GODFLESH - A World Lit Only by Fire (Avalanche) - 24/06/2015 @ 07h35
25 ans après l'inégalable Streetcleaner, Godflesh est toujours plus que jamais en vie et signe un retour fracassant avec le massif et envoûtant 'A World Lit Only By Fire'.

La dernière réalisation du groupe, 'Hymns', parue il y a déjà treize longues années, m'avait quelque peu surpris par son approche un peu plus metal et accessible, délaissant un peu la patte des débuts. Bien qu'admiratif du jeu intrinsèque de Ted Parsons à la drums, j'espérais secrètement un jour voir Godflesh revenir à ses fondamentaux avec sa boîte à rythmes si caractéristique.
Pour avoir eu une fois la chance d'en parler avec Justin à la fin d'un concert, il m'avait rétorqué : "Ted est le batteur que je rêvais d'avoir dans Godflesh et j'ai attendu longtemps pour l'avoir donc..."
Les années ont passé et le miracle s'est finalement produit : retour aux prémices.

A mi-chemin entre Streetcleaner et Selfless, ce nouvel album reprend la marque de fabrique qui a fait le succès de la formation pendant les années nonante: riffs répétitifs qui pilonnent l'esprit, vagues lancinantes sur fond de lourdeur agrémentée d'une boîte à rythmes martelante. Le tout bien entendu avec une efficacité toujours surprenante si l'on considère l'aspect très dépouillé des compositions, la différence se faisant principalement par le groove imprimé en quasi permanence par Justin et sa désormais huit cordes.

Il faut dire que le bonhomme ne s'est pas vraiment assagi avec le temps. La musique proposée est toujours d'une noirceur limite exaltante, venant parfois flirter avec allégresse les abysses des ténèbres les plus reculées. Sombre univers mécanique et industriel sans la moindre issue possible, nous voilà à nouveau bercé par la magie hypnotique de Godflesh. Nul besoin de masochisme exacerbé cette fois pour aller jusqu'au bout du disque. Certes, ce n'est jamais du tout cuit, il faut parfois se faire un peu violence et accepter cette approche linéaire qui se veut sans la moindre concession. Formation souvent totalement incomprise par ceux qui ont tenté de prendre le train en marche, Godflesh ne fait une fois de plus pas le moindre effort pour convertir l'auditeur néophyte. Bien au contraire, il enfonce le clou de manière inexorable, rechignant d'improbables vicissitudes pour se fondre massivement dans cet aspect figé, glacé et implacable. Fidèle à ses habitudes, Justin a choisi une production minimaliste et intemporelle, se moquant des modes et des courants. Un son qui fonctionne néanmoins parfaitement et qui surtout ne trahit pas l'esprit Godflesh, le ressuscitant même en quelque sorte.

Difficile de dégager des titres en particulier tant cet album est dense et compact mais sa simple entrée en matière ne pourra laisser les puristes de marbre. Des premières minutes qui annoncent la couleur, ou tout du moins le ton et qui résument sur tous les plans le véritable esprit Broadrick qu'on a connu lors de l'époque glorieuse d'Earache avec les déjà incontournables 'New Dark Age' et 'Deadend'qui ouvrent ce nouvel album avec brio. Un peu plus loin, l'excellent' Shut Me Down ' qui prend toute sa dimension en live suivi du planant 'Live Giver Live Taker' et ses vocaux psychédéliques. On bascule un peu dans la folie avec le très industrialisé 'Obeyed' pour renaître avec les très entraînants 'Curse Us All' et 'Carrion'. Bref tout s'enchaîne à merveille, le tout mariant à la perfection groove et monolithisme.

Alors oui, on pourra reprocher à ce nouveau disque son absence totale d'évolution et surtout son approche peut-être un peu simpliste et presque révolue pour le coup. La recette a été éprouvée à maintes reprises et la saveur a un air de déjà vu. Godflesh est prisonnier de son style mais cela n'est finalement pas pour nous déplaire. On espère simplement que la tête pensante de Jesu ne mettra cette fois pas une décennie pour donner une suite à cet album et saura redynamiser le rythme de sorties de la formation.




Rédigé par : diesirae | 17/20 | Nb de lectures : 9196




Auteur
Commentaire
BillUrzague
Membre enregistré
Posté le: 24/06/2015 à 10h14 - (117073)
Une semi-déception et un 13/20 pour moi.

J'aurais plutôt dit : "Difficile de dégager des titres en particulier tant cet album semble monotone".

Le EP Decline & Fall sorti juste avant est bien meilleur et percutant.



gulogulo
Membre enregistré
Posté le: 24/06/2015 à 10h15 - (117074)
zzz
Un album bien embarrassant pour ses auteurs.



AnusFraicheur
Membre enregistré
Posté le: 24/06/2015 à 11h43 - (117075)
On a vu bien pire comme album embarrassant... J'ai également préféré l'EP à l'album trop monolithique à mon sens.



Bernard
Membre enregistré
Posté le: 24/06/2015 à 12h14 - (117076)
Album difficile à dompter. Encore aujourd'hui ça dépend de l'humeur, soit ça passe super bien, soit certains morceaux posent problème.

Ceci dit, attendre autre chose que du "monolithique" d'un album de Godflesh, je ne sais pas...

diesirae
Membre enregistré
Posté le: 24/06/2015 à 12h38 - (117077)
Je ne l'ai pas précisé dans la kro mais c'est surtout en voyant l'exécution des morceaux en live que je les ai vraiment compris et pénétrés (certainement grâce à une balance un peu différente que sur le disque)

Youpimatin
Membre enregistré
Posté le: 24/06/2015 à 12h39 - (117078)
La production est énorme !! Mais oui le EP finalement était bien meilleur car plus concis.
Ceci dit, entendre du Godflesh aujourd'hui, c'est toujours bon à prendre



AnusFraicheur
Membre enregistré
Posté le: 24/06/2015 à 13h33 - (117079)
@Bernard : Par monolithique, j'entends quelque chose de plus nuancé comme ils ont pu le faire auparavant, car j'ai une impression d'avoir à faire à un gros bloc impénétrable, chose que je n'ai pas forcément avec les autres disques du groupe.

le botch
IP:85.69.81.226
Invité
Posté le: 24/06/2015 à 16h23 - (117081)
Lourd, destructeur, abrasif... j'adore !
Contrairement à vous autres, j'ai trouvé l'album très digeste dès les premières écoutes !

Burn
IP:82.66.214.120
Invité
Posté le: 25/06/2015 à 01h31 - (117088)
C'est clair, c'est pas du Portal non plus... Vite rentré dedans, excellent.

Quant au "manque d'evolution", vu tout les genres que Broadrick a abordé avec Godflesh et dans ses différents projets (shoegaze, dub, electro, dubstep, drum 'n' bass, hip-hop, ambient, etc.), on comprends qu'il veuille revenir aux bases de Godflesh

triphon
IP:82.240.204.127
Invité
Posté le: 25/06/2015 à 18h08 - (117091)

Rien de bien neuf mais peu importe, la recette fonctionne toujours autant.

Contrairement a ce qui est dit je le trouve très accessible, moins dur a appréhender qu'un streetcleaner par exemple.

En tout cas une veritable tuerie en live !!!

Humungus
Membre enregistré
Posté le: 28/06/2015 à 13h43 - (117121)
Pour moi l'un des meilleurs albums de l'an dernier (avec le MYSTICUM, VALLENFYRE, THE TRUE MAYHEM, OBITUARY, etc, etc).

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker