HORROR GOD - Cold Shine (More Hate) - 25/03/2010 @ 08h29
Je ne sais pas. Il y a des groupes, des albums comme ça, dont on n’arrive définitivement pas à savoir qu’en penser. C’est tellement plus simple avec les albums clichés, balisés, excellents ou décrépits. Car 'Cold Shine' est ce type d’album pas foncièrement mauvais, mais pas exceptionnel non plus, et qui possède à la fois des atouts indéniable et des défauts irrémédiables.

Horror God est un groupe russe, formé en 2006 du côté de Moscou. Une première démo sortie en 2007, leur aura permis de s’échauffer un peu, avant donc ce 'Cold Shine', leur premier album. 9 titres. 37 minutes et 52 secondes. Pour une sortie avec le soutien de More Hate Production.
Voilà pour les présentations. Ne me demandez pas de vous décrire leurs attirances textuelles et orientations lyriques, car l’intégralité des textes et des titres est en russe. Ne maîtrisant pas l’alphabet cyrillique, je me contenterai, si vous le voulez bien, de parler musique.

Et, justement, tout commençait plutôt bien. 'Свобода' (désolé si j’écorche la prononciation…) ouvre l’album sur un riff acéré et travaillé, lourd, agrémenté d’une basse bien présente et d’un batteur démontrant son potentiel sur des tempos plutôt lents voire mid-tempo. Doté d’une terrible accélération bien blastée sur la fin, et agrémenté de growls rauques et puissants, mais intelligibles (pour qui comprend le russe, cela va de soi). Du pur Death Metal teinté d’Old School et de noirceur. Cool.
Mais sur ‘Не видим, не слышим, не знаем’, second titre, la donne change. Les riffs se font bien plus épiques, écorchés et étirés. Le tempo accélère considérablement, un voile opaque et tragique se pare sur l’ambiance, et "Shaman" se met à s’époumoner dans des sphères très aiguës, typiquement DarkThronienne. Bon, du Black teinté de Death, alors… Sauf que sur le 3ème titre, Horror God rebascule dans une dominante Death Old School… Et, ainsi de suite tout au long de l’opus. Bien évidemment, même si tous les titres ne sont pas non plus segmentés de cette façon, le style du groupe oscille en permanence entre un Death Metal à la Immolation, et un Black/Death assez atypique et inspiré des premiers Behemoth. Mais en moins racé, cependant.

En soit, ceci n’est pas un critère répulsif, me direz-vous. Certes. Mais il manque une étincelle, un éclat, un fragment d’accroche ou d’inspiration, pour que 'Cold Shine' soit réellement prenant et hypnotique. Là, malheureusement, ça sonne trop souvent creux. Avec des titres certes plaisants, certes variés, mais pas assez accrocheur ou inspirés.
On sent que le groupe se complaît bien mieux dans sa branche "Death", les variations rythmiques associées aux hurlements graves et presque gutturaux sont bien agencées. Certains passages purement Black possèdent eux aussi un côté assez plaisants, à l’image de 'Равнодушие' (piste 5, pour les russophobes). Mais, c’est peut-être aussi le problème : un album de Black/Death ne doit pas être plaisant, il doit être violent, agressif, déversant son flot de rage et de furie.

Le Black/Death est un style assez incisif et violent, 'Cold Shine' est plutôt lourd et pataud. Sans compter que les riffs, support primordial dans un style aussi agressif que le Blackened Death, sont ici réduits à une peau de chagrin, et s’avèrent si peu violents qu’ils ne feraient même pas trembler le rimmel d’un Prince du goûter déguisé en panda. Peu acérés, peu agressifs, ils alternent entre envolées mélodiques, riffs Death basiques et soli exacerbant. Rien de bien transcendant en somme. La noirceur et l’agressivité sont des attributs prépondérants lorsque l’on pratique un style piochant à la fois dans le Death et dans le Black. Dommage, car Horror God en est relativement dépourvu.
On ne peut néanmoins pas retirer à ces Russes un certain attrait dans les passages rapides, où les growls caverneux sont en totale adéquation avec les accélérations rageuses, et une lourdeur appréciable trône aux côtés de l’agressivité gentille des couplets. Mais, globalement, si ça se laisse écouter avec plaisir, une fois l’écoute terminée, il n’en reste pas grand-chose... Sympa, mais point transcendant.

http://horrorgod.ru - 302 visite(s)

HorrorSpace - 182 téléchargements


Rédigé par : ..::Ju::.. | 10,5/20 | Nb de lectures : 11767




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker