HANDFUL OF HATE - To Perdition (Code666/Season of Mist) - 18/02/2014 @ 07h57
MARDUK est devenu plus evil que brutal après Plague Angel. ENTHRONED a perdu l’adhésion d’une partie de ses fans après le départ de Sabathan. ENDSTILLE n’a jamais été un groupe très populaire. DARK FUNERAL a un avenir incertain avec ses multiples changements de line-up… Bref, dans le domaine du Black Brutal, il y a des places à prendre. HANDFUL OF HATE pourrait bien saisir sa chance, ou plutôt les amateurs du genre devraient enfin lui donner une chance. Le groupe est italien, ce qui peut faire fuir mais en matière de Black Metal, nos amis transalpins se débrouillent plutôt bien et ce depuis pas mal de temps (ABORYM, LOCUS MORTIS, SPITE EXTREME WING…). Et HANDFUL OF HATE n’est pas né de la dernière pluie, loin de là même car To Perdition, leur 6ème album, leur permet de fêter leurs 20 ans de carrière. Une fiesta explosive avec ce qui est leur meilleure offrande au Black Metal le plus rapide et agressif.

Dès Vicecrown (2003) -au moins, ne connaissant pas les deux premiers albums Qliphotic Supremacy (1997) et Hierarchy 1999 (1999, eh oui)- le groupe toscan a démontré sa capacité à livrer un Black Metal rentre-dedans et sans compromis, fait de blasts et de trémolos furieux. Gruesome Splendour (2006) les montrait sous leur meilleure forme et You Will Bleed (2009), un peu plus raw, était du coup légèrement en-dessous. Quatre ans plus tard HANDFUL OF HATE est de retour et il ne s’est pas calmé du tout. A l’image de sa pochette piquante, To Perdition est un album particulièrement incisif et tranchant, une torture auditive pour n’importe qui ne connaîtrait pas le Black-Metal. Le groupe est passé à un niveau au-dessus et sa production est désormais moins underground, plus claire, mais toujours très bien adaptée à ce type de Black Brutal dont le seul but est la charcuterie. Un son au top et un groupe au firmament de son inspiration vont faire de To Perdition une tuerie en bonne et due forme.

Comme toujours avec HANDFUL OF HATE, pas d’intro pour se plonger tout doucement dans l’album, To Perdition attaque directement à la gorge avec les haches et les pics : le morceau-titre démarre avec des descentes de trémolos et des blasts purement jouissifs, pour un morceau décapant et archi-brutal, un assaut incessant sans aucune pitié pour nos oreilles. De toute manière, hormis quelques riffs plus appuyés et un habituel morceau un peu plus posé -tout est relatif- et malsain ("Larvae", précédé de l’interlude "Caro Data Vermibus"), HANDFUL OF HATE n’est pas là pour faire dans la subtilité même si les compositions sont finalement très travaillées pour un groupe du genre (certains passages, notamment grâce au chant criard, me font penser au MELECHESH de Emissaries), avec des structures bien pensées. "Cursed Be Your Breast" et ses montées épiques est là pour en témoigner, même si des morceaux comme "Far Beyond All Scourges" et "Ornaments for Derision" sont plus primitifs et misent tout sur l’efficacité et l’agressivité. Pour le reste, ça blaste, ça envoie du riff acéré à cent à l’heure et sans jamais s’arrêter, avec comme points d’orgue en plus de l’exceptionnel morceau-titre des boucheries comme "Swines Graced Gods" (avec les mélodies typiques du groupe) et les 6 minutes de "Feeding Sufferings" qui terminent To Perdition en trombe - plaisir prolongé par le bonus "Damnatio Ad Bestias" disponible avec le digipack.

Cela nous fait 43 minutes au total et sachant qu’aucun album depuis Hierarchy 1999 ne dépassait 40 minutes, cela peut faire beaucoup pour du Brutal Black et on peut se lasser de ces blasts et riffs diaboliques, mais hormis peut-être "Words Like Worms" To Perdition est parfait de bout en bout. Reste bien sûr le fait que HANDFUL OF HATE n’ait aucune originalité, mais leur 6ème opus est de loin ce qui s’est fait de mieux en Brutal Black en 2013, partageant pour ma part la récompense avec le second album des niçois d’ODIUM. 20 ans après leur formation, il est donc temps que HANDFUL OF HATE puisse rivaliser avec MARDUK et consorts et être reconnu comme une formation de Brutal Black d’envergure. Et avec un album de la trempe de To Perdition, les italiens en ont largement les moyens. Si vous étiez passés à côté d’un album comme Gruesome Splendour, ne manquez désormais pas To Perdition car c’est le meilleur opus des italiens aux mains pleines de haine, et c’est un album de Black Brutal d’excellente qualité. Sans compromis, sans pitié, de la haine et de l’agression à l’état pur, du 666, du sang, des clous et des riffs Black dans ta gueule.



http://www.handfulofhate.com - 128 visite(s)

Larvae - 69 téléchargements


Rédigé par : ZeSnake | 16/20 | Nb de lectures : 11459




Auteur
Commentaire
GabinEastwood
Membre enregistré
Posté le: 18/02/2014 à 08h49 - (111030)
Une excellente surprise que cet album, bien brutal et efficace. On a l'impression de réentendre toute la scène suédoise des 90's et c'est bien agréable



Ennemie
IP:31.36.85.228
Invité
Posté le: 18/02/2014 à 11h25 - (111032)
Exellent, comme d'habitude avec ces ritales!

DNK696
Membre enregistré
Posté le: 18/02/2014 à 12h14 - (111033)
Un groupe que j'ai connu avec "Vicecrown" (2003), reçu en promo pour le fanzine dans lequel j'étais à l'époque. Toujours aussi bon !



...
IP:78.192.38.132
Invité
Posté le: 21/02/2014 à 22h43 - (111088)
ca va vite mais c'est pas brutal pour 2 sous

Matt
IP:109.219.170.106
Invité
Posté le: 26/02/2014 à 00h55 - (111160)
Très bon album effectivement !

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker