HARM DONE - Abuse / Abused (Straight&Alert) - Selection VS du 22/04/2016 @ 07h12
« Pas le temps de niaiser ». Tel semble être le credo des nantais même si je sais qu’ils m’en voudront à mort pour avoir cité un immonde ivrogne, mais c’est pas grave, j’aime le danger. En même temps, après deux démos tonitruantes, HARM DONE envoie son premier album soit 17 morceaux pour une durée totale de 18 minutes et 48 secondes. Pas besoin d’avoir fait math spé pour faire le calcul. On tourne autour de la minute par morceau. Pas de quoi s’étonner, c’était aussi le ratio des démos précédentes. On ne sera pas perdu et on sera même heureux d’apprendre que, malgré un changement de line-up, le groupe reste entre les mains gantées d’Alexxxis, ne change pas de style et reste fidèle à lui-même : Esprit Bagarre, voyouterie et grand banditisme musical.

Dès l’artwork, on sait que tout ça ne va pas respirer la joie de vivre. Puis on jette un coup d’œil aux lyrics et c’est pareil. En termes de cohérence des univers, on est bien. Puis finalement on appuie sur play et on est parti pour un bon dérouillage en règle. Tous les coups sont permis même les low blows, les fourchettes dans les yeux et autre coups de pieds dans les reins quand l’adversaire est au sol. « Dans la vie, rien n’est gratuit sauf la violence, évidemment » disait un artiste masqué. HARM DONE met cette phrase en perspective et donne l’impression de casser des doigts à coups de marteau et ce dès la première seconde du premier morceau, « Perpetual Wait » qui prend à la gorge et serre très fort. Powerviolence, metal, punk, crust, d-beat, hadcore, youth crew, on prend tout ça, on touille très fort et très vite, on verse et c’est chaud bouillant. Une voix punk hardcore qui éructe sa haine et sa rage sur des riffs hardcore metal et des rythmiques powerviolence. Sans oublier les moshparts et autres ralentissements qui donnent envie de péter des genoux, des tibias et de faire valser les chicots. Que dire alors de « Sink Again » ? Son démarrage grindcore, son martèlement ininterrompu et enfin sa moshpart hyper déglingue. Voilà, je pense que déjà, à partir de là, y’a plus grand-chose à dire. Et pourtant il reste encore quinze morceaux.

Parmi ceux-ci, on retiendra le très lourd « Drifting Away » et le puissamment métallique « Alone » qui, avec ses relents de Revenge et porté par un excellent jeu de voix, s’impose comme le meilleur titre de l’album. Enfin s’il faut vraiment sortir un extrait du lot, ce serait celui-là. « Empire Of Dust » avec son cri de Kraken (ça crie un Kraken au fait ?) poursuit l’entreprise de démolition à grands coups de sledgehammer. Triple H. Tandis que le morceau titre envoie la moshpart la plus sale et vicelarde du LP. « Twice Rather Than Once » fait pratiquement figure de morceau progressif avec ses deux minutes dix-sept secondes au compteur. Et, en effet, on passe par plusieurs atmosphères tout au long du morceau qui se conclut par un fade out. Mais c’est pour mieux re-agresser avec un « Two World » presque catchy derrière.

Le son est lourd et charbonneux, metal, poussiéreux. Les guitares aux cordes de plombs et rouillées, la basse. Aaaah la basse. C’est pas une basse c’est un flot de magma qui se déverse sur les bandes et emporte tout. Tsunami. La voix se démarque un peu du flot des sorties estampillées powerviolence avec son timbre et son phrasé tout doit sorti du punk hardcore à l’ancienne. On pourra regretter l’abus de reverb mais c’est le style qui veut ça. Pour le reste, HARM DONE ne déçoit pas avec ce premier disque « longue durée », il confirme ce que promettaient les démos. « Dans la vie, rien n’est gratuit sauf la violence, évidemment » disait un artiste masqué. Oui sauf que cette fois, il va falloir sortir un petit bifton pour se procurer ce disque. Oui il le faut parce que niveau agression sonore et violence en réunion, mis à part le prochain Nails, je ne vois pas qui pourra faire mieux dans le « hardcore jeu » cette année.
Les larsens à la fin de HARM DONE c’est encore du HARM DONE.





Ecouter. Télécharger. Acheter. - 96 téléchargements


Rédigé par : Seb On Fire | 17,5/20 | Nb de lectures : 7194




Auteur
Commentaire
IkeA
Membre enregistré
Posté le: 22/04/2016 à 10h26 - (119892)
Défonce



Moulinexxx
Membre enregistré
Posté le: 22/04/2016 à 11h26 - (119894)
Oh le joli parpaing right in your gencives !

Moulinexxx
Membre enregistré
Posté le: 22/04/2016 à 11h34 - (119895)
PS : je reconnais le chanteur (grâce à ses mains gantées et son t-shirt Confront), qui est (ou était ?) dans Raw Justice.

Seb On Fire
Membre enregistré
Posté le: 22/04/2016 à 12h11 - (119897)
Oui c'est bien Alexxxis qui était dans feu Raw Justice. Le groupe a splitté l'été dernier.

Velvet Kevorkian
Membre enregistré
Posté le: 22/04/2016 à 15h04 - (119900)
Grosse grosse mandale Nantaise. Sélection amplement mérité!

Pelo
IP:77.196.64.198
Invité
Posté le: 22/04/2016 à 16h53 - (119902)
Une bonne tuerie qui a déjà tourné un paquets de fois chez moi! Et en live c'est vraiment bien intense.

CromCruach
Membre enregistré
Posté le: 22/04/2016 à 22h03 - (119904)
Plein la mouille.



Alex Nuisible
IP:109.31.118.24
Invité
Posté le: 25/04/2016 à 20h41 - (119916)
Pure tuerie cette galette!!

Derketa
IP:31.157.32.241
Invité
Posté le: 27/04/2016 à 21h24 - (119929)
Ouille ça latte dur en 2 minutes les extraits.

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker