INFERNAL WAR - Axiom (Agonia) - 08/06/2015 @ 07h32
Depuis le temps on finissait par se demander si on aurait droit un jour au successeur du monstrueux « Redesekration » sorti il y’a déjà huit longues années, car depuis hormis le terrible EP « Conflagrator » et le split avec KRIEGSMASCHINE le quintet polonais s’était fait des plus discrets et l’on pouvait légitimement se poser des questions sur son avenir. Certes il y’a eu les projets annexes de certains de ses membres (VOIDHANGER pour le chanteur Herr Warcrimer et le guitariste Zyklon, ou ceux de Stormblast son batteur mitraillette qu’on a vu sur scène notamment avec AZARATH), mais aussi l’envie de prendre son temps pour obtenir quelquechose d’aussi puissant et brutal que ses deux premiers albums.

Toujours fidèle au même line-up et à Agonia, le combo a fait appel à M. de KRIEGSMASCHINE et MGŁA pour l’enregistrement et le mixage de ce nouvel opus, et il n’arrivait pas en terre inconnue car ce dernier s’est occupé des deux galettes de VOIDHANGER et du Split réalisé conjointement, du coup c’est pratiquement un travail en famille réalisé dans une excellente ambiance qui a été fait, et le moins que l’on puisse dire c’est que cela s’entend dans le rendu final, car jamais le groupe n’a si bien sonné et la production est absolument parfaite, le rendu est impressionnant de puissance, de précision et de netteté.

On avait senti cependant sur « Conflagrator » moins de blast et de brutalité qu’auparavant ainsi que des morceaux plus matures qui ne se contentaient plus seulement de bourriner du début à la fin, mais cela n’altérait en rien l’œuvre de destruction massive du gang de Częstochowa qui conservait sa force de frappe tout en ralentissant et alourdissant le tempo. Cette tendance est conservée sur leur nouveau rejeton où l'on trouve les missiles blastistiques que le quintet avait l'habitude de nous envoyer, tout en étant mélangés à de la lourdeur et du mid-tempo rarement entendu chez eux auparavant. En effet si ceux-ci restent dans le black primaire et radical, ces derniers ont fait évoluer néanmoins plusieurs choses, d'abord leur look (finie en effet la quincaillerie entre bracelets à clous et corpsepaint pour une tenue plus sobre mais cependant en raccord parfait avec leur son), et aussi les paroles qui n'ont jamais été aussi fouillées et réalistes (tel le monstrueux et rapide "Camp 22" qui fait référence au tristement célèbre camp de prisonniers en Corée du Nord), le tout conjugué à chant possédé et phénoménal et qui n'a jamais si bien sonné et rajoute au côté sombre et nihiliste de l'oeuvre.

Ni intro ni outro, le décor est planté directement avec "Coronation" qui nous montre que malgré les années la bande envoie toujours autant avec ses blasts de sauvages, mais aussi avec quelques passages rapides légèrement punk et d'autres moments légèrement plus calmes et tout aussi réussis, tout comme "Militant Hate Church" 100% old-school tout en double et en mitraillage en règle, du sans-surprise mais qui déchire à mort. D'ailleurs l'équilibre est respecté puisque le classicisme historique (avec les très courts et excellents "Paradygmat", "No Forgiveness", "The Parallel Darkness" et "Eater of Hope" - où quelques riffs thrash font leur apparition) comporte presque autant de titres que la "nouvelle direction" musicale (très réussie et finalement plus intéressante), où l'on trouve les monstrueux "Into Dead Soil" (avec ses deux parties totalement distinctes mais qui aèrent l'ensemble pour le rendre encore plus guerrier et ravageur), et surtout avec le très long "Axiom" qui termine cet opus et qui a tout de l'hymne. On y entend toute la panoplie du quintet entre vitesse, ralentissement, lourdeurs et surtout une variété rarement atteinte par ce dernier auparavant, et à l'instar du reste de cette galette tout est fait pour la scène où ce pilonnage intensif va marquer les esprits.

Car la force des mecs est de savoir se faire oublier afin de mieux revenir pour tout anéantir une fois de plus car là ils ont totalement réussi leur pari musical, les solos et les riffs sont plus élaborés, la batterie plus fine et technique, la basse n'a jamais été aussi audible et surtout ils montrent qu'ils sont capables de maintenir un niveau constant du début à la fin sans tomber dans la redite et répétition, bref un boulot impeccable, sans fautes et qui prouve que malgré son manque de reconnaissance et de notoriété (la faute à une exposition trop peu présente) INFERNAL WAR reste un des leaders de la scène black européenne avec ce disque qui figurera certainement haut dans les top de fin d'année et qui est surtout leur plus réussi à ce jour.




Rédigé par : GabinEastwood | 16/20 | Nb de lectures : 8299




Auteur
Commentaire
Morbid Tankard
Membre enregistré
Posté le: 08/06/2015 à 10h18 - (116903)
'Terrorfront' restera leur chef-d'oeuvre absolu.

Crawlingchaos
IP:164.2.255.244
Invité
Posté le: 08/06/2015 à 15h11 - (116904)
D'accord avec Morbid Tankard.
Axiom est plat malgré sa bonne prod.

RAYGE
Membre enregistré
Posté le: 08/06/2015 à 19h04 - (116908)
"Terrorfront" reste et restera un chef d'oeuvre absolu!! C'est clair!!


ZeSnake
Membre enregistré
Posté le: 08/06/2015 à 19h53 - (116909)
ben moi je préfère VOIDHANGER

Lexi Belle
IP:78.193.41.62
Invité
Posté le: 09/06/2015 à 13h11 - (116922)
Plat ? On n'a pas du écouter le même skeud. Juste phénoménal.

Morbid Tankard
Membre enregistré
Posté le: 09/06/2015 à 21h17 - (116938)
J'aime bien ton pseudo [bave]. :)

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker