HEALING - I Should Have Killed My Roomates (Autoproduction) - 21/05/2013 @ 08h02
HEALING est un groupe core nantais qui prouve une fois de plus que la scène française se porte à merveille. Comme beaucoup de leurs camarades de jeu, les gars ont été plongés dans la marmite Converge quand ils étaient petits. J’en veux pour preuve leur amour des structures alambiquées, du chaos sonore et d’une technique bien mise en avant. Comme beaucoup de leurs camarades de jeu, ils se sont aussi roulés dans la fange « blackened core », avec parcimonie ceci dit, qui sévit en ce moment. Sur le titre « Walls » notamment qui envoie quelques envolées de blast et fait claquer les BPM. Mais HEALING ne fait pas que copier ses petits camarades et propose une musique plus riche, plus évoluée et plus personnelle que ne le laissent penser ses quelques premières lignes.

Les Nantais aiment la diversité des atmosphères, des rythmes, des ambiances. Le genre de mecs qui n’hésitent pas à enchaîner passages mélodiques proche du post rock au accélérations black metal sur « If Time Travlel Was An Option », l’une des pièces maîtresses d’un album qui ne manque pas de morceaux de qualité. On retrouve sur ce titre toute la sève et l’adn d’un groupe dont la versatilité est l’une des qualités premières. J’ai cité Converge mais on trouve aussi des petites influences allant de Comeback Kid ou Ruiner en passant par The Phantom Carriage ou encore Coldworld et Coldburn sur plusieurs morceaux plus mélodiques portés par une vibe rock sombre. Ce petit côté « rocky » et « noisy » apporte beaucoup de saveur à HEALING et amène une variété bienvenue dans un album qui, sans ça, risquerait de tourner en rond. Mais ce n’est pas le cas ici car chaque morceau est à sa place et amène quelque chose à « I should have killed my roomates ».

Le disque est très bien construit, démarrant par deux gros coups de lattes avant de proposer une petite respiration et de mixer les atmosphères en fin de parcours. « Whoring », situé pile poil en milieu d’album fait partie des morceaux les plus réussis puisqu’on y trouve des traces de Coldburn, au niveau de la voix, voire même de Cold tout court (oui oui ce groupe de grunge-metal que j’aimais beaucoup d’ailleurs). Une voie à explorer pour le groupe car c’est là que je les trouve le plus à l’aise avec leurs compositions. Compos bien mises en valeur par une production riche (mais pas trop), claire (mais pas trop) et propre (mais pas trop) qui offre à chacun la possibilité de démontrer ses capacités. La prod, avec la musique, le son et l’artwork, forment un tout cohérent, pensé et réfléchi. Les Nantais ont fait les choses bien. Très bien même. Mais en terme de hardcore, l’école nantaise n’a plus rien à prouver de toute façon même si ici, on est dans le hardcore au sens large, un terme devenu au fil du temps bien difficile à définir tellement le genre s’est ouvert à tous les autres styles pour former une grande et vaste scène. HEALING en est une preuve supplémentaire. « I should have killed my roomates » fait partie de ces « petits » albums à côté desquels il est dommage de passer.

Ecouter en intégralité. - 132 téléchargements


Rédigé par : Seb On Fire | 15.5/20 | Nb de lectures : 11126




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker