HORRID – Rising from the Hidden Spheres (Xtreem Music) - 26/10/2006 @ 09h41
Voilà que le plus suédois des groupes transalpins nous en remet une couche quatre ans après un premier album « Reborn in Sin » qui était relativement passé inaperçu à sa sortie. Le moins qu’on puisse dire avec HORRID, c’est que leur productivité n’est pas franchement optimale vu que les débuts de la formation remontent à 1989 ( !!!) et justement c’est en 1989 qu’a été enregistré l’album qui a dû motiver l’entière carrière de nos Ritals. J’ai nommé « Left and Path » d’ENTOMBED.

Vous l’aurez donc compris sans que je m’étende d’avantage, HORRID fait partie de ces groupes qui sont entrés en religion à la suite de leurs quatre apôtres favoris: ENTOMBED, DISMEMBER, GRAVE et UNLEASHED (je précise pour ceux qui ne suivent pas). Outre les guitares accordées à la meule et les riffs bien stéréotypés du genre, HORRID avait même poussé le vice jusqu’à aller enregistrer au Sunlight studio sous la houlette du fameux Tomas Skogsberg. Un studio de légende désormais passé de mode qui n’attire plus les foules d’antan. Dans un éclair de lucidité qui leur a fait comprendre qu’il n’y avait plus que les touristes pour aller chez Skogsberg (quelle tristesse tout de même) c’est au Danemark avec Anders Lundemark (KONKHRA) que « Rising from the Hidden Spheres » a été mis en boîte. Pourtant la différence est loin d’être flagrante quant au mixage abrasif qui colle au genre depuis bientôt une vingtaine d’années.

En fait d’influences on pourrait même parler de tribute band dans le cas d’HORRID car c’est avec beaucoup de soin que le groupe s’acharne à sonner plus suédois que nature. Et c’est tellement fidèle aux modèles qu’on aurait presque envie de vérifier les passeports des zicos en questions pour voir s’il n’y aurait pas gourance sur leurs origines.

HORRID se permet néanmoins quelques plans de guitares mélodiques un peu plus heavy metal que death mais l’ensemble tient plutôt bien la route. Enfin jusqu’au dernier titre, où la fatigue aidant, nos Italiens s’affalent sur la ligne d’arrivée avec un genre de ballade à faire tomber les érections les plus virulentes. Pour couronner le tout, on se cogne derrière ça un blanc magistral de plus de six minutes pour entendre un gus nous balancer, d’une voix trafiquée, quelques phrases à peine compréhensibles. C’est bien dommage, parce que « Rising from the Hidden Spheres » est loin d’être un mauvais disque. D’un autre côté, quand on compare avec les apôtres cités plus haut ou d’autres formations comme PAGANIZER, RIBSPREADER ou encore BLOODBATH, le choix est vite fait et HORRID restera donc en seconde division.

A moins que vous achetiez tout ce qui sonne vaguement suédois, gardez donc vos deniers pour vous payer une place de concert pour aller voir la tournée des « Masters of Death » qui passera en novembre en France. Cet investissement sera probablement plus avantageux.


Rédigé par : Tonton | 13/20 | Nb de lectures : 11615




Auteur
Commentaire
zozo
Membre enregistré
Posté le: 26/10/2006 à 10h27 - (34967)
Bon, je ne suis pas objectif car je suis gros fan du death 'à la suédoise' du début des années 90. Mais je trouve que par rapport à d'autres apôtres du son Sunlight comme mettons MORTIFILIA, HORRID propose des titres un peu plus poussés, plus agressifs.... M'enfin, 'javoue, c'est TRÈS subjectif. Mais bon, leur meilleur album à mon goût!



Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker