HATE ETERNAL - Infernus (Season Of Mist) - 22/09/2015 @ 07h14
La Haine Éternelle brûle toujours dans les veines d’Erik Rutan mais cette fois, l’âge aidant il prend son temps. Quatre années exactement séparent le petit nouveau de son grand frère, « Phoenix Amongst The Ashes » que j’avais vraiment aimé mais qui s’étiole quelque peu au fil du temps. Aujourd’hui quand je veux me faire un petit HET ETERNAL, je me tourne plus vers « I, Monarch » ou « King Of All Kings » que vers Phoenix que je n’ai pas écouté depuis un petit moment, c’est vrai. Bref, « Infernus » tourne depuis un petit mois et j’ai du mal à le lâcher, ce qui est bon signe pour un album de death. Avant de rentrer dans le vif du sujet, comme avec chacun de leur disque, il est utile de faire un petit « point line-up ». Sur Infernus, outre Rutan, on trouve J.J. Hrubovcak qui rempile à la basse et Chason Westmoreland, un petit jeunot de 26 ans qu’on a pu écouter dans The Faceless, Oceano et Fallujah à la batterie. Une belle promotion donc pour le petiot qui prouve ici qu’il n’est pas venu là pour écosser les petit pois.

Quatre années donc auront servi à écrire, composer et enregistrer « Infernus ». Quand on écoute le résultat final on est en droit de se dire qu’il a eu raison de prendre son temps tellement on en prend plein les oreilles d’entrée de jeu. « Locust Swarm » ouvre le bal par des blasts, des blats et encore des blasts. Une habitude chez eux, mais là, on peut dire que le gamin possède un jeu de poignets et de jambes assez hallucinant. Il maintient un rythme implacable sans pour autant en foutre partout ou déborder comme un cochon. Malgré son jeune âge, il colorie parfaitement, sans dépasser, sans coups de crayons visibles ni ratures. C’est propre de A à Z. Il est même capable d’alourdir un peu la frappe et de calmer le jeu le temps de quelques passages un peu plus « atmos » voir mélodiques comme sur le final de « Locust Swarm » par exemple qui offre une petite respiration. Mais légère, il n’est pas question de louper parce que derrière ça va reprendre de plus belle. Un peu comme dans Ecco The Dolphin ou chaque bulle d’air est synonyme de survie. Ici, si tu loupes les quelques secondes sous les 200BPM, tu risque la noyade sous le déluge de blast et de notes.

Une bonne entrée en matière donc, un début de disque AOC pour HATE ETERNAL qui ne surprend certes pas mais balance du gros bois. Le son est hyper métallique mais un poil moins mécanique que par le passé, la basse semble plus rondelette et le son de batterie plus varié tout en restant très propre et clair, une chouille trop à mon goût, mais là c’est le fan de punk et de hardcore qui parle. HATE ETERNAL possède un esprit propre à lui, à mi chemin entre la Bagarre et le Mal il se dégage toujours quelque chose d’infernal de ces accords, de ces riffs, de cette musique mais sas sombrer dans le satanisme de bas étage ou l’ésotérisme de pacotille. Erik Rutan est avant tout là pour balancer des pains dans la gueule et il le fait parfaitement encore une fois. Ecouter « La Tempestad » s’est se lancer dans une guerre totale de quatre minutes. Ça tombe de tous les côtés avec une précision diabolique, on est pratiquement pris de vertiges devant tant de brutalité et d’agressivité. Submergé par la Haine Éternelle. Le début de la triplette infernale de cet album. Arès la virulence sans limite de ce morceau, « Infernus », long de plus de six minutes, déroule un tempo beaucoup plus lent, amène de la lourdeur ainsi qu’une atmosphère poisseuse, fétide et vénéneuse. Un morceau plus en variations qui rappelle, lors de certains plans, les bons moments d’un Immolation ou d’un Morbid Angel. Rutan ne s’arrête pas en si bon chemin et termine ce trio du jour par l’infernal « The Chosen One », nouvelle démonstration de violence sur laquelle la basse sonne comme une mitrailleuse lourde et où le père Rutan balance un petit solo surréaliste, tranquillou.

Le titre de fin illustre à lui seul la très belle cover, on imagine une escouade d’anges belliqueux descendre du ciel pour se friter avec une brigade de démons vengeurs. Erik Rutan revient très fort avec ce sixième disque qui risque bien de s’imposer comme un des tout bons albums d’HATE ETERNAL. Furieux, belliqueux, féroce mais aussi bien plus varié que les premières écoutes ne peuvent le laisser penser, le gars Westmoreland abat un travail phénoménale derrière ses peaux, « Infernus » est un album qui allie la trique solide et pleine de sève jeune premier à l’expérience rassurante et vicelarde de l’homme dans la force de l’âge. Un disque plein de maîtrise, de violence et de haigne (un mix de haine et de hargne).



http://www.hateeternal.com/ - 138 visite(s)


Rédigé par : Seb On Fire | 16.5/20 | Nb de lectures : 9553




Auteur
Commentaire
Meridian
Membre enregistré
Posté le: 22/09/2015 à 08h58 - (117958)
C'est bien composé et produit pour un résultat au-dessus de son ainé, même si je plussoie quant au côté "trop clair" et "métallique" du son. Un petit enrobage aurait donné plus de lourdeur aux titres. Le seul album de death que j'ai écouté avec attention et plaisir cette année.

Parenthèse: le batteur est une belle surprise. Finalement, vous préférez Chason Westmoreland, Derek Roddy ou Jade Simonetto ?




GabinEastwood
Membre enregistré
Posté le: 22/09/2015 à 09h02 - (117959)
J'avais décroché depuis un moment sur le groupe, qui pour moi n'a jamais égalé "I Monarch" et "King of all kings" et ce nouvel album est une tuerie !!

Inspiré, sauvage, brutal et super bien produit il permet à la bande à Erik Rutan de sortir un des albums death de l'année, tout simplement !



Maxgrind
IP:78.122.6.150
Invité
Posté le: 22/09/2015 à 09h31 - (117962)
Ma torgnole, elle est brûlante. Par ici, la torgnole bien brûlante.

En tant que fidèle VRP d'Hate Eternal, je peux vous assurer de suite que vous allez être convaincu par les qualités d'Infernus, leur dernier méfait. Quoi, vous avez des doutes? Alors, je vous fais une démonstration !

(Sans attendre, j'appuie sur play en sachant d'avance que l'auditeur va se faire prendre d'assaut les cages à miel par cet Infernus)

On rentre directement dans le vif du sujet avec Locust Swarm, qui démarre sur les chapeaux de roue, et autant dire qu'Hate Eternal n'est pas là pour faire dans la dentelle (mais alors pas du tout). La nouvelle recrue du groupe, Chason Westmoreland, fait déjà ses preuves, avec ses blasts à foison et sa précision diabolique.
Le morceau finit en apothéose avec un tempo qui ralentit, jouant sur un aspect plus lourd mais toujours avec autant de variations et de finesses.
Une violence prédominante, une brutalité efficace et des riffs acérés, la bande à Rutan est-elle au sommet de son art?

The Stygian Deep débarque et le même constat s'impose. Là où Phoenix avait certaines lacunes de composition, Rutan s'est débarrassé du superflu pour ne garder que l'essentiel sur Infernus.
Et que dire de ce riff entêtant à 2min16, qui comme une alarme annonce le danger à venir? Effectivement, déluge de blasts à l'horizon et c'est le chaos total jusqu'à la fin du morceau.
Des riffs et des soli à tomber par terre, Rutan régale !

Pathogenic Apathy, premier single du groupe, est un rouleau compresseur tout en puissance. Chason Westmoreland démontre une fois de plus son endurance, sa vélocité et sa créativité. Car oui, le mec ne fait pas que tartiner. Vous pensiez avoir atteint le sommet de la brutalité? Haha, que nenni, c'était la mise en bouche !

Et arriva la Tempestad. OUCH ! On la sent bien là, la Haine Éternelle de Rutan. On la sent à tel point qu'elle te prend à la gorge dès les premières secondes, un défouraillage sans avertissement !
Et ce refrain, mes aïeux, on a l'impression que l'Apocalypse s'abat sur la Terre.
Ni plus ni moins une leçon de violence exacerbée !

Après la tempête, le beau temps? NON ! Plutôt les limbes, les méandres. Infernus débarque et ça sera un autre temps fort de l'album. Un morceau mid-tempo d'Hate Eternal, ça surprend mais le constat est implacable : Rutan sait tout faire !
Encore une fois, on est gratifié de riffs jouissifs et de soli démentiels. Une leçon de composition, vous dis-je !!!

Avant dernière charge pour affaiblir l'ennemi avec The Chosen One. Un bulldozer qu'on prend en pleine face, avec Chason Westmoreland à la gâchette qui nous matraque de munitions Panzer. MAIS C'EST PAS FINI !

Zealot, Crusader Of War, continue de préserver intacte la flamme du groupe : la fureur ! Et puis vient ce moment à 3min23 où Rutan pond ce riff sorti des entrailles de l'Enfer. Un riff écrasant avec la double qui appuie là où ça fait mal. BIM, c'est cadeau !

S'ensuit la bataille finale pour achever les derniers survivants, avec Order Of The Arcane Scripture, qui fait office de dernier morceau rouleau compresseur. Dernière déchaînement, dernier déferlement.

Chaos Theory, premier morceau 100% instrumental d'Hate Eternal (il me semble), arrive à point nommé pour reposer nos esgourdes avant le final en apothéose. Ça remplit bien son rôle et ça se laisse agréablement écouter. Limite dommage que Rutan n'ait pas creusé plus loin le filon du riff au milieu de ce morceau (encore un riff en or).

Et nous y voilà, O Majestic Being, Hear my call qui sonne le glas ! Intro au vocoder (il me semble) et démarrage en douceur avec un petit blast de derrière les fagots. Le morceau progresse lentement mais sûrement (un peu comme sur le titre éponyme) et les gros blasts qui tâchent finissent par arriver. Rutan est parti en croisade, armé de ses riffs et de ses soli assassins. Et au final, on ne peut que constater les terres désolées, les ravages de cette Guerre.

Bilan : Infernus est un album d'une intensité incroyable, un de leurs meilleurs en tout cas, qui peut aisément prétendre au partage du trône avec I, Monarch. D'ailleurs, il aurait bien mérité une sélection (je lui mets un 18-19/20). Un petit mot sur la prod aux petits oignons de Rutan, quel régal pour ma part !

Oui, Infernus est un putain de chef d'oeuvre. Oui, Chason Westmoreland est une putain de machine de guerre. Oui, Erik Rutan est un putain de chef d'orchestre/maître de guerre/génie. Et oui, la Haine est Éternelle !!!

Alors, vous la voulez, cette torgnole brûlante?

kRING
IP:86.206.151.194
Invité
Posté le: 22/09/2015 à 11h05 - (117963)
L'artwork est magnifique, il y a une version limitée de l'album?

Blob
IP:195.244.164.245
Invité
Posté le: 22/09/2015 à 11h37 - (117964)
Tenté je suis, je ne possède d'eux que 'I Monarch' que j'avoue avoir beaucoup de mal à m'enfiler d'une traite...
@Maxgrind: il me semble d'ailleurs qu'il y ait une instru sur 'I Monarch'

Je vais ptet me repencher sur leur cas avec cet Infernus encensé à peu près partout.

Maxgrind
IP:78.122.6.150
Invité
Posté le: 22/09/2015 à 17h05 - (117967)
@Kring : Oui, il y a une édition limitée dispo sur le site de Season Of Mist. Il y a soit la box seule pour 20€ (digipack + patch + drapeau) ou le bundle box + tshirt à 35€.

@Blob : Bien vu, j'avais un doute et après vérification, c'est le morceau Faceless One sur I, Monarch.

@Meridian : C'est limite un problème de riche tellement le choix est difficile. Pour ma part, aucune préférence car les trois avaient chacun leur style propre. Match nul !

BassFrog
IP:109.188.124.8
Invité
Posté le: 22/09/2015 à 18h34 - (117968)
Pffouaaa c'te beigne en pleine gueule !!

Je m'étais arrêté à "I, Monarch" - et depuis quelques années j'ai un peu décroché du brutal death...par lassitude.
Là, c'est inspiré et réfléchis, le disque réussi m'accrocher sur toute sa durée sans baisse d'intensité. En permanence bluffé par le débit de haine expedié.
Ca tringle sévère.

Et ce titre "Infernus" et son riff magique tout en lourdeur - du grand art

Meridian
Membre enregistré
Posté le: 22/09/2015 à 19h51 - (117970)
Il est emballé notre Max ! Deux chroniques pour le prix d'une !

eyziel
Membre enregistré
Posté le: 22/09/2015 à 20h46 - (117971)
C'est pas mal. La première écoute avoine.

Phlogiston
IP:62.34.124.13
Invité
Posté le: 22/09/2015 à 22h26 - (117972)
C'est toujours la même chose. J'adore !

Godfroid
IP:78.250.32.1
Invité
Posté le: 23/09/2015 à 00h01 - (117973)
Meridian: jade simonetto! Peut etre legerement moins technique que les autres mais une energie de folie en plus!
Chason est trés bon mais c'est surtout la basse et le chant qui m'ont sciés.
Pour le coup on a vraiment une production parfaite qui sublime les morceaux. De fait on a l'impression que les compos sont moins brutal que par le passé, comme si rutan avait voulu faire la lecon a trey azagthoth pour illud genre "la il faut vraiment que tu te reprenne mec, mais je peu t'aider a te remettre dans le droit chemin, prend en d'la graine fils"

Humungus
Membre enregistré
Posté le: 23/09/2015 à 06h12 - (117974)
Ayant quelques potes fanatiques du groupe, je me bouffe du HATE ETERNAL à chaque sortie d'album et ce depuis leur début afin d'avoir des choses à raconter en soirée.
Et à chaque fois, je me demande bien pourquoi je m'inflige cela car je trouve ça plat et chiant. Aucun titre ne sortant de la masse.
Bah cette année, rebelotte...
Une question se pose alors : Vais-je reperdre 45 minutes de ma vie à leur prochain méfait ?

(Ceci étant dit, c'est vrai que la pochette et le message transmis par cette dernière sont classieux)

The Quebekers
IP:74.56.188.2
Invité
Posté le: 23/09/2015 à 08h55 - (117981)
Une putain de bombe ce disque! De la musique puissante, une production d'enfer avec cette haine calibré "moi j'te la mets dans ta face".

Beaucoup aimé la critique de Seb On Fire.

Maxgrind
IP:78.122.6.150
Invité
Posté le: 23/09/2015 à 19h42 - (117987)
@Meridian : Un peu, mon neveu. Y a aussi le dernier Cattle Decapitation et le dernier Defeater sur lesquels je risque d'être dithyrambique :)

Meridian
Membre enregistré
Posté le: 23/09/2015 à 19h48 - (117988)
@Maxgrind : prem's sur le Defeater ! Pas écouté le Cattle :)

Blob
IP:195.244.164.245
Invité
Posté le: 24/09/2015 à 11h23 - (117995)
C'est hors sujet mais le Cattle est énormissime!!!

bon faut que je me prenne Infernus, les extraits écoutés m'ont convaincu.

nok!
IP:91.235.141.253
Invité
Posté le: 24/09/2015 à 14h04 - (118000)
Putain il demonte la gueule !!!

nok!
IP:91.235.141.253
Invité
Posté le: 24/09/2015 à 14h15 - (118001)
Marrant de comparer cette pochette avec celle du dernier soulfly

dominator
Membre enregistré
Posté le: 26/09/2015 à 09h51 - (118030)
Une tuerie!!
Je sais pas pourquoi mais je le sentais bien cet album.
Et bien pas déçu d'un poil.
Je ne pensais pas que le nouveau batteur pouvait faire aussi bien que Simonetto.Incroyable ce p'tit jeunot.
Le drapeau dans l'édition limitée est superbe.



ManOfShadows
Membre enregistré
Posté le: 29/06/2016 à 09h53 - (120501)
Acheté seulement avant-hier et écouté deux-trois fois. Et je suis vraiment déçu. Je suis désolé de dire que cet album est complètement raté, la faute à une production catastrophique et ne comprend les commentaires précédents.

Le mastering écrase tout les instruments, nivelle les volumes au même plan et rien ne ressort. L'écoute en est pénible et difficile. Vraiment, je ne pige quasiment rien aux riffs, noyés dans la masse. La batterie (le style de jeu du nouveau batteur me saoule dès le 3ème titre) contient même des différences de volumes au sein même d'un seul titre. Chant, batterie, riffing à deux guitares, leads & solis, tout cela forme une grosse mélasse où il est ardu de se dépêtrer. Je trouve, de plus, que cette prod stérile gâche toutes les émotions du disque où aucune colère ou rage ne parvient à être communiquée. A la limite, celle de "I, Monarch" était meilleure, plus aérée, plus vivante (ré-écoutez la caisse claire de Roddy, au rendu très naturel).

C'est quand même dingue que Rutan, producteur de métier et ayant un très beau CV, n'arrive pas à produire son propre groupe ("I, Monarch", "Fury and Flames"...).



Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker