HELHEIM - RaunijaR (Dark Essence) - 16/03/2016 @ 07h34
Près de 4 ans se sont écoulés depuis la sortie du génial Heiðindómr Ok Mótgangr. C’est que HELHEIM se fait désirer. Surtout qu’avec Kaoskult (2008) puis ledit Heiðindómr Ok Mótgangr, les norvégiens avaient enchaîné les perles. Quand bien même le groupe était repassé dans un son plus « traditionnel » après la période d’expérimentations ou « moderne » démarrée avec Yersinia Pestis (2003). Mais le Viking-Metal de HELHEIM demeure personnel et particulier, et RaunijaR leur 8ème full-length ne va pas déroger à la règle. Dès "Helheim 9" leur habituel interlude éponyme qui cette fois-ci sert d’intro de luxe, avec force instruments folkloriques et voix claires le tout dans une ambiance assez mystique et déglinguée. C’est dit, HELHEIM fait toujours figure d’OMNI dans la sphère Pagan/Viking et même au sein du Black norvégien. Même quand il pond un morceau « classique » comme "RaunijaR", son style demeure original mais toujours reconnaissable entre mille pour qui a été initié à l’art de HELHEIM. Entre riffs crus et vocaux éructés, le groupe nous pond un tube à sa manière, reprenant certains éléments qui ont fait la force de Heiðindómr Ok Mótgangr comme ces cors très prenants. Rien de surprenant, mais une entrée en matière terriblement efficace qui témoigne que l’héritage Black du groupe est toujours présent, même si dès Jormundgand (1995) HELHEIM s’est posé comme une formation à part. Et ça fait donc 20 ans que ça dure…

Mais RaunijaR est particulier à plus d’un titre. Alors que le groupe aurait pu se contenter de réappliquer la stricte formule de Heiðindómr Ok Mótgangr, il a choisi de prendre une autre direction, de type « un pas en arrière deux pas en avant ». Pas de remontée vers un album comme The Journeys And The Experiences Of Death ni même vers le plus cossu Kaoskult (ce qui aurait pu être salutaire) mais en remontant son passé, HELHEIM s’est arrêté sur un point de repère que certains ont peut-être oublié : l’EP Åsgards Fall, qui date de 2010 et qui était un petit prélude à Heiðindómr Ok Mótgangr avec notamment la version courte du hit "Dualitet Og Ulver". Et il sera difficile de s’y tromper vu que RaunijaR présente donc les morceaux "Åsgards Fall III" et "Åsgards Fall IV", vus comme la suite des parties I et II qui étaient donc présentes sur Åsgards Fall. Même si la continuité existe bien avec le début de l’album ne serait-ce que pour le grain de son, ces morceaux sont bien la suite de ce qui avait été développé par les norvégiens pour l’EP qui a donné son nom à ces morceaux. Suffit de subtilement intercaler anciennes et nouvelles parties dans votre lecteur Winamp et on y verra que du feu. Cela va donc permettre à HELHEIM de développer un paysage sonore un peu différent de celui de Heiðindómr Ok Mótgangr et qui avait donc été entrevu une année auparavant.

Ainsi, HELHEIM se montre sur un jour toujours Viking/Black ne serait-ce que pour ces trémolos bien râpeux ou ces vocaux rocailleux avec quelques moments plus frénétiques. Mais pour le reste, ces deux morceaux centraux de RaunijaR sont plus posés, plus mélodiques, plus atmosphériques et épiques même si l’agression riffique reste le fonds de commerce avec ces grattes grésillantes. Entre guitares acoustiques, percussions et cors, HELHEIM continue à développer son folklore viking somme toute personnel, qui est d’ailleurs ici encore plus mis en exergue par des chœurs et des vocaux clairs bien plus présents que par le passé. Avec des montées portées par des leads, on se situe même dans un terrain parfois progressif. Viking-Metal progressif, l’étiquette est lâchée, mais ça convient bien à HELHEIM qui se lâche parfois à la limite du psychédélique. Le raffinement est au rendez-vous et cela nous donne des moments forts gorgés de mélodies mystiques, comme au début de "Åsgards Fall IV", morceau porté par ses vocaux qui lui confèrent un aspect assez rituel, résolument viking et plutôt nocturnal, même si le feu de camp n’est jamais loin pour garder un peu de lumière. HELHEIM a clairement choisi la voie de l’introspection, sur fond de Metal cru avec ses leads/solos un peu déglingués, ce qui encore une fois témoigne de sa singularité dans le petit monde du Pagan/Viking/Black.

"Odr", cinquième et dernier morceau de RaunijaR, poursuit ce qui a été proposé pour "Åsgards Fall III" et "Åsgards Fall IV", avec des mélodies plus désertiques, et toujours ces percussions, cors et chants clairs qui amènent une ambiance assez unique, relevée par quelques moments plus enfumés (et du violon bien triste sur la fin). RaunijaR semble être à HELHEIM ce que Umbriel était à NOCTE OBDUCTA, un album plus atmosphérique et travaillé pour l’être. Mais RaunijaR est-il au niveau de l’album des allemands, et plus simplement rivalise-t-il avec les efforts passés des norvégiens ? Hélas non, pour plusieurs raisons. L’enchaînement entre le morceau-titre et la suite plus aérée fait un peu collage d’idées diverses ou de chutes d’autres albums, la présence des 3ème et 4èmes parties de "Åsgards Fall" demeure tout de même surprenante pour ce qui est censé être un nouveau full-length. Des parties qui, accompagnées de "Odr", souffrent quand même de petites longueurs et redondances, il faut dire que leur ensemble dépasse les 30 minutes soit les trois-quarts de l’album. Et, paradoxalement, on fait assez vite le tour de RaunijaR, surtout si on est fan des norvégiens même si leur direction musicale surprend un peu. Ça manque peut-être de tonus et les voix claires presque omniprésentes seront diversement appréciées, mais heureusement HELHEIM reste inspiré que ça soit pour sa composante mélodique et son souffle épique mis en exergue ici, et ses oripeaux Black parfois primitifs font toujours mouche. On lui préfèrera tout de même le plus varié et complet Heiðindómr Ok Mótgangr, RaunijaR n’est pas ce que les norvégiens ont fait de mieux mais l’expérience est à tenter, ne serait-ce parce que HELHEIM reste toujours unique en son genre. Une aventure peut-être inaboutie mais pas ratée, incongrue à l’image du groupe, mais qui mérite le détour.



http://www.helheim.com - 72 visite(s)


Rédigé par : ZeSnake | 15/20 | Nb de lectures : 6334




Auteur
Commentaire
Mogtesquieu
Membre enregistré
Posté le: 16/03/2016 à 08h56 - (119641)
Oh la belle surprise, agréablement surpris.
Merci pour la kro et la découverte




CromCruach
Membre enregistré
Posté le: 16/03/2016 à 18h52 - (119643)
Perso, un naufrage absolu qui se perd dans des circonvolutions pâteuses et une prod moisie. A mille lieues de leur précédent.



Toinou
IP:82.230.76.24
Invité
Posté le: 17/03/2016 à 08h28 - (119645)
Album de l'année 2015 pour moi. Un Enslaved qui assumerait ses digressions prog.

19/20

mydrin
Membre enregistré
Posté le: 19/03/2016 à 14h34 - (119657)
belle chronique pour cet excellent album



Celin
IP:62.64.55.174
Invité
Posté le: 20/03/2016 à 14h28 - (119661)
J'aurai mis 14/20, un bon album avec ce style qui leur est propre. Il est effectivement un peu court, on reste sur sa faim..., surtout quand ça fait plus de 4 ans qu'on attend un nouvel album d'Helheim. Belle chronique cela dit.

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker