GRAVEYARD GHOUL - The Living Cemetery (Final Gate) - 10/07/2014 @ 09h04
Lorsque vous jetez un coup d’œil à la pochette de ce "Living Cemetery" et que vous découvrez le nom du groupe, est ce que cela vous étonne si je vous dis qu'ils pratiquent un Death horrifique "Old School" coincé quelque part entre AUTOPSY, CANCER, MORBID SAINT et GRAVE ? Si je vous précise qu'ils jouent avec un son dès plus caverneux et que leur soucis de la rigueur métronomique leur importe autant que leur première paire de chaussettes, est que cela vous surprend ? Et si je termine enfin en vous disant que cet album ne révolutionnera en rien la musique extrême, vous allez me dire que de telles évidences sont tout à fait inutiles à écrire tellement elles coulent de source. Mais bon, puisqu'on est jamais à l'abri de la découverte d'un nouveau Grand du Death, on va quand même aller voir ça ensemble et se décortiquer ce "Living cemetery", premier album des Teutons de GRAVEYARD GHOUL.

C'est le plus tranquillement du monde et sur un air de clavier qui n'aurait pas dépareillé sur des films comme "La main du saigneur" ou "Neon Maniac" que les Allemands introduisent les six minutes de "Lunatic possession". Si cela peut paraître long pour un groupe que je vous ai décrit au départ comme assez "instantané", cela permet d'entendre une bonne partie du spectre sonore autour duquel évolue le groupe. Du Doom rampant, au Death/punk, et de la double pédale "massue" au "petit" blast beat, GRAVEYARD GHOUL varie les plaisirs pour mieux construire des cercueils sur mesure à ses inspirations horrifiques.
Ce qui ne change jamais par contre, c'est le son crade et dégueulasse qui accompagne les chansons de ce "Living Cemetery". Loin de desservir à l'ambiance mortuaire générale, nos musiciens semblent comme des thanatopracteurs du metal tant ils se servent de "matériaux" en état de décomposition avancée. Fort peu concernés par les mises en place, l'accordage rigoureux et les productions léchées, GRAVEYARD GHOUL fait quelques pains assez manifestes, oublie de s'accorder sur "Scrapin from a coffin" et manque de se prendre un platane lors certains passages où le batteur est partout, sauf sur le temps (le pont de "Who's goes there?" est assez significatif à ce niveau là).
Étrangement, le groupe est précis lorsqu'il se la joue Doom (on entend moins les bourdes quand cela va très vite, alors que lentement, c'est du sans filet!) et réussi même les trois quarts du temps à proposer une musique assez convaincante et immersive. Car même si le cogneur semblent avoir les lacets noués lors de certains parties de double pédale, il y a quelque chose qui fonctionne bien avec GRAVEYARD GHOUL et qui fait qu'on ne zappe pas l'album quand il passe sur la platine. Est ce que c'est le fait que leur Death des caveaux est cohérent de bout en bout où que leur "Je m'en foutisme" est gentiment communicatif, mais ça marche et cela permettra de patienter gentiment jusqu'au prochain... je sais pas, GRAVE par exemple.




Rédigé par : Pamalach | 13/20 | Nb de lectures : 10854




Auteur
Commentaire
Moshimosher
Membre enregistré
Posté le: 10/07/2014 à 19h13 - (112790)
De toute façon, les zombies, c'est pas fait pour être précis mais pour partir en lambeaux ! :)

En tout cas, l'extrait donne envie tout autant que le son, je trouve...

cacao
IP:88.179.76.127
Invité
Posté le: 11/07/2014 à 08h20 - (112794)
Comme le souligne la chro, le son et les compos font plaisir mais c'est un peu dommage toutes ces approximations. Esperons qu'ils continuent et qu'ils progressent un peu... notamment le batteur.

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker