HACRIDE - Back To Where You've Never Been (Indie/Season of Mist) - 30/04/2013 @ 08h01
HACRIDE, qu’on ne présente plus tant la formation est désormais bien ancrée dans notre florissante scène Metal française. Le succès de leur tournée d’automne 2012 avec TREPALIUM et KLONE est là pour le démontrer. Et le groupe commence tout doucement à se faire un nom à l’international, passant de Listenable à Indie Recordings, pour son 4ème album prévu de longue date même si les infos de Back To Where You’ve Never Been n’ont été dévoilées que sur le tard. Tout roule bien pour HACRIDE mais en préambule de la sortie de ce tant attendu nouvel opus, 4 ans après Lazarus, le cataclysme n’était pas loin. Le chanteur Samuel Bourreau a en effet mis les voiles peu après la tournée d’automne, sans explications de la part du groupe, laissant la place à Luis Roux (ex-SINSCALE). Le malaise n’est pas loin surtout que Samuel avait assuré avec brio les dates de tournée et même… chanté de nouveaux morceaux qui figureront sur Back To Where You’ve Never Been. En attendant d’avoir le fin mot de l’histoire, profitons de ce que HACRIDE a à nous proposer en 2013.

« De retour là où tu n’es jamais allé », ce titre sera très à-propos car HACRIDE va ici dévoiler un album bien particulier. La patte HACRIDE est bien là, mais de nouveaux territoires musicaux vont être exploités. Un retour aux sources serait envisageable, et l’on peut penser à Deviant Current Signal et Amoeba dans ce disque moins progressif que Lazarus. Mais il y a pourtant du changement même si le style reste tout à fait reconnaissable. Math Metal, Death progressif ? HACRIDE va plutôt délivrer avec Back To Where You’ve Never Been un Metal moderne redoutable d’efficacité. Exit les "To Walk Behind Them" ou autre "My Enemy" pour un album bien plus rentre-dedans, allant plus à l’essentiel en 42 minutes, bien que ménageant toujours quelques incursions plus progressives et rappelant les bien bonnes compos de Lazarus. Les riffs ultra-percutants sont à l’honneur dans un album bénéficiant d’une prod assez abrasive. En excluant les deux instrumentaux "Synesthesia" et "To Numb the Pain" qui font office d’interludes de luxe, nous avons donc 6 morceaux au format tube qui arrache dans Back To Where You’ve Never Been. Cela peut paraître peu mais avec ceci, HACRIDE va se révéler comme un monstre d’efficacité, qui prépare le terrain pour les performances Live qui s’annoncent carrément explosives.

Après son intro toute en douceur semi-acoustique qui nous fait dire « ah oui, ça c’est du HACRIDE », "Introversion" enchaîne immédiatement avec les assauts rythmiques du plus bel effet, particulièrement écrasants et explosifs sur la fin. "Strive Ever to More" est plus mélodique et permet à Luis de se mettre en valeur, même si les riffs directs sont encore de la partie, se permettant même de se la jouer rouleau-compresseur en milieu de course. Après l’instrumental "Synesthesia" mi-acoustique mi-sludge bien lourd, revoilà l’excellent "Overcome" que l’on avait pu découvrir en Live, avec des sonorités originales et des grattes très entraînantes, de même que le break central parfaitement amené. C’est d’ailleurs ce morceau qui, pour moi, sonne le véritable départ de Back To Where You’ve Never Been qui ne va plus nous lâcher ensuite. "Edification of the Fall" et "Ghosts of the Modern World", séparées par l’aérien et mystique "To Numb the Pain", sont juste deux bonnes grosses tueries aux riffs décapants tout simplement géniaux, dans un esprit Metal moderne légèrement syncopé avec la touche HACRIDienne qui va bien. Back To Where You’ve Never Been se termine en douceur avec les presque 8 minutes de "Requiem for A Lullaby", très introspectives mais laissant également un peu de place aux riffs pesants qui font la force de cet album.

Terminons par un mot inévitable sur le nouveau chanteur, Luis Roux. Le moins que l’on puisse dire c’est qu’il succède à Samuel sans accroc, même s’il peut encore progresser et encore mieux s’intégrer à l’univers musical de HACRIDE. Son chant hurlé est un peu plus aigu que celui de Samuel, ce qui est déroutant au début, mais on s’y fait vite. Et son chant clair est d’une excellente facture, similaire à celui de Samuel sur les parties plus « calmes » il développe un ton bien plus personnel sur le reste, proche de certains chanteurs de Metal Prog. Le changement était risqué mais on y perd pas au change, même si l’on pourra regretter Samuel qui faisait tout de même partie de l’identité du groupe. Avec le temps, l’alchimie sera une nouvelle fois parfaite et le changement de vocaliste n’est pas à déplorer, même s’il est arrivé un peu « brutalement » et qu’il laisse les fans un peu circonspects.

Alors exit la polémique ? Hormis ceux qui auraient préféré quelque chose dans la continuité de Lazarus, Back To Where You’ve Never Been arrivera aisément à mettre tout le monde d’accord. Le Metal d’HACRIDE est moins complexe et inventif qu’auparavant et on pourra le trouver un peu « léger » pour le coup, mais le groupe a choisi de jouer sur le terrain de l’efficacité et ça marche, même si étonnamment il faut plusieurs écoutes pour digérer la bête. Du riff en veux-tu en voilà et des morceaux forts, une prod qui pète et un nouveau chanteur de qualité, et l’affaire est dans le sac. Rien de surprenant dans l’absolu et HACRIDE reste HACRIDE même si l’approche est légèrement différente comparé aux albums précédents. Une évolution étrange qui ne permet pas de tirer des conclusions sur l’avenir (retour à des velléités plus progressives et atmosphériques ?), mais un album brut et sans concessions à prendre tel quel, avec toujours la mixture progressive typique d’HACRIDE dans un disque résolument moderne et efficace comme il faut. Du lourd à voir très vite en Live, et un groupe qui s’affirme et confirme son statut de formation française en grande réussite.

http://www.hacride.com - 204 visite(s)

Overcome - 216 téléchargements


Rédigé par : ZeSnake | 16/20 | Nb de lectures : 15387




Auteur
Commentaire
Kane
IP:80.14.103.152
Invité
Posté le: 30/04/2013 à 09h07 - (107190)
Le fin mot de l'histoire du départ de Samuel est que chaque membre de Hacride vit d'un vrai boulot, et non pas grâce aux ventes d'albums.

Samuel a quitté le groupe en très bon termes apparemment, mais il a juste décidé de se consacrer à sa famille et à sa vie professionnelle, car plus le temps de se consacrer à Hacride à 100%

Source: une interview radio de Adrien Grousset


Meridian
Membre enregistré
Posté le: 30/04/2013 à 09h30 - (107192)
Je ne connais pas bien ce groupe, mais l'extrait bougrement efficace lâché il y a quelques temps, le p'tit mot sympa de Metalsucks dessus et la chronique de l'ami Snake m'ont donné envie !

Et sinon, peu de groupes de metal vivement de leur musique apparemment (encore moins des Français j'imagine). A une époque, Jason Netherton de Misery Index était électricien ;)

XtranbertX
Invité
Posté le: 30/04/2013 à 09h54 - (107193)
ça m’intéresse ça, plus d'efficacité, plus "léger". Justement l'aspect trop complexe et moins accrocheur des derniers almbums m'avait un peu fait décrocher d'Hacride. Je vais me pencher sur cet album.

Kikiller
Membre enregistré
Posté le: 30/04/2013 à 11h09 - (107194)
Un bon album, qui se laisse découvrir après plusieurs écoutes. Cependant, je le trouve en dessous de Lazarus et même si le chanteur gère, je préférais la voix claire de Samuel Bourreau (en plus il a un nom MITOOOL! )



Marmiton
IP:78.221.127.240
Invité
Posté le: 30/04/2013 à 17h55 - (107200)
Bon album dans l'ensemble mais pas la claque que j'en attendais au vu des critiques dithyrambiques qu'on peut lire ici et là. L'album est trop court et manque de consistance, de régularité et de contenu. Le chant est vraiment la déception de l'album pour moi. Les parties gueulées sont bien pêchues, mais les lignes mélodiques sont trop faibles. Aucune émotion ne s'en dégage.

vsgreg
Membre enregistré
Posté le: 03/05/2013 à 15h40 - (107224)
Je découvre le disque...
enfin du Hacride simplifié et plus déchiffrable. J'avoue que je suis heureux de voir des compos plus raccourcis et efficaces... même si ça enlève une part de l'identitié d'Hacride.

Sinon je suis assez surpris du chant de Luis Roux (ex-SINSCALE) qui se situe entre John de HORD pour les parties en voix claires et Guillaume Bideau de MNEMIC (sur Sons of the System) pour les parties hurlées... J'aimais beaucoup le style de San, maius Luis colle bien aux nouveaux titres !




gothenburg
Membre enregistré
Posté le: 04/05/2013 à 14h58 - (107237)
au chaulnes fest à l'époque c'était une vraie claque... Sur cd j'ai du mal mais en live c'est vraiment un groupe exceptionnel!

Zero
Membre enregistré
Posté le: 09/05/2013 à 11h15 - (107282)
...pas encore écouté le dernier...j'aimais beaucoup les envolées lyriques pleine de désespoir du chanteur précédent, j'espère ne pas etre déçu...



shawter
IP:86.210.8.3
Invité
Posté le: 10/05/2013 à 12h38 - (107303)
ce groupe est bon.

Jotun35
Membre enregistré
Posté le: 15/05/2013 à 19h04 - (107390)
Après 5-6 écoutes au compteur: c'est du très lourd. Rien de surprenant pour ceux qui connaissent déjà bien Hacride (quoique certains passages comme la fin de Ghosts of the Modern World m'ont surpris), mais ils enfoncent le clou. Et bien que les deux premiers morceaux soient très convenus, ils nous balancent 3 des meilleurs morceaux qu'ils aient jamais composés: Overcome, Edification of the Fall et Ghosts of the Modern World qui s'enchaînent parfaitement. Seul bémol: l'album est court et je trouve le dernier morceau un peu mal placé, je trouve que "Ghosts..." aurait été parfait pour clôturer l'album.



Agnarok
Membre enregistré
Posté le: 16/05/2013 à 20h24 - (107416)
Je suis un vieux con... c'était mieux avant, je trouve cet album trop direct et un peu trop surproduit.

MadKinder
Membre enregistré
Posté le: 22/05/2013 à 10h04 - (107487)
Album tout aussi excellent que Lazarus et Deviant Current Signal (bon, j'ai quand même une petite préférence pour ce dernier). Perso, j'avais pas du tout accroché à Amoeba. Quelques titres un peu "bizarres" m'avaient bien refroidi mais depuis je trouve que leur musique a pris un tournant fort réjouissant.

Hacride est un groupe qui arrive à surprendre d'album en album et qui a déjà montré qu'ils avaient une constance dans la qualité d'écriture. J'ai hâte de voir ce qu'ils vont nous pondre pour le prochain moi !

Meridian
Membre enregistré
Posté le: 29/11/2013 à 15h04 - (110164)
J'ai un message à faire passer : j'ai acheté le digipack à Londres fin août, et il ne fonctionne pas. Ou alors il fonctionne 1 minute puis ça merde complètement. Je suis le seul à avoir ce problème ? Ca gave putain... j'aime bien cet album en plus...

ManOfShadows
Membre enregistré
Posté le: 21/01/2015 à 13h45 - (115479)
Acheté il y a deux jours seulement (mieux vaut tard que jamais). Je le trouve très bon, massif avec quelques petites surprises ça et là. Il est complexe sans être trop compliqué. Florent Marcadet explose tout sur ce disque.

Concernant Luiss Roux, il est certes bon mais, il n'a pas la personnalité de Samuel qui plaçait le groupe à un autre niveau. Je ne les ai jamais vu en live, donc je ne me permettrai pas un jugement définitif sur le chant clair de Luiss mais elle semble, ici, bien trop juste pour être vraie.

Ceci étant dit, très bon album.



Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker