IDOLS FOR DINNER - Tenants Of A Declinig World (M&O Music) - 11/02/2013 @ 08h34
Tout dans ce disque sent le deathcore à plein naseaux. Le nom du groupe, le titre, l’artwork, la pochette. Et, effectivement le groupe joue du deathcore AOC qui respecte toutes les normes européennes en vigueur. Un deathcore plus death que core toutefois, nous ne sommes pas en présence d’un énième clone d’Emmure qui joue sur autant de cordes que feu les Presidents Of The USA. Non ici, on utilise toutes les cordes de tous ses instruments. On riffe metal mais on break deathcore dans la lignée de The Black Dahlia Murder ou All Shall Perish. Puis on balance même quelques petits soli histoire de varier un poil. Pour le reste on est dans le deathcore typique. Huit titres, dont une intro et un interlude, composent ce « Tenants Of A Declining World » qui ne parvient malheureusement pas à s’extirper du panier de crabe qu’est la scène deathcore, la faute à une musique beaucoup trop typée et calibrée.

Le groupe ne parvient pas à se démarquer ni à sortir de la masse. Les titres sont bien construits mais sans aucune originalité. C’est brutal quand ça doit être brutal. Ca breake quand ça doit breaker et ça blast quand ça doit blaster. Aucune surprise ni début de véritable identité sonore. Les morceaux s’enchainent sans provoquer de réelles émotions. Nila transcendance, ni la joie, ni la haine gratuite, ni lé dégout. Juste la sensation d’écouter un album deathcore de plus. Musicalement, on se trouve sur les terres de The Black Dahlia Murder mais avec une touche moins heavy que ses derniers. Vocalement c’est pareil, le chanteur alterne growls et cris plus aigus pour coller à la musique. Les moshparts sont elles aussi quelconques, trop molles pour avoir vraiment donner envie de lever la jambe. On retiendra toutefois quelques solis correctement exécutés, sur « Prosthetic Memories » notamment et un titre interlude finalement assez réussi qui rappelle le « Trip Through Serenity » de Liar. La production signée Stéphane Buriez est elle aussi dans la moyenne, ni particulièrement réussie, ni complètement ratée, elle restitue la musique sans autre ambition.
Voila pour ce « Tenants Of A Declining World » qui rejoint les trouzemille autres disque du même type. Ni suffisamment bon que pour qu’on se le réécoute ni suffisamment mauvais pour que l’on en rigole.

Du son - 106 téléchargements


Rédigé par : Seb On Fire | 09/20 | Nb de lectures : 11292




Auteur
Commentaire
FélixRome
IP:90.84.144.98
Invité
Posté le: 12/02/2013 à 10h42 - (105932)
J'ai souvent l'impression que TBDM est le symbole du groupe de metalcore. Or, même si je ne sais pas ce qu'est le metalcore, pour moi TBDM est juste du at the Gates / dark tranquillity période gallery avec 15 ans de retard et l'inspiration, le recul en moins. C'est d'ailleurs un comble pour un groupe de suiveurs 15 ans après le son de Göteborg. En gros le metalcore je sais toujours pas ce que c'est. J'avais toujours pensé que c'était un truc genre biohazard: ce qu'on appelait à l'epoque le hardcore-metal,... C'est devenu d'un compliqué ces machins de styles et modes.

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker