HEXIS - XI (Gheea) - 19/06/2014 @ 07h57
Je me souviens avoir découvert HEXIS il y’a quelques années, en live dans une toute petite salle parisienne grande comme mon salon et surchauffée, Le Café de Paris pour ceux qui connaissent. Depuis le groupe danois fait son chemin et s’impose comme un des solides représentants du blackened hardcore européen. Un genre qui commence à s’essouffler un peu et dont les terrifiants This Gift Is A Curse ont sorti le disque référence pour toujours, le mètre étalon à l’aune duquel tous les autres albums du style seront comparés. C’est ici qu’interviennent les danois car leur dernière livraison (enfin pas vraiment leur dernière, plutôt la réédition de leur premier e.p, mais il faut avouer que leur discographie, à l’image de leur musique, est fort chaotique) possède de nombreuses similitudes avec le disque ultime des suédois sans pour autant en attendre la plénitude, la magnificence, la perfection oserais-je dire. On retrouve chez HEXIS la même volonté de varier les tempos, de proposer des ambiances poisseuses, de s’affranchir le plus possible des structures classiques des morceaux pour proposer autre chose, explorer une construction, une grammaire différente. Le jusqu’au boutisme en moins car malgré cette farouche envie d’aller plus loin, ils livrent un disque somme toute classique de ce genre un peu bâtard qu’est le blackened hardcore.

Sludge, doom, black metal et le hardcore le plus noir copulent dans un sabbat de sonorités pour accoucher d’une bête multiple et hideuse mais, dans le même temps, emplie d’une certaine Grâce. Il y’a définitivement quelque chose de flamand dans ce groupe. Une peinture flamande, voila ce qu’évoque « XI ». La beauté dans la laideur et une certaine manière de représenter la fin des temps. Les sept titres varient entre des parties très rapides basés sur une batterie qui sort la cavalerie et blaste à tout va, des guitares qui bâtissent des murs aussi habilement qu’une équipe de maçon portugais et par-dessus tout, ou plutôt derrière tout ça, un type qui brille comme si on lui enfonçant une pique de fer rouge dans les entrailles. On n’est jamais très loin d’un grindcore hyper lourd ou d’un groupe de hardcore norvégien qui aurait signé chez Deathwish.

Puis, d’un autre côté on à des parties lentes et lourdes, ralentis venant souligner la masse de la musique. Ces deux orientations cohabitent au sein d’un même morceau pour encore plus brouiller les pistes. Prenons « Crux » pièce centrale du disque qui, avec ses six minutes au compteur, résume parfaitement tout ce qui vient d’être dit. Une atmosphère sombre, un animal blessé qui rampe et qui attaque une dernière fois. Vicelard l’animal. Maintenant si tout est ici très bien fait, il manque un truc essentiel : la vérité, la sensation. Hexis serait comme un film d’épouvante parfaitement réalisé, écrit mais qui ne fait pas peur. C’est très bien sous tous rapports, techniquement il n’y a pas grand-chose à redire mais voila, il manque l’immersion qu’on retrouve chez certains de leurs collègues. Ça gratte, ça bastonne, ça récure, ça abrase mais ça manque de sensations. Un bon élève très appliqué, qui connaît toutes ses leçons mais en étant assis au premier rang, il ne peut se montrer turbulent ni violenter ses petits camarades. A notre grand dam et certainement au leur aussi.



Bandcamp. - 74 téléchargements


Rédigé par : Seb On Fire | 6.5/10 | Nb de lectures : 11263




Auteur
Commentaire
Mr Anou
IP:142.41.247.10
Invité
Posté le: 20/06/2014 à 19h12 - (112634)
Il y a peut être un mieux par rapport aux productions précédentes mais Hexis continue à rester un second couteau de la scène blackened hardcore.

Je ne saurais dire ce dont il s'agit précisément mais j'ai toujours l'impression qu'il manque un truc a leur musique pour que cela décolle réellement.



powaviolenza
IP:88.162.193.189
Invité
Posté le: 23/06/2014 à 13h23 - (112647)
mon humble avis : ils sont aussi bons que le reste du panier, avec un bon côté bremen et une super prod ; le genre qu'ils pratiquent est surpeuplé jusqu'à la nausée en ce moment, tout le monde y va de son influence black, comme ça a pu arriver depuis les années 2000 pour le crust, le "post-", le chaotique, le rock'n'roll, le tough guy ; peut-être que Hexis pâtissent simplement de l'indigestion généralisée ;)

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker