GOODBYE DIANA - Goodbye Diana (Head) - 05/10/2015 @ 08h02
Après un silence de quatre ans, et un membre amputé (de la formation), les montpelliérains de GOODBYE DIANA reviennent avec un tout nouvel album sous le coude. Et quel album. Inutile de préciser que ces jeunes gens ont du talent. Ce trio instrumental arrive à nous captiver totalement sur l'ensemble des 10 titres que compte l'opus avec un savoureux mélange de rock, noise, math-rock et post-rock finement ficelé.

Les groupes instrumentaux sont souvent particuliers. GOODBYE DIANA ne déroge pas à la règle par son style, intensément hypnotisant. Les mélodies et riffs du trio arrivent à nous emmener dans un univers envoûtant, aérien, sombre, parfois chaotique, mais sans cesse captivant. On est porté par un jeu inventif, carré, intelligent, non-démonstratif, épique, sensible, qui transporte cet album dans une sphère planante. GOODBYE DIANA est créatif, maîtrise les émotions sans ajouter une once de chant, fait tout passer par son exécutions entraînante et lourde où chaque instrument à une place capitale pour l'élévation auditive de ses sonorités saisissantes.

GOODBYE DIANA offre un véritable voyage, aller simple vers un univers propice à l'évasion, où chaque note et accord restituent les couleurs d'un magnifique tableau. Tableau qui pourrait allègrement être représente comme l'illustration parfaite pour présenter ce disque, conçu par l'artiste Suisse Ueli Hofer. Simple mais attirant, comme le son de GOODBYE DIANA – quoique simple n'est pas la meilleure définition dans ce cas-là – il nous plonge dans l'esprit du trio de Montpellier, qui, par sa créativité, nous grave sur ce CD 51 minutes de véritable musique.




Rédigé par : Velvet Kevorkian | 16/20 | Nb de lectures : 7687




Auteur
Commentaire
Maxgrind
IP:78.122.6.150
Invité
Posté le: 05/10/2015 à 14h00 - (118168)
Je plussoie Velvet Kevorkian sur l'ensemble de sa chronique. Ça se savoure, ça s'écoute agréablement comme musique de fond (sans le côté péjoratif hein!) tout en bouquinant, en travaillant ou dans les transports en commun.

Par contre, le côté hypnotisant, ça n'est pas le cas pour moi (un Red Sparowes me fera réellement cet effet).

Sinon, je note quelques influences (peut-être que je me trompe) mais je trouve que certains riffs sont inspirés des illustres Animals As Leaders et à Mestis (rien qu'en écoutant l'intro de Gégé (28), j'ai pensé aux jeux de gratte de Tosin Abasi et de Javier Reyes) ou même Tool période Undertow.

Dodo la saumure
IP:90.6.43.99
Invité
Posté le: 06/10/2015 à 08h38 - (118180)
Ce disque est-il en vente sous le pont de l'Alma ?

Pulmon
IP:88.122.18.127
Invité
Posté le: 23/10/2015 à 18h12 - (118392)
Le stand est installé entre le pilier 5 et 6

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker