GOROD - A Maze of Recycled Creeds (Listenable) - 13/11/2015 @ 07h15
Gorod a enfin réussi à allier la qualité visuelle à la qualité auditive. Leurs précédentes pochettes piquaient les yeux, pour offrir aujourd’hui un graphisme au niveau des esthètes qu’il représente. Celui-ci met le doigt sur l’aura mystique de ces 48 minutes et dessine les contours d’un thème complexe mais d’actualité : l’auto-endoctrinement. Le concept est établi sur l’Ancient et Mystique Ordre de la Rose-Croix. Prenez la première lettre de chaque mot et transposez-les sur le nom de l’album, vous verrez qu’ils sont intimement liés. Une fois de plus, les girondins ne bâclent pas leur thématique en travaillant autant le fond que la forme. Le nouveau logo donne un coup de peinture non négligeable, l’aspect graphique dans son ensemble n’ayant jamais été le point fort des bordelais. Nouveau visuel, nouveau batteur, nouvelle motivation, Gorod est de retour pour une course-poursuite qui bat son plein ! Enchevêtrement haletant de plans death techniques et progressifs mis en lumière par des riffs aux multiples visages qui surlignent des idées rayonnantes au groove séduisant, les locaux trouvent une fois de plus la cohésion musicale. Celle-ci est minutieusement œuvrée pour offrir un album davantage homogène que par le passé, sans nous prendre à la gorge par un trop plein d’information. Et il faut avouer que c’est tout à leur honneur, les français choisissent d’abord de nous raconter une histoire avant d’étaler tout leur savoir-faire. C’est rarement le cas au sein de la scène à laquelle ils appartiennent.

Leurs palais ne les trompent jamais ! Dégustateurs et techniciens hors pair, les membres de Gorod sont des œnologues de bon goût, qui mettent ce qu’il faut d’ingrédients dans leur recette, pour éviter l’indigestion. Ils peaufinent tous les stades de la création, du choix du thème à explorer à la rythmique adéquate, de l’élaboration du chemin cinématique aux riffing précis, celui qui te rappelle pourquoi tu aimes le Metal. Le rendu est clair et fluide dans un domaine où la surabondance n’est jamais loin et à tendance à lester le rendu final. La qualité de leur discographie est telle -4 brûlots en 10 années- que lorsqu’on jette un œil aux webzines internationaux, beaucoup d’entre eux considèrent Gorod comme la crème de ce style, à savoir le death technique et progressif, et le fer de lance du metal extrême frenchy. Rien que ça ! Ce nouveau cru bordelais aux textures naturelles confirme les attentes placées en eux. Ni meilleure ni moins bonne que les précédentes sorties, la très bonne récolte A Maze of Recycled Creeds satisfera grand-nombre.

Le premier album était très bon. Le second Leading Vision était une petite merveille du genre que peu de galettes (à ma connaissance) arrivent à challenger, pour maintenir ensuite le haut niveau avec Process of a New Decline. Arriva par la suite le coloré A Perfect Absolution, qui a moins mes faveurs, clairement le plus proche dans le fond comme la forme de ce cinquième opus. Plus mesuré et réfléchi, A Maze of Recycled Creeds a les épaules pour taper fort sur la scène internationale, là où l’on aimerait voir le groupe davantage en avant. L’intro anachronique et pas franchement agréable, suivie du titre promo Temple To The Art God, probablement le moins bon morceau de cette nouvelle fournée, ne montrent pas la voie que va suivre le groupe. La suite sera juteuse et extrêmement plaisante. Moins tubesque qu’autrefois, le petit nouveau met plus de temps à se faufiler dans notre cortex et y faire sa place. Moins rentre-dedans et plus aéré, il est beaucoup moins immédiat et tape-à-l’œil. Après 5 albums, le combo choisit de multiplier les breaks atypiques bifurquant sur d’autres terres musicales, en y incorporant toutes ces subtilités qui nous tiennent éveillé : rythmique funky, nappes de synthé, spoken words, toutes les techniques possible de guitare, et mille trouvailles pour un cd résolument vivant. Ils se mettent une fois de plus en valeur en mettant un bon coup de pied dans leurs structures moins dolipranesques, pour un fil conducteur plus coloré, et presque gai, devrai-je dire. Tout aussi cinématique que le précédent, il est toujours porteur d’assauts death à décortiquer à la loupe pour en saisir toute sa substance. Même si le niveau des gratteux est hors-norme, la branlette pure et dure est absente. La paire de guitaristes se trouve les yeux fermés pour exceller au sein d’un gang bang de riffs où chacun gicle de génie pour surpasser son acolyte. Ils tricotent sans arrêt, appuyés par la basse trépidante. Le nouveau batteur Karol Diers (Juggernaut et Erlen Meyer, entre autres), devrait rassurer les fans que Sam Santiago a laissés en plan. Il met les titres sur de bons rails, mais son jeu moins expansif est quelque peu dommageable. Le style pratiqué a besoin d’une section rythmique béton, qu’il a, et d’un poil de folie, qu’il n’a pas. Rien de préjudiciable cependant, pour celui qui attirera sur lui autant les projecteurs que le chanteur. Ce dernier est un petit cachotier qui nous avait caché cette palette vocale si large, si riche, si bienveillante envers ses camarades qu’il ne mettait pas autrefois dans les meilleures dispositions. Voici enfin un chant au niveau, les précédentes prestations de Julien "Nutz" Deyeres étaient franchement plates, sauf peux être sur le précèdent, où il avait enfin lâché les chevaux. Il s’époumone ici sur plusieurs types de chants, tantôt gutturaux, tantôt criés, parfois scandés voire même susurrés, partant de Brest direction Nice pour remonter ensuite sur Nancy, pour de nombreux breaks au sein d’un même titre. "Nutz" progresse sérieusement et ne semble plus être le talon d’Achille de la formation, pour sensiblement enrichir sa palette vocale, davantage en adéquation avec la musique. La dizaine de breaks insolites confirme l’ouverture d’esprit des bordelais dans un univers relativement fermé aux intonations s’éloignant du Metal. Ils dégagent une aisance et zenitude positive que l’on ne retrouve pas chez leurs partenaires de death technique.

Cette cinquième offrande symbolise la panoplie de l’opus parfait: une thématique poussée, une musique mélodique aux riffs tous plus grisants les uns que les autres, un son avec une vrai couleur, du groove, des changements de rythmes empreints d’une forte inventivité, des structures techniques et progressives ultra chiadées servies par un chanteur qui sait enfin chanter. Et le tout est Made In France. Alors pourquoi ne pas le mettre en sélection ? Parce que je lui préfère Leading Vision et Process of a New Decline.

Clean sheet pour Gorod et sa discographie sans faux-pas. Plus accessible et naturel qu’autrefois, ils choisissent méticuleusement ce qu’ils souhaitent mettre bout à bout, avec cohésion et intelligence. Je ne trouve pas qu’A Maze of Recycled Creeds soit leur meilleur album, mais assurément le plus mature et le plus ambiancé. Sans pédanterie, les français maintiennent le haut niveau et régalent une fois de plus.




Rédigé par : Bras Cassé | 16,5/20 | Nb de lectures : 10080




Auteur
Commentaire
Moulinexxx
Membre enregistré
Posté le: 13/11/2015 à 10h34 - (118649)
Superbre kro, dont il est difficile de ne pas partager l'avis.
L'album est excellentissime, un des meilleurs du groupe si ce n'est le meilleurs, à ce niveau là difficile de le dire, chacun aura son petit préféré.
La pochette est superbe mais étonnamment sombre pour une musique plutôt chaleureuse et colorée.

Juste un petit bémol : la prod, que je trouve un peu trop plate, ça manque un peu de patate.

Mais dommage pour la sélection, il l'aurait amplement mérité !



Cöuille Mölle
IP:80.12.39.56
Invité
Posté le: 13/11/2015 à 11h06 - (118652)
Pareil sur la prod, ça m'a sauté aux oreilles dès la première seconde, il manque un petit qq chose pour que ce soit nickel.
D'ailleurs je vais peut-être sortir une grosse connerie mais il me semble que c'est le premier Gorod entièrement produit par le groupe (Mathieu Pascal en l'occurence).

Gorod continue sur sa lancée, un des tous meilleurs groupes du genre au niveau mondial. Et les mecs sont adorables, what else ? :-)


Spawn
Membre enregistré
Posté le: 13/11/2015 à 11h20 - (118653)
Pas grand chose à redire, cette kro, comme la plupart de celle qui ont été faites de l'album vont toutes dans le même sens.
Ça devrait bien marcher pour eux car pour les avoir vu un paquet de fois en live, ils sont hyper carrés et on lit le bonheur d'être là sur le visage de chacun... Du coup, la prod un peu plate n'y paraîtra plus et on en prendra plein la mouille. Impossible de ne pas adhérer...

bref, vivement que cet album soit défendu sur scène !!



eyziel
Membre enregistré
Posté le: 13/11/2015 à 11h53 - (118654)
J'étais plus que sceptique à l'écoute de Temple of the art god et c'est loin d'être mon morceau préféré mais je trouve ce disque exceptionnel. Le mot qui me vient à l'esprit avec cet album c'est mature.

La débauche de riffs est phénoménale, la prod est très épurée (je pense que vous voulez parlez de ça quand vous dites qu'il manque quelque chose ?) et ça me convient bien, rien ne parasite cette orgie sonore.
Très technique, jamais chiant, pas de branlette. Un disque que je prendrai plaisir à écouter pendant des années je pense.

Je trouve le chant un peu faiblard en revanche. Je reconnais la multiplicité des styles pratiqués mais il manque de la puissance je trouve. Mais rien qui me gâche mon plaisir et j'aime malgré tout cette voix.

Surprenant qu'un album comme ça n'ai pas de sélection. Très bonne chronique. On ne fait que ce répéter, tout a été dit.

Batu
IP:78.193.41.62
Invité
Posté le: 13/11/2015 à 13h16 - (118657)
Ma plus grosse erreur a été de tomber fan de Process of a New Decline. Cet album me paraît forcé à côté. Je n'ai pas la même patate, je ne retrouve pas ce subtil mélange de technique et d'agressivité que seul Gorod savait si bien manier. La voix ne me plaît pas tant que ça. J'ai l'impression d'écouter une sorte de Spawn of Possession avec de la technique à outrance et beaucoup de saccades.
Dans l'absolu ça reste un bon album avec ses moments de bravoure, mais encore loin de leur magnum opus A MON AVIS.

Je vais quand même lui filer sa chance et l'écouter plusieurs fois encore, car ces moments de bravoure font que j'ai envie de m'y accrocher et d'y croire malgré tout.

Ivan Grozny
Membre enregistré
Posté le: 13/11/2015 à 14h18 - (118658)
Très tentant ce disque, vous me donnez envie de l'écouter.

haash
IP:78.242.0.102
Invité
Posté le: 13/11/2015 à 18h35 - (118661)
chouette kro,
petite précision cependant Nutz n'est leur chanteur que depuis perfect absolution (et en guest sur transcendence), c'était un autre bougre sur les 3 premiers albums...

Youpimatin
Membre enregistré
Posté le: 14/11/2015 à 12h21 - (118664)
Tout l'Art de Gorod condensé dans des structures classiques pour un résultat tout bonnement excellent !

Thrash Elliott
IP:84.55.161.148
Invité
Posté le: 17/11/2015 à 15h10 - (118677)
Oui, c'est bien ça, sur les premiers albums le chanteur n'est pas Nutz (pour infos avant ils s'appelaient Gorgasm comme les ricains et bien avant Voracious Gangrene)et pour les avoir vu dimanche dernier au Bikini à Toulouse (en ouverture de MASS HYSTERIA)avec un son magnifique (le Bikini quoi), ça le fait vraiment bien.

Bras cassé
Membre enregistré
Posté le: 17/11/2015 à 16h11 - (118679)
Mea Culpa, Nutz est arrivé pour le quatrième album en effet. Ça fait plaisir d’avoir un vrai chanteur chez Gorod.

haash
IP:78.242.0.102
Invité
Posté le: 17/11/2015 à 23h06 - (118682)
Voracious était un autre projet de brutal death bordelais bien à part , pas un ancien nom de Gorod, dont Barby (le bassiste) et Guillaume (le chanteur des trois premiers opus) faisaient partie..

Ginzu
Membre enregistré
Posté le: 28/11/2015 à 16h29 - (118817)
ça fait envie, j'ai bien envie d'acheter une nouvelle fois un album de ce groupe. pas d'accord pour les pochettes précedentes, je trouve que celle de perfect absolution est parfaite, exprimant la rage, la furie du personnage dont il est question

Ginzu
Membre enregistré
Posté le: 29/11/2015 à 07h27 - (118820)
J'ajoute un truc, je viens d'ecouter l'extrait sur youtube, et bien que ce ne soit pas le meileur support pour juger d'une prod, et bien je la trouve simplement excellente, lisible, et enfin une prod qui à l'air dynamique, et pas platrée.
A ceux qui la trouvent plate, c'est par manque d'effet waou de la merde habituellement compressée pétée de volume et de clipping que vous écoutez puisqu'on a souvent pas le choix.
Solution: montez le son ! Vous allez voir si elle est plate cette prod!

steph45
Membre enregistré
Posté le: 29/11/2015 à 19h19 - (118823)
D'accord avec Ginzu, je trouve la prod parfaite pour cet album. Elle est clair et puissante. On entend clairement tous les instruments. On n'a pas l'impression de ce prendre un gros mur sonore en pleine tronche duquel rien ne ressort alors que pour cet album, on se prend une baffe du fait de la musique du groupe en elle-même aidée par cette prod équilibrée et aérée.

steph45
Membre enregistré
Posté le: 29/11/2015 à 19h20 - (118824)
Elle est clairE... On n'a pas pas l'impression de Se prendre...
Ca m'apprendra à ne pas me relire avant de poster.

K-Sauce
IP:213.56.83.241
Invité
Posté le: 01/12/2015 à 11h06 - (118832)
Je viens de faire l'acquisition du disque. Étant très impressionné par le précédent, je me demandais ce que cela donnerait.

On retrouve ce groove terrible du groupe avec un travail basse/batterie de folie qui a eux seuls méritent de se pencher sur le disque.
Comme dit précédemment, la profusion de rythmes est incroyable. Peut-être trop ? On s'y perd parfois, c'est dans ces moment là que le groupe me semble encore manquer de "maturité".

En suite vient la voix... Il y a un gros travail de variation, de recherche, mais je n'adhère pas trop. Dans GOROD, je considère que la voix est juste un accompagnement de la musique. Là, elle est trop présente et trop nuancée à mon goût, même si il faut saluer encore une fois cette volonté de varier les tonalités et les styles. C'est plus que louable dans ce style de musique.

Pour la prod, il faut effectivement monter bien fort le son pour prendre conscience de la qualité des compos et de la production. A faible volume on a une espèce de prod plate et insipide.

Mais un grand bravo au groupe pour cet album entier, vrai et assez jouissif.

Ginzu
Membre enregistré
Posté le: 05/12/2015 à 15h57 - (118871)
Acheté. Pas encore eu le temps de l'écouter

Kro And Bourre
IP:90.13.181.102
Invité
Posté le: 12/01/2016 à 21h28 - (119138)
Excellent Album ! je crois que cet album va rentrer dans le top 5 des albums de métal français :

1. Sublime Dementia de Loudblast
2. Sign Of Decline de Massacra
3. Killing Process de Carcariass
4. Contamination Rise de No Return
5. A maze of recycleed de GOROD

bravo les gars !





Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker