GYZE - Black Bride (Coroner/Season of Mist) - 07/07/2015 @ 07h03
Fascinating Violence (2013), le premier album des japonais de GYZE, était vraiment le représentant du « syndrôme Coroner Records ». Ettore Rigotti, boss du label, producteur et multi-instrumentiste de DISARMONIA MUNDI, ne signe pratiquement que des groupes de mélodeath moderne qu’il produit lui-même et fait ressembler à DISARMONIA MUNDI (qui lui-même à la base s’inspire fortement de gloires comme IN FLAMES et SOILWORK). Fascinating Violence cumulait donc tout ceci, groupe de mélodeath moderne qui a les mêmes influences que DISARMONIA MUNDI, qui sonne comme DISARMONIA MUNDI avec la production de M. DISARMONIA MUNDI, et qui cerise sur le gâteau avait comme chanteur principal Claudio Ravinale, l’autre M. DISARMONIA MUNDI. Bien bien bien. Cela n’a pas empêché GYZE, en dépit d’une quelconque originalité, de montrer ses qualités dans un style très « japonais » finalement, plus énergique que la moyenne, Fascinating Violence était donc une sorte de DISARMONIA MUNDI au carré tout à fait plaisant. Mais le groupe japonais pouvait acquérir un peu plus de personnalité en sortant du carcan d’Ettore et Claudio…

Deux ans plus tard, les choses évoluent. Claudio Ravinale ne chante plus sur Black Bride, le second album du trio de Tokyo. Cet album est tout d’abord sorti sur le label japonais Victor Entertainment fin février 2015. Mais… Ettore Rigotti en signe tout de même la co-production, le mix et le mastering, il se fend même d’un guest au chant clair sur "Honesty", et cet album finira par sortir également sur Coroner Records pour l’Europe début juin. Bref, ce n’est pas cette fois-ci que l’italien lâchera un peu un de ses poulains, qui ne doit pas non plus être une poule aux œufs d’or. Maintenant, GYZE évolue légèrement au niveau de son style. Si le background fait toujours DISARMONIA MUNDI et les influences qu’il y a derrière (surtout que le chant crié reste dans l’esprit de celui de Claudio Ravinale), GYZE prend ici un tournant Power, encore une fois blindé d’énergie japonaise, le tempo global s’accélère encore et les nombreux leads et solos se font encore plus remarquer que sur Fascinating Violence. Les claviers sont également plus en vue et plus que SOILWORK et IN FLAMES, le son des japonais évoque désormais plus CHILDREN OF BODOM voire MORS PRINCIPIUM EST. Un peu plus de personnalité mais pas plus d’originalité, en somme, pour un album assez riche… voire même un peu trop.

GYZE ne se fend pas d’intro et passées 10 secondes de mélodie, le morceau-titre qui ouvre Black Bride sort les riffs à cent à l’heure, heureusement vite tempérés par des rythmiques percutantes. Du coup contrairement au moyen et convenu "Desire" qui ouvrait Fascinating Violence, GYZE commence bien son affaire. Mais le groupe est tellement en forme qu’il est bien décidé à ne pas nous laisser de répit. "In Grief" commence bien avec encore de bonnes rythmiques et de belles mélodies, dès que la cadence s’accélère on tape du pied, mais les jambes fatiguent vite à l’écoute du final à fond interminable… Et voilà le problème de l’heure (!) que dure Black Bride, les japonais en font des tonnes, et dès qu’ils dépassent la troisième y’en a de trop, TROP, ça devient indigeste au possible, surtout que la production d’Ettore Rigotti n’arrive plus à suivre et que c’est le bordel. On continue à s’accrocher aux rythmiques efficaces disséminées ici et là (les très DISARMONIA MUNDIens "Honesty" (avec Ettore au chant clair) et "Winter Breath" (je me demande même si ce n’est pas Claudio Ravinale qui est invité surprise ?!)) ou aux quelques leads TORCHBEARERiens mais pour le reste, oumphhhhh. "Insane Brain" (qui porte bien son nom - est hyper confus et on a l’impression d’écouter deux morceaux superposés par erreur), "Black Shadow" (malgré ses excellents solos), "Twilight", "Satanic Loop" (énorme foutoir sur le début), puis tout le reste jusqu’à la fin bonustrack compris… avec encore une mention spéciale à l’inécoutable "Julius". Un déluge archi linéaire et interminable de Power-Metal à vitesse supersonique juste coupé par de petites intros au clavier et le joli instrumental acoustique "明日への光", on souffle vraiment quand c’est fini.

Mais bon, c’est japonais, ça fait BO d’un Shoot’Em Up à la « Sin & Punishment » et ça plaira aux fans de DRAGONFORCE qui veulent toujours plus de leads et de solos sur un tapis constant de rythmiques qui ont pris une autoroute allemande. GYZE a donc trouvé son style et le mélodeath moderne DISARMONIA MUNDI en devient plus parcellaire, mais au prix d’un violent abus de Power-Metal survitaminé, dopé, shooté au speed. C’est dommage car quand on entend certaines super rythmiques au début du disque, on se dit que les japonais étaient inspirés, ils le sont effectivement mais pas dans le registre attendu, et moi je ne peux pas, j’ai du ressortir un cachet d’Ibuprofène à 400 mg à chaque écoute de l’heure de Black Bride. Inutile de dire que tenir un tel rythme sur une heure, c’est une belle performance, j’applaudis tout de même GYZE pour leur énergie, mais quand même, là c’est un peu too much, trop, あまりに. Un album dense mais qui déborde de partout, proposant un mélodeath moderne « extrême » en son genre, tellement extrême qu’on s’éloigne des carcans de Coroner Records mais, pour gagner en efficacité et ne pas lasser, il aurait mieux valu y rester… #OnceAgainWTFJapanSeriously



http://gyze.jp - 220 visite(s)


Rédigé par : ZeSnake | 12/20 | Nb de lectures : 7831




Auteur
Commentaire
Bras cassé
Membre enregistré
Posté le: 08/07/2015 à 04h36 - (117192)
Le clip fait froid dans le dos, mettant en avant une musique vraiment mediocre

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker