IDENSITY - Serenity (Autoproduction) - 12/01/2012 @ 07h56
Bizarrement ça partait assez mal. Autant l'album passait tout seul mais rien n'accrochait l'attention. Un côté un peu passe-partout, des facilités d'écriture ici et là, difficile à dire. Le style alors, death melo, dont l'évolution de ces dix dernières années peut laisser sceptique. Les réserves s'accumulaient pendant la découverte de « Serenity » sans parvenir à entamer la curiosité que suscite le groupe ou à instaurer de lassitude. Si bien qu'une évidence finit par s'imposer : IDENSITY a parfaitement intégré la manière d'écrire des morceaux très accrocheurs. Retour aux fondamentaux direct.

La boulimie qui caractérise notre rapport à la musique le ferait presque oublier, une des qualités principales d'un disque c'est encore de durer. « Serenity » y parvient avec un mélange d'humilité et d'élégance. La classe si vous voulez. Et quand on se surprend à siffloter un refrain en allant au boulot, on peut définitivement considérer que le groupe ne s'est pas planté.
Les facilités évoquées plus haut, ce sont peut-être les parties rapides qui manquent d'inspiration, l'introduction de l'album qui ne sert pas à grand-chose, certains soli démonstratifs qui apportent peu de relief aux morceaux, alors que le groupe excelle précisément dans le cœur du death metal mélodique, les mid tempos dynamiques qui balancent entre groove, émotion et attaque. On retrouve un univers sensible et très personnel où flottent paisiblement les influences de DEVIN TOWNSEND pour certaines constructions mélodiques ou NEVERMORE pour le placement du chant. Soulignons au-delà de la performance collective, les qualités vocales de Christophe Ferreira dont les lumineuses parties en chant clair révèlent la personnalité bien plus sûrement que ses growls somme toute très classiques.
De l'utilité de lignes de violon dans ce type de musique, la question reste en suspens. A titre personnel, le recours à cet instrument dans le cadre des musiques extrêmes semble souvent anecdotique, ou au minimum problématique. En guise d'exemple, son utilisation bienvenue sur l'excellent « New year's eve » ne parvient pas à faire oublier la pénible intro du même morceau ou ailleurs un sentiment de juxtaposition gênant. La remarque vaut pour les quelques ajouts au clavier maintenant que j'y pense.
De manière générale, il faut encore laisser infuser tout ça, débarrasser la zique de ses dernières scories. Une fois de plus, l'idée à retenir c'est qu'il manque trois fois rien à ce groupe pour se transformer en redoutable usine à tubes. L'ancienne génération a laissé des places vacantes dans le créneau du death hexagonal à nette tendance mélodique et progressive, IDENSITY pourrait s'y installer en bonne place d'ici peu.

www.idensity-metal.com/ - 130 visite(s)

yspace - 72 téléchargements


Rédigé par : #Guillaume# | 14/20 | Nb de lectures : 11665




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker