HADEA - Fabric Of Intention (Mighty/Season of Mist) - 16/01/2014 @ 08h01
GOLLUM, cela nous évoque bien évidemment la créature du Seigneur des Anneaux et son « précieeeeuuux… », dans le domaine du Metal cela nous évoque surtout les groupes de Black à chant très criard souvent raillé comme « chant de Gollum », comme STRIBORG par exemple. GOLLUM, c’est aussi le nom d’un vrai groupe de Black-Metal, un groupe suédois qui a officié au début des années 2000. Mais bien loin de tout BM, c’est aussi le nom d’un groupe américain qui a officié entre 1998 et 2009. Et a nom bizarre, musique bizarre car GOLLUM était un groupe de Metal assez expérimental, et ce avec plusieurs facettes. Lesser Traveled Waters (2004) donnait dans une sorte de Death old-school à clavier, un peu comme PHLEBOTOMIZED. En revanche, The Core (2009) avait abandonné cette voie pour se tourner vers un Death mâtiné de southern/groove avec un chant criard (mais pas typé Gollum…), pour un résultat pas très réussi. Un résultat qui ne donnera pas de suite vu que le groupe arrêtera ses activités suite au décès de son batteur Hunter Holland peu après l’enregistrement de The Core, second et ultime album de GOLLUM.

Si je vous parle de toute cette histoire pour cette chronique c’est tout simplement que HADEA est le nouveau nom de GOLLUM, les membres restants ayant choisi de repartir sous une nouvelle mouture en respect pour Hunter Holland. Une réincarnation qui nous donne déjà un nom de groupe meilleur et surtout une musique plus aboutie. L’on est donc dans la lignée de The Core mais GOLLUM, pardon HADEA, a su évoluer dans le bon sens. Le Death a presque complètement disparu (et les claviers, qui étaient déjà à l’état de traces sur The Core, également) pour laisser place à une sorte de Metal groovy plutôt inclassable. On peut y trouver du MASTODON et du THE DILLINGER ESCAPE PLAN (en moins technique) tout autant que du PANTERA et du KILLING JOKE, et un peu de Punk/Hardcore, et d’autres choses aussi, des choses que je ne connais pas et vous non plus peut-être. Attention, si on peut coller à HADEA une étiquette « expérimentale » car l’ensemble est personnel, cela ne veut pas dire que les américains font travailler le cerveau à haute fréquence, rien n’est spécialement complexe musicalement parlant et ce qui est proposé sur Fabric Of Intention est voulu comme direct et efficace. Dans la démarche (plutôt que dans le style même s’il y a quelques petites similitudes…), le parcours de GOLLUM/HADEA me fait penser à celui des norvégiens d’EXTOL, qui sont partis d’un trip presque avant-gardiste avant de s’ouvrir à d’autres influences pour rendre son propos plus digeste et accrocheur.

Riffs résolument groovy et mélodies très « américaines » finalement s’enchaînent, accompagnées du chant de Shawn Corbett, oscillant entre un chant criard un peu à la Greg Puciato (et bien plus convaincant que celui de The Core) et un chant plus typé MASTODON ou tout le sludge/groove du genre. Tempos et structures sont variés, et si les morceaux sont bien distincts HADEA s’affaire à suivre une ligne directrice précise pour ne pas partir dans des délires incompréhensibles. "Hinge", avec sa ligne de basse punk/hardcore et des riffs sautillants à l’avenant, est un sacré hit qui démarre l’album en trombe. Ensuite le plus mélodique "Fabric of Intention" et le plus posé "One Guarantee" tempèrent l’énergie et la folie de HADEA qui sait néanmoins se montrer écrasant lorsque c’est nécessaire (surtout avec une prod parfaite pour le genre). Avec quelques limites car "Reconstruction of Our Ways", lui aussi très mélodique, se montre ennuyeux et longuet malgré des lignes de chant prenantes (un peu à la Jaz Coleman d’ailleurs). Avec 52 minutes au compteur, Fabric Of Intention ne va donc pas être exempt de longueurs. "Sleeper", "Malicious Species" et "Ignis Fatuus" sont assez poussifs et finalement peu originaux ; tout le contraire du très punchy "Nowhere to Be Found", de l’excellent "Source and Creator" qui laisse les instrumentistes s’exprimer et du bouquet final "Larva to Chrysalis", des morceaux où HADEA retrouve la vibe expérimentale qui avait fait le charme des deux albums de GOLLUM.

Mais dans sa globalité il faut bien avouer que Fabric To Intention est nettement supérieur à The Core (avis à ceux qui comparent trop promptement les notes : j’aurai mis bien moins que le 13 d’Arnaud à The Core…), mais HADEA n’a pas encore atteint les sommets de son style, c’est évident. Le groupe se fixe des limites pour rester digeste, ce qui est bien mais ce sont finalement les morceaux les plus croustillants comme "Hinge" et "Nowhere to Be Found" qui tirent leur épingle du jeu. Fabric Of Intention reste un album cohérent et bien composé de Metal groovy aux nombreuses facettes et influences, mais tout n’est pas parfait et des morceaux sont dispensables. Cela n’enlève rien aux qualités du groupe (qui fête ses 20 ans d’âge soit dit en passant) qui a les moyens de faire de belles choses à l’avenir, et ce premier album de HADEA / troisième album de GOLLUM en donne un bel aperçu, à défaut d’être abouti à 100% ou approchant.

http://www.hadeamusic.com - 120 visite(s)

3 morceaux sur Bandcamp - 99 téléchargements


Rédigé par : ZeSnake | 14/20 | Nb de lectures : 15872




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker