HEART OF A COWARD - Deliverance (Century Media) - Selection VS du 02/11/2015 @ 07h36
Par ici la révélation ! Ou plutôt la confirmation quand on se remémore le potentiel de Hope And Hindrance (2012) et la qualité de Severance (2013). Bientôt, HEART OF A COWARD sera un groupe « qu’on ne présente plus » pour reprendre les mots préférés d’un célèbre directeur sportif belge. Notamment menée par Jamie Graham, chanteur de SYLOSIS en 2008 (sur l’EP The Supreme Oppressor et l’album Conclusion Of An Age), la formation originaire de Milton Keynes, là où la France a péniblement battu le Canada, va tenter de redorer le blason des anglais avec son Metalcore hyper couillu. Metalcore ? C’est un peu restrictif pour ce groupe qui, en 3 albums, bouffe à tous les râteliers du « Metal » qui fait fuir les trve. Parti d’un Deathcore très « core » aux légères inspirations TESSERACT sur Hope And Hindrance, HEART OF A COWARD avait su trouver le bon compromis entre Deathcore et Djent sur Severance, en y gardant ses aspirations Hardcore avec l’aide de morceaux comme "Deadweight" ou "Psychophant", l’ensemble se révélant également groovy au possible. Deux ans plus tard, Deliverance va entériner tout ça et même aller encore plus loin, pour livrer une petite bombe de Metal-Deathcore.

HEART OF A COWARD réalise déjà un tour de force car si son « style » tentaculaire reste reconnaissable, les anglais sont bien déterminés à ne jamais faire deux fois la même chose. Il aurait été bien aisé pour eux de photocopier des "Prey", "Distance" ou autre "Nauseam", ce qui aurait donné de nouveaux hits à défaut de renouvellement, on aurait même pu s’en contenter mais ils n’ont pas cédé à la facilité, préférant continuer à évoluer et à poser leur propre patte, à l’aide de nouveaux morceaux originaux et différents. Compositions, chant, production, tout progresse chez HEART OF A COWARD et sur la forme, on est déjà pas loin de l’album parfait. Le son est béni du feu de Satan par le biais de Justin Hill (SIKTH), ça déménage comme il faut pour toute bonne production « Deathcore ». Jamie Graham a fait de gros progrès, son chant clair est presque parfaitement maîtrisé, ses vocalises « core » sont bonnes et ses growls plus appuyés que par le passé font mouche. Et niveau compositions, on est encore un cran au-dessus de Severance, entre guitares bien plus étoffées que la moyenne Deathcore/Metalcore (HEART OF A COWARD fait souvent office d’anti-EMMURE, même les parties « simples » se révélant riches et surtout efficaces) et batterie au groove imparable. Et que dire des nombreuses inspirations stylistiques qui trouvent ici une cohérence remarquable, il y a de tout et si le groupe virevolte d’un style à un autre plus qu’il ne mélange tout à chaque instant, la revue est plus que convaincante et donne naissance à de nombreux brûlots. Deathcore à breakdowns, Deathcore technico-progressif, Metalcore à cavalcades rythmiques, Djent lourd, Djent tubesque à chant clair, Groove, Post-Metal, Néo même, tout y est à l’exception, finalement, du côté Hardcore limite moshant d’antan. Et HEART OF A COWARD perd en tradition ce qu’il gagne en force de frappe et en accroche.

Si Severance s’ouvrait par le bien percutant "Monstro", Deliverance lui balance direct le très gros hit qu’est "Hollow". Tout ce qui fait le charme de HEART OF A COWARD est là-dedans : grattes bavardes entre Deathcore et Metalcore, ni trop démonstratives ni pas assez, moments déjà énormissimes (les rythmiques précédant le premier refrain sont géniales), morceau porté par son chanteur qui pose déjà un refrain particulièrement fédérateur. On a même le droit à un solo assez frais et inattendu. HEART OF A COWARD est inspiré et ça se sent, poussant plus loin ce qu’il avait fait sur Severance sans se répéter. Les tubes seront donc bien différents de ceux de l’album précédent mais ils sont bien là. On s’arrêtera donc sur la tuerie plus metalcorisante qu’est "Turmoil I : Wolves", aux rythmiques juste ultimes pour le genre, le tapage de pied est garanti, et entre deux headbangs on appréciera les excellents growls de Jamie Graham, ainsi qu’un refrain bien goupillé et une dernière partie bien incisive. Le plaisir est prolongé par le second chapitre qui complète bien le premier, "Turmoil II : The Weak Inherit the Earth", avec des chœurs bien entraînants et un bel aspect épique qui se dégage de l’ensemble, tout de même relevé par des riffs metalcore bien cossus. Deliverance, autre surprise, se distinguera donc également par quelques moments plus épiques qu’à l’accoutumée, à grand renfort de trémolos et de chants clairs, sans retomber dans l’inspiration TESSERACT de Hope And Hindrance. Cela n’en fait pas un album plus « soft » que Severance comme dit par certaines chroniques, mais HEART OF A COWARD sait toujours se montrer rafraîchissant quand il le faut. "Mouth of Madness" a donc tout du tube mélodique en diable, percutant mais aéré, sombre mais lumineux, il y en a pour tous les goûts. Un parfait équilibre des contrastes qui se retrouve sur l’enchaînement sur "Deliverance", grosse claque aux riffs djent/deathcore colossaux, tempérés par un refrain très prenant ; et vu que ça ne suffit pas on continue dans la même veine sur l’excellent "Skeletal I : Mourning Repairs", avec un mariage nickel entre riffing metalcore/deathcore/djent tranchant (avec des growls se faisant bien gras) et mélodies/chant clair/trémolos, il y a de tout mangez-en comme on dit. Mais l’autre tube de Deliverance se nomme "Anti-Life", morceau clairement néo-deathcore (des riffs simples jusqu’au chant saccadé) mais une tuerie néo-deathcore tout simplement, entre couplets couillus et refrain imparable.

Avec ça HEART OF A COWARD a presque fait le tour de ses inspirations, reste alors à explorer encore un peu son côté le plus lourd. Chose faite dès le début de l’album et "Miscreation", œuvrant dans un djent très écrasant (notamment la dernière partie) juste tempéré par son refrain libérateur. Sur cette base nous aurons aussi droit à "A Grain of Sand", qui malheureusement (outre le final "Skeletal II : Arise" qui n’est finalement qu’une conclusion épique à "Skeletal I : Mourning Repairs" et à l’album entier) me semble être la seule erreur de parcours de Deliverance : l’influence THE ACACIA STRAIN est franchement trop voyante et le refrain est convenu au possible voire même inadapté. Enfin, le reste qui dépasse les 40 minutes mérite largement l’investissement, tenons-le pour dit. Je sais que cette sélection va faire jaser après celles de MGŁA et CATTLE DECAPITATION, mais force est de constater qu’avec Deliverance, HEART OF A COWARD a peut-être pondu un des albums majeurs du Deathcore/Metalcore actuel. On avait pu percevoir les vrais talents des anglais dès Severance (dont la plupart des hits tournent encore régulièrement chez moi), mais là ils enfoncent le clou avec les meilleurs riffs deathcore/djent du marché et des refrains remarquables. Les extraits m’avaient laissé penser que nous tiendrions là une bombe, l’album entier a largement comblé mes attentes, et le constat est là : Deliverance est une pépite. De nouveaux tubes pour les anglais qui explorent une recette différente de ceux de Severance sur la même base, et au bout un album riche et varié, jamais un groupe estampillé Metalcore/Deathcore n’a pondu un disque aussi complet, tous les sous-styles rattachés à ce qui joint « Metal » et « core » sont là, ça groove et c’est catchy. Grosse inspiration, grosse production, enchaînement irrésistible de morceaux tous plus couillus les uns que les autres qui ont chacun leur propre intérêt et leur propre apport : HEART OF A COWARD a réussi un exploit en pondant un des meilleurs -si ce n’est le meilleur- albums à la fois de Deathcore et de Metalcore (voire de Djent) de ces dernières années. L’Angleterre tient sa revanche, avec raffinement et respect des valeurs, Deliverance c’est le « set » de mêlée le plus lourd et le plus puissant du mondial du Metal-Deathcore.




Rédigé par : ZeSnake | 17/20 | Nb de lectures : 8961




Auteur
Commentaire
Le drusse
IP:89.225.0.244
Invité
Posté le: 02/11/2015 à 07h45 - (118508)
Oh oui c'est un chef d'œuvre

Meridian
Membre enregistré
Posté le: 02/11/2015 à 09h23 - (118509)
Belle chronique ZeSnake ! Après avoir squatté le grassouillet "Severance" tout l'été 2014 j'attendais patiemment leur retour et, sans toutefois avoir fini dans le fossé, j'en ai pris plein les esgourdes lors de la première écoute.

Au risque de te répéter, ce qui fait la force du disque est la conjonction de deux choses : d'une part, la capacité à marier des éléments venus de styles différents tout en évitant l'indigestion, et d'autre part la structuration des titres autour de véritables riffs de metal. Car oui, ils savent composer des lignes de grattes folles furieuses qui te font taper du pied et monter l'adrénaline : la première minute de l'album, avec cet emballement de cordes suivi d'un break, n'est qu'un exemple ! Comme sur l'album précédent, mais de manière plus "straight-forward", les murs de grattes te chopent par le lobe et te font faire le grand huit. Question efficacité et plaisir instantané, on atteint clairement des sommets.

Mes seuls regrets sont le chant clair (je n'y arrive pas vraiment et il est très présent) et la production (je préférais la rondeur de "Severance" au tranchant métallique du petit nouveau mais le choix est certainement délibéré, au vu du riffing).

Quant à la durée de vie bah... inutile de préciser qu'elle est relativement faible : un disque aussi puissant, agressif et instantané ne peut difficilement être plus qu'un "one shot". On reviendra dessus après une sale journée de taf :)


15,5/20



DjontDjont
IP:78.221.127.240
Invité
Posté le: 02/11/2015 à 11h05 - (118510)
En espérant que l'album ne soit pas dans la veine du titre du clip qui est ... sacrément plat, vide et générique de tout ce que je déteste dans le djent. Allons voir.

ennemi juré
IP:93.14.83.230
Invité
Posté le: 02/11/2015 à 17h22 - (118514)
Très bon album. Dommage qu'ils n'aient pas gardé la prod du précédent, car l'album aurait eu encore plus d'impact.
16/20

couic
IP:92.149.108.238
Invité
Posté le: 02/11/2015 à 18h59 - (118515)
Si c'est ça le meilleur du metalcore et deathcore, ces styles ne sont définitivement pas pour moi. Je m’emmerde profondément en écoutant ça, c'est complétement plat et insipide. Les titres passent les uns après les autres sans laisser la moindre empreinte.

Axellica
IP:85.169.43.198
Invité
Posté le: 02/11/2015 à 21h58 - (118517)
Je ne connaissais pas, et je n'aime pas vraiment cette mouvance musicale, mais j'aime beaucoup a contrario ce que j'ai ecouté. Merci de la découverte! :)

Slumber
IP:90.32.184.187
Invité
Posté le: 03/11/2015 à 13h38 - (118521)
J'ai écouté et je ne trouve rien de plus qu'un autre groupe du même style.
Les riffs n'ont vraiment rien d'exceptionnels. Je vous conseille en djent mais en plus novateur hacktivist..

Dimechag
IP:95.141.97.226
Invité
Posté le: 03/11/2015 à 14h24 - (118522)
Rien de novateur dans Hacktivist si ce n'est le chant Hip et Hop. La zique vole pas haut.
Et ce Heart Of A Coward du peu que j'en ai pris dans les cages à miel reste trèèès vu et revu comme tous les groupes du genres qui peinent à se sortir de ce trou nommé Djent.
Je précise que c'est un genre que j'apprécie mais que je trouve au fond du gouffre...
A l'instar de tout le metal-core qui l'a précédé, que reste t-il de tous ses poseurs qui se sont engouffrés dans la brèche à mèche?
C'est valable pour tous les effets de mode en fait.

Mioch
IP:195.154.110.66
Invité
Posté le: 04/11/2015 à 22h07 - (118547)
Du chant clair, des mèches, des rebonds. Que demander de plus !!!

Godfroid
IP:86.202.242.216
Invité
Posté le: 05/11/2015 à 12h39 - (118552)
Il n'y a pas de honte a faire du metalcore/djent a chant clair alors svp arretez d'y accoler le mot deathcore parceque ca fait plus evol

AnusFraicheur
Membre enregistré
Posté le: 05/11/2015 à 13h22 - (118553)
Evol, c'est pas forcément le qualitatif qui me vient à l'esprit quand j'aperçois le mot deathcore...

noohmsul
Membre enregistré
Posté le: 07/11/2015 à 09h40 - (118580)
@couic : je te rassure, j'aime beaucoup certains groupes de Deathcore et Metalcore, mais ici je suis comme toi : je trouve ça vide et plat, ça me fait ni chaud ni froid...

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker