INTERCOSTAL - Intercostal (GPS) - 11/08/2014 @ 00h41
La Suisse a toujours été une terre de Metal en tout genre. En plus des vieilles légendes, ces derniers temps on a vu surgir des groupes comme Cortez, Life As War, Rorcal ou Vuyvr pour ne citer que ceux-là. Aujourd’hui, dans un style différent, nous arrive, de la belle ville de Genève, le trio stoner INTERCOSTAL. La particularité du trio, qui n’en est pas vraiment une finalement, est de proposer un stoner pratiquement instrumental. Même si une voix vient de temps en temps apporter un peu de muscle supplémentaire aux sonorités désertiques des suisseq alors que je connais peu d’endroits plus éloignés du désert que la Suisse. Mais qu’à cela ne tienne, les hommes connaissent la recette sur le bout des doigts et envoient du lourd, du gros, du gras.

Oui, le stoner d’INTERCOSTAL, n’est pas ce genre de stoner mainstream qu’on joue sur les grandes scènes des grands festivals généralistes européens (suivez mon regard), c’est un stoner bien couillu et fort velu qui sent des pieds et transpire sous les aisselles. Dès les premières notes de « Hellfire Helix », on retrouve ce qui fait la force du groupe. Cette faculté hyper naturelle de mêler efficacement, riffs lourds, groovy à mort et heavy as fuck. On ne peut s’empêcher de balancer la tête de haut en bas en tapant du pied très fort. Chaque riff est aussi efficace que son prédécesseur et que celui va suivre. Mis en valeur par une bonne rythmique, les guitares déroulent leur science du riff qui zouk. Puis le son est très bon aussi. Ça grésille, ça râpe, ça grince, c’est poussiéreux et tout sauf propre. La basse ronde et grasse. La batterie puissante et lourde. La guitare épaisse et avec les cordes rouillées juste ce qu’il faut pour retranscrire la chaleur aride du désert.

On notera aussi quelques petites influences Soudgarden période « Down On The Upside » au détour d’une rare ligne de chant ou d’une partie de guitare un peu plus mélodique que la moyenne. Sur tout un album et malgré une recette connue, INTERCOSTAL parvient à garder sa musique fraîche, intéressante et finalement assez variée. L’intérêt ne faiblit pas grâce à la diversité et l’efficacité des riffs déployés ainsi qu’aux quelques changements de tempos bienvenus comme sur le très lourd « Tons Of Humans » ou le hardcorisant « Hammered ». On accélère, on freine mais sans jamais perdre le fil ou diminuer l’impact de la musique. INTERCOSTAL fait dans le stoner « in your face » qui groove et bastonne à la fois. C’est l’idéal pour l’été, sur son velib’, on a l’impression de parcourir les plaines du désert de Mojave au volant d’un cabriolet sixties. Pas le plus grand album de l’histoire du stoner mais « Intercostal » l’album fait le taf et apporte une touche de chaleur et de moiteur supplémentaire à un été déjà torride par moments. Du stoner de tradition, en grande partie instrumental sans que jamais ça ne dérange. Du bon boulot. Efficace et bien torché à défaut d’être réellement révolutionnaire.




Ecouter, acheter. - 62 téléchargements


Rédigé par : Seb On Fire | 14.5/20 | Nb de lectures : 10671




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker