GORILLA MONSOON - Firegod - Feeding the Beast (Supreme Chaos) - 21/03/2016 @ 07h22
Rarement le nom d'un groupe aura aussi bien collé au personnage auquel il se réfère puisque nos quatre teutons de GORILLA MONSOON tiennent ici leur patronyme d'un célèbre catcheur qui faisait la joie des amateurs d'étreintes sauvages dans les années 70. Faut dire que le gaillard avait quelques arguments à faire valoir et pas des moindres, jugez plutôt : 1 mètre 98, 200 kilos, un vrai poids lourd qui, une fois installé dans l'arène, ne faisait qu'une bouchée de sa proie à grands coups de press slam et autres giant swing. Ouille.

"Firegod, feeding the beast" est à l'image de ce catcheur. Brut de décoffrage, bien lourd et passablement nerveux, le genre de bestiau qui fait tourner les talons des adversaires potentiels à peine montés sur le ring. La mise en musique d'une attaque frontale taillée dans un metal lourd et pachydermique, de ceux qui croisent le feu sacré du stoner et la noirceur du sludge pour en faire un monstre d'efficacité. Le genre de torgnole bien douloureuse qui laisse les joues bien rougies et les esgourdes en miettes. C'est sûr, GORILLA MONSOON n'est pas délicat pour un mark, et c'est bien là le dernier de ses soucis, d'ailleurs ce troisième album fera la joie des amateurs de gros son, la production en béton armée y aidant pour beaucoup, et de riffs abrasifs et percutants. Imaginez un GRAND MAGUS qui s'acoquine avec CROWBAR, le tout sous le regard bienveillant d'un BLACK SABBATH resté figé dans son jus. On fait fi ici de toute originalité ou créativité, le but de l'opération n'est pas là puisqu'il s'agit avant tout de faire bobo aux ratiches, tout comme le catcheur dont il s'inspire se plaisait à le faire il y a près de quarante ans.

"I don’t give a fuck I just want to go out on stage and rock" peut-on lire en préambule du bandcamp du groupe. Voilà, l'état d'esprit du groupe y est parfaitement résumé. Taper fort, taper fort et encore taper fort. Pendant une heure. C'est long et c'est là aussi le problème de ce genre de galettes qui, comme celles de leurs compatriotes d'UNBOUND, voit son intérêt s'émousser fatalement au fil des écoutes. On se le cale une, deux voire trois fois avec plaisir entre les feuilles avant de le remiser au fond de la discothèque, coincé entre d'autres seconds couteaux qui n'auront laissé à la postérité métallique qu'une bien maigre contribution.

Sad but true.




Rédigé par : TarGhost | 12/20 | Nb de lectures : 6096




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker