prennent de l'importance, comme sur le court « OMG » tout en douceur (un peu trop pop et pas assez émouvant à mon goût) ou encore le easy listening « Dare », qui a tout du single rock à diffuser à grande échelle. En parlant de single rock, « Hold On » en a aussi tous les attributs, si la recette est über simpliste, ce petit riff entraînant et cette rythmique énergique, font rapidement effet.

Into Century, à travers « Nobody's Slave » publie un album un peu touche à tout, soutenu par une production ultra solide, qui elle même porte à bout de bras des morceaux mid. tempos sympathiques, auxquels il manque cependant de l'accroche et surtout de l'efficacité (« Junkie », « Man of God »). Le plus remuant « Time to Shine » permet de pleinement apprécier la performance vocale de Jon Century, qui sans être le vocaliste de l'année, délivre une prestation très convaincante, sa voix s'adapte aux textes et à la musique, parfois colérique, lyrique et à quelques moments (trop) mielleuse.

L'avantage de cet album réside dans le fait que les titres soient assez courts ; et comme Into Century ne se limite pas à 12X le même morceau, une piste telle « Indistogether », plus atmosphérique, aux nappes de claviers davantage mises en avant, laisse aussi une bonne impression. Le groupe sonne moins direct et rock, et penche pour une facette plus sombre et réservée. Le gros flop reste sans conteste le final « Can Anybody Hear Me », dont la facette électro, la voix trafiquée/robotisée (plus poussée que l'autotune) est insupportable/inutile...

« Nobody's Slave » partait pour être un énième album de hard moderne sans grand intérêt. Au final, grâce en partie à sa courte durée (à peine 40 minutes pour 12 titres), cet opus légèrement fourre tout, alterne les bons moments avec d'autres plus de remplissages, voire mauvais. J'en conclus que Into Century avec ce 2ème album, s'en sort avec la mention 'assez bien'. Toujours mieux que la moyenne...




Rédigé par : gardian666 | 12,5/20 | Nb de lectures : 11258




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker