HANGATYR - Elemente (Autoproduction) - 21/05/2014 @ 08h24
Pendant des années, j'ai pris le bus pour rentrer chez moi et un des arrêts un peu avant le mien s'appelait "Apolda", je me suis toujours demandé ce à quoi correspondait ce nom sans jamais penser à faire une recherche une fois rentré chez moi. Et bien ça y est, je sais, Apolda est une ville allemande située en Thuringe, un länder de l'Est du pays qui faisait partie de l'ex-RDA. C'est de là qu'est originaire HANGATYR, le groupe qui nous intéresse ici. Ces teutons ne sont pas vraiment des jouvenceaux puisque ce combo existe depuis 2006 et qu'avant ça, la plupart des membres de HANGATYR jouaient dans SCHWARZE STILLE, groupe de black metal fondé en 1997 avec lequel ils ont sorti une démo et deux albums.

Pour votre culture générale, sachez que Hangatýr est un des noms d'Odin, le principal dieu de la mythologie nordique qui avait plusieurs dizaines de noms différents. Hangatýr signifie "le dieu des pendus" et son nom était d'ailleurs évoqué dans "Secret of the Runes", un titre de THERION. L'album est autoproduit, comme à peu près tout ce qu'ils ont jamais sorti et nous arrive dans un joli digipack, sobre, dans les tons gris. Le livret de huit pages comporte les paroles qui ne seront utiles qu'aux germanophones puisque l'album est entièrement chanté en Allemand mais pour le peu que j'en ai compris, les thèmes abordés sont sans surprise mythologiques.

Après une courte mais efficace introduction orchestrale et épique, déboule la musique de HANGATYR. Le groupe pratique bien sûr le black metal, vous vous en seriez douté. Un black metal teinté de pagan qui ne paye pas de mine lors de la première écoute car l'album, dans son ensemble, peut au premier abord sembler assez monolithique, les morceaux sont tous du même acabit, d'une durée d'environ 5 minutes, avec une alternance de parties rapides et de passages plus lents, le tout soutenu par un chant black metal, certes efficace mais assez peu varié et trop rarement interrompu par des vocaux clairs. HANGATYR lorgne un peu parfois vers le death metal comme sur le titre "Grimmfrost"

Cependant au fil des écoutes, on se surprend vite à reconnaître et a apprécier certains passages et certains riffs plutôt efficaces et bien sentis comme par exemple sur "Die Sprache der Zwölf" qui fait suite à la courte intro et qui comporte une partie acoustique plutôt inspirée. Dommage que le groupe n'ait pas renouvelé l'expérience plus loin dans l'album, en incorporant plus de parties plus typées pagan, plus de chant clair ou de guitare acoustique, cela aurait permis à ce skeud de peut-être sortir de la masse car malgré toutes ses qualités, malgré le bon jeu de batterie de Micha et les soli de Ali ("Gelobt und gejagt") ce "Elemente" aura sans doute du mal à se démarquer et à permettre à HANGATYR de se faire un nom.





Rédigé par : Sheb | 13/20 | Nb de lectures : 10896




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker