GRAVE PLEASURES - Dreamcrash (Columbia/Sony) - 18/12/2015 @ 07h25
Puisque nous sommes sur un site d’experts de toutes les ramifications du Metal extrême, si j’évoque le nom de Matt « Kvohst » McNerney, tout le monde pensera d’abord à ses contributions aux groupes avant-gardistes DØDHEIMSGARD, CODE, VOID et DECREPIT SPECTRE. Figure du genre et chanteur singulier, Kvohst a pourtant envoyé progressivement bouler toutes ces formations ces dernières années. Pour se consacrer à quelque chose qui s’éloigne de l’avant-garde et même du Metal. Si HEXVESSEL, son projet dark-folk, se fera tout d’abord remarquer, c’est bien BEASTMILK qui va s’avérer être la formation « principale » de Kvohst ces derniers temps. Après quelques EPs et singles, BEASTMILK sort en 2013 son premier album intitulé Climax. Premier et dernier album vu que suite au départ du guitariste Johan « Godspeed » Snell, le groupe s’est renommé en GRAVE PLEASURES. Ce qui a donc légèrement fait bouger le line-up (autour de Kvohst, du bassiste Arino et de la guitariste Linéa Olsson (THE OATH, enfin pas les français s’entend)) avec l’arrivée du batteur de PROCESSION (et ex-IN SOLITUDE) ainsi que du guitariste Juho Vanhanen des illustres ORANSSI PAZUZU. Avec des musiciens venant d’horizons franchement divers (BM avant-gardiste, Hard Rock Occulte, Doom, Black psyché expérimental), GRAVE PLEASURES tout comme BEASTMILK avant donne pourtant dans un genre assez simple : le Post-Punk.

Ma connaissance du Post-Punk s’arrêtant à KILLING JOKE (et à eux seuls - ou à la rigueur leurs clones connus des metalleux), n’espérez pas de moi une analyse fine des influences de BEASTMILK/GRAVE PLEASURES, de même que les oripeaux Deathrock/Coldwave sous-jacents, j’aurai bien 2-3 noms à citer mais je vais éviter de raconter des conneries pour un style que les plus fins limiers du Post-Punk/Goth-Rock décortiqueront d’eux-mêmes sans avoir besoin de mon regard de n00b. Enfin ça tombe bien, BEASTMILK et GRAVE PLEASURES ressemblent pas mal à tout ce que KILLING JOKE a pu livrer entre What’s This For…! et Brighter Than A Thousand Suns, avec bien sûr plus de touches Coldwave mais au sein d’un ensemble assez dynamique et efficace, plus qu’hypnotique. Enfin, c’était surtout le cas pour le très bon Climax de BEASTMILK. La mouture GRAVE PLEASURES ne change pas grand-chose au final, mais la direction prise par Dreamcrash est un peu plus posée et aérée que le touché plus enjoué de Climax. Cela n’a pas échappé aux convertis qui ont déclaré après quelques petites écoutes de Dreamcrash que #cétaitmieuxavant, mais GRAVE PLEASURES a toutefois quelques qualités.

Des qualités qui s’expriment au sein d’un Post-Punk certes peu original et même particulièrement influencé par les grands noms du genre (et même par les autres groupes des musiciens que l’on sent bien par moments), mais tout de même bien fait et un minimum accrocheur. On s’arrêtera souvent sur une mélodie entraînante, des guitares bien catchy, une ligne de basse bien ronronnante ou un pattern de batterie très subtil (notons d’ailleurs l’excellente performance de Uno Bruniusson tout au long des 44 minutes de ce disque). Dreamcrash n’est pas aussi croustillant que Climax mais réserve son lot de bons moments, de même qu’un tube évident, le génial "New Hip Moon" où Kvohst montre tous ses talents, même si sa voix n’a strictement plus rien à voir avec ce qu’il pratiquait chez CODE (pour parler du chant clair seulement). Avant ça, l’ouverture sur "Utopian Scream" montre déjà que GRAVE PLEASURES maîtrise sans peine tous les codes du Post-Punk avec des compos particulièrement bien troussées qui font bouger les épaules, et une ambiance désespérée typique du genre. Après, c’est vrai qu’il faut trier le grain de l’ivraie. Malgré quelques bonnes choses (instru et ambiance sont de qualité) l’autre single "Crying Wolves" a du mal à décoller et sonne parfois creux. Même chose pour le plus posé "Crisis", souvent beau (notamment les mélodies et le chant) mais un peu plat, ou encore "Girl in A Vortex" qui paraît un peu trop sucré et facile malgré son bon refrain.

Quand il se pose, GRAVE PLEASURES a donc un peu de mal à convaincre entièrement, en témoigne également le longuet "Crooked Vain" qui flirte avec une sorte d’ambiant-prog. Heureusement que la bande à Kvohst parvienne à retrouver la vibe de BEASTMILK au sein de pistes plus dynamiques, notamment le presque rock’n’roll "Futureshock" et le court mais percutant "Into the Void", bien que classique. Dreamcrash donne donc également dans un pur Post-Punk bien bon mais qui demeure assez classique ("Worn Threads", "Lipstick On Your Tombstone", "No Survival"), ce qui n’est pas un problème vu que la qualité est au rendez-vous, mais ce n’est pas ici que l’on trouvera quelque chose de révolutionnaire ni même de moderne pour du Post-Punk. Dreamcrash réussit en tant qu’album de Post-Punk sans prétention, mais GRAVE PLEASURES est tout de même signé sur une major, ce qui était d’ailleurs impensable avec un frontman qui a participé à des groupes aussi barrés et extrêmes que VOID et DØDHEIMSGARD ! Ce deuxième premier album de GRAVE PLEASURES pêche donc un peu par hétérogénéité et classicisme, mais n’en reste pas moins un bon album de Post-Punk dans l’ensemble, porté par des musiciens qui savent faire de bonnes compos du genre et surtout un chanteur talentueux, aux vocalises insoupçonnées il y a encore une poignée d’années même si son potentiel s’était déjà révélé au sein de CODE. Après, il est vrai que le principal problème de Dreamcrash de GRAVE PLEASURES et qu’il ne transforme pas l’essai de Climax de BEASTMILK, en épurant par moments un peu trop un propos qui à l’origine donnait bien la bougeotte, et en étant plus avare en véritables hits. Il n’en reste pas moins qu’en termes de « Post-Punk classique pondu par des metalleux », Dreamcrash est un disque globalement sympathique, qui parlera un minimum à tout amateur du genre et qui sera une curiosité ou une occasion de découvrir un style d’antan pour les autres.



http://gravepleasures.com - 106 visite(s)


Rédigé par : ZeSnake | 14/20 | Nb de lectures : 7740




Auteur
Commentaire
Moulinexxx
Membre enregistré
Posté le: 18/12/2015 à 10h06 - (118974)
Tout à fait d'accord, l'album est agréable et sympathique mais n’atteint pas la grande classe de Beastmilk, qui était plus mélancolique, sombre.et accrocheur.



daminoux
Membre enregistré
Posté le: 18/12/2015 à 12h17 - (118977)
en gros le problème de GRAVE PLEASURES c'est climax. un album remplit de tube et qui fait découvrir le post-punk a une foule de métalleux.



Poney
IP:142.68.7.103
Invité
Posté le: 18/12/2015 à 16h27 - (118978)
Globalement d'accord avec la chro. Même si ce n'est plus vraiment le même groupe, l'on ne peut s'empêcher de comparer "Dreamcrash" à "Climax". Et en effet, le rejeton de Grave Pleasures est moins riche en tubes et il lui manque souvent ce "petit truc en plus" qui rendait "Climax" incroyable.

Cependant, "Dreamcrash" n'est pas mauvais pour autant, comporte pas mal de moments de bravoure et s'écoute avec plaisir, même si on rechignera sur ce manque de magie qui l'empêche de s'échapper de l'ombre de son demi-frère.

Et puis bon, Khvost, quel chanteur...

GabinEastwood
Membre enregistré
Posté le: 21/12/2015 à 12h06 - (118991)
Moins jouissif que le génial "Climax" ça n'en reste pas moins un excellent successeur à ce dernier, cependant il ne lui arrive pas à la cheville sur la durée.



Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker