GRACE DISGRACED - Enthrallment Traced (Buil2Kill/Season of Mist) - 16/08/2013 @ 00h16
Une drôle de sensation... Entre euphorie et lassitude, la difficulté est alors d’essayer de comprendre, d’analyser la raison ou l’explication de ce ressenti.

J’ai vraiment du mal à avoir réellement un avis tranché sur ce jeune groupe russe, qui propose avec "Enthrallment Traced" son deuxième album. Un concentré d’innovation et de talent de composition, assaisonné à la sauce Death Metal, mais assez difficile à assimiler...
Nul doute que GRACE DISGRACED aime IMMOLATION et MORBID ANGEL, mais quel groupe de Death Metal ne le revendiquerai pas ?

Après un premier album en 2011, suivi d’une démo et d’un split, GRACE DISGRACED a affuté son style, et l’a surtout considérablement enrichi.
Un premier élément factuel : "Enthrallment Traced" comporte 7 titres, et dure 44 minutes.
Un second : la pochette, comme le livret, sont superbement détaillés et illustrés, et permettent à l’auditeur de pleinement s’imprégner des thèmes abordés, essentiellement axés autour des faiblesses et de l’ignominie de la nature humaine.
Deux aspects qui reflètent bien le professionnalisme et l’envie du groupe.

Le groupe a enrichi son Death Metal d’une forte dominante technique. Pas une technique à la Necrophagist, mais plutôt façon SUFFOCATION ou DEATH. Les titres sont extrêmement variés, tant dans les structures et le déroulement, que dans le contenu. D’un morceau à l’autre, les ambiances et les riffs évoluent et se métamorphosent.

Le plus impressionnant est la gestion des rythmes, qui tout en restant ancré dans les tempos classiques, illustre une vraie maitrise. L’album n’est pas très violent globalement (au sens Brutal death), seuls quelques blast-beats sont présent.
La majeure partie des rythmes officie dans des Mid-tempos variés, mais incessamment agrémenté de nombreux changements, enchaînant cassures, fractionnement, quelques accélérations et quelques passages vraiment plus lents.

Le groupe a également fourni un gros travail de composition sur les riffs, aux émoluments mélodiques et paradoxalement acérés. Les influences sont palpables, mais des éléments Thrash ou Black sont par moment subtilement apportés. Il en résulte une certaine richesse.
Le chant, assuré par une demoiselle au coffre intéressant, varie entre des hurlements criards légèrement rauques, et quelques growls pas trop caverneux.

Malgré ces éléments positifs, voir admirables, toutes mes pensées convergent pernicieusement vers ce dilemme intérieur : aimé-je, ou pas, le Death Metal fouillé et chiadé de ces russes adeptes de technicité ?

Si l’effort de composition est louable, et très fouillé, je ne peux que regretter le manque réel de fluidité à l’écoute de l’album. Bien évidemment, cela est en partie porté par le style pratiqué.
Mais à trop vouloir bouleverser le déroulement musical, par des enchainements de rythmes et de riffs, l’auditeur est désarçonné.
En fait, je n’arrive à aimer cet album qu’en fractionné, c’est-à-dire petit bouts par petit bouts, mais jamais dans son intégralité ni dans son ensemble.

Outre l’absence d’accessibilité de ce Death Metal, c’est aussi (surtout ?) la pénurie d’accroche que je regrette. Les amateurs de trucs comme SEVERED SAVIOR ou ATHEIST ne devraient pas être trop dépaysés, mais ceux qui aiment l’insertion de passages ultra rapides, de machin simples mais efficaces, ou tout simplement de bon vieux passages headbanguants, risqueront de faire la tronche...

Trop hachuré, trop segmenté, "Enthrallment Traced" manque au final de hargne et d’énergie, ce qui s’avère dommageable pour du Death Metal. Le groupe compense cela par une inspiration et une maitrise technique réelle. Mais qui ne me plaisent que partiellement.
Si je rajoute par-dessus mon antipathie pour le chant criard de Polina, j’arrive difficilement à dégager un ressenti global positif...

Cette drôle de sensation, entre plaisir et ennui, reflète les atouts et inconvénients de cet album. Je ne suis pas fait pour ce type de Death Metal, alors même que j’affectionne le Death Metal Technique – mais peut être le préfère-je résolument brutal, là où "Enthrallment Traced" aime jouer sur les variations infinies.
Je conseille tout de même aux amateurs de Death Metal de jeter une oreille sur cet album, car au-delà de mes goûts, je sais reconnaitre (je pense) un groupe inspiré et talentueux. Et GRACE DISGRACED en est un.


Rédigé par : ..::Ju::.. | 12/20 | Nb de lectures : 11192




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker