HORN OF THE RHINO - Summoning Deliverance (Doomentia) - 22/04/2015 @ 07h12
Depuis ses débuts en 2004 (sous le nom de RHINO) et malgré quatre albums d’excellente qualité, les basques espagnols de HORN OF THE RHINO (rebaptisés ainsi depuis 2010) sont loin de jouir d’une notoriété qui serait pourtant totalement logique et méritée. Il est vrai que le style du trio ibérique est difficilement classable oscillant entre Stoner, Doom, Sludge et même Grunge, pourtant malgré ce grand écart stylistique l’assimilation a toujours été réussie et cela ne fait que renforcer cette incompréhension sur leur manque de visibilité.

La cohésion est un des mots clés de la formation, celle-ci (hormis un changement de bassiste après leur premier disque) n’a jamais bougé d’un iota, tout comme le soutien de Doomentia leur label historique qui sait bien qu’il tient un groupe à part bien qu’il soit totalement sous-estimé. Malgré ce manque de reconnaissance les trois amis sortent des disques à un rythme moyen de deux années entre chaque (à l’instar d’un autre trio mythique, je vous laisse deviner). Si « Grengus » avait été unanimement reconnu et salué, nul doute que cette nouvelle pépite ne laissera pas indifférent.

Outre la pochette absolument magnifique (et qui d’ailleurs reflète assez bien l’univers musical du groupe) il faut saluer la qualité de la production qui rend justice aux morceaux et à la multitude des genres pratiqués, car elle est bien grasse et massive ce qui permet à chacun des instruments de s’exprimer pleinement, la batterie est clinique et puissante sans en faire des tonnes, la basse ronflante donne du poids supplémentaire aux compositions, et la guitare et d’une clarté sans failles car chaque note et riff est parfaitement audible.

Après ces deux points totalement réussis il reste à voir le plus important de tous et là encore on n’est absolument pas déçu tant tout cela est soigné et classieux, car les huit titres (plus une plage cachée) sont d’un talent certain, d’une variété saisissante et à l’instar des œuvres des maîtres de la peinture locale tels Vélasquez, Goya ou Picasso tout le monde peut y trouver son compte. Du coup nul besoin d’être fan des genres pratiqués par la bande car c’est totalement addictif et nullement ennuyeux malgré sa complexité apparente. D’ailleurs entre les parties rapides (oscillants entre le thrash et le death), les passages doomesques dignes de CATHEDRAL, ou les riffs sales de Seattle (d’inspiration SOUNDGARDEN) il y’en a vraiment pour tous les goûts.

Pour la brutalité et la vitesse « Exvenhstench » est le parfait (et réussi) exemple, à la fois gras et rapide, il offre quelques passages plus lourds qui laissent respirer l’ensemble mais d’entrée priorité est donnée au côté sauvage. Pourtant loin de se laisser embarquer par cela les basques savent jouer sur les ambiances en ralentissant le tempo et en y ajoutant un côté sombre et poisseux que l’on retrouve sur « Onward Through Domination ». Ce titre qui sent bon SAINT VITUS permet également au chanteur/guitariste de nous montrer une nouvelle fois son impressionnante palette vocale, haut perchée sur celui-ci elle ne tombe jamais dans le ridicule et s’ajuste parfaitement à la musique. Cette vision est partagée sur « Delivrance Prayer » où l’on penserait presque entendre Chris Cornell, avec des passages chuchotés, une musique lente et très mélancolique (d’ailleurs il est à noter que depuis toujours le quartet est une de leurs influences majeures). « An Excess Of Faith » est là encore influencé par le combo de l’état de Washington, tout en ayant un côté très 70’s et des passages très calmes.

Malgré cela HORN OF THE RHINO trouve encore le moyen d’aller plus haut (non on ne parle pas de Tina Arena) avec trois pépites supplémentaires, tout d’abord « Their Tombs » ultra-écrasant avec sa partie de double et son tempo mené tambour battant durant près de 3 minutes où enfin Javier Galvez décide de se faire entendre dans le micro. La transition entre vitesse et break planant est une réussite sur tous les plans et la technicité est à son summum, et pourtant ça va encore plus loin avec « Grim Foreigners » lourd et lent dans sa première moitié et agressif rapide dans la seconde pour un résultat taillé pour la scène, et enfin que dire de « Builder Of Carrion Effigies » qui va demander un bon moment pour bien tout saisir car là on a ni plus ni moins qu’un mix total de tout ce qu’on a pu entendre depuis le début, et cela dure pendant plus de 8 minutes absolument dantesques. Cependant nous ne sommes plus à une surprise près, et là les gars nous servent en digestif un titre caché superbe mais qui tranche avec le reste puisqu’il est totalement en acoustique, très court et très doux.

Si avec un disque de ce niveau ils n’ont pas enfin plus de notoriété on se demandera bien ce qu’ils pourront faire de plus et de mieux, car même sans être fan de la multitude de genres qu’ils pratiquent on ne peut que se laisser prendre et happer par la qualité d’écriture et le niveau de jeu pratiqué. Car tout cela va demander un paquet d’écoutes pour saisir toutes les subtilités, et arriver à mixer toutes ces influences sans que cela tombe à plat est vraiment fort, et montre une nouvelle fois leur immense talent car il n’y a rien à jeter dans cette nouvelle galette, tout comme dans le reste de leur discographie d'ailleurs.




Rédigé par : GabinEastwood | 16/20 | Nb de lectures : 8553




Auteur
Commentaire
grrr
Membre enregistré
Posté le: 22/04/2015 à 08h54 - (116557)
Pour le moment je lui préfère "Grengus" car pas assez écouté celui-ci, mais ce que j'en ai retenu est vraiment excellent!

Bras cassé
Membre enregistré
Posté le: 24/04/2015 à 04h26 - (116569)
C'est vrai, byzarre qu'ils n'aient pas plus de poids sur cette scene, ce groupe est tres bon

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker