GOATWHORE - Blood for the Master (Metal Blade/Season of Mist) - 13/03/2012 @ 08h01
Fichtre, déjà le cinquième album pour Falgoust et sa bande et j’ai toujours cette impression que c’est un nouveau groupe qui débarque. A ma décharge, on ne peut pas dire que le groupe ait planté des banderilles capables de plaies béantes dans la carcasse de la vieille bête à l’agonie que je suis ! On a toujours le sentiment que le groupe se cherche assis qu’il est entre tout un tas de chaises musicales. C’était particulièrement flagrant sur le ô combien sympathique opus précédent qui avait une grosse tendance à papillonner sa vilaine truffe dans tout un tas de vieilles marmites nauséabondes sans trouver une cohérence voire une identité. Il faut reconnaître que maître Rutan avait du mal à appréhender le véritable son du groupe. Résultat, le son ne convenait absolument pas à la tambouille proposée par GOATWHORE. C’était propre, sec, limite aride ! Est-ce que Rutan allait comprendre le son du groupe ? Est-ce que GOATWHORE allait enfin affirmer une identité ? Est-ce que j’allais finir enfoui sous le tas de disques qui s’évertue à prendre possession de chaque recoin de mon terrier ? Est-ce que j’arriverai un jour à pécho l’Alésienne ? Trop de questions, beaucoup trop de questions à l’arrivée de ce nouvel album pour mon esprit embrumé…

En tout cas Metal Blade a sorti la vaisselle de mariage car nous sommes accueillis par un joli gigipack habillé de noir avec un sympathique dessin où l’on retrouve la thématique du crâne déjà présente sur le précédent. Serait-ce le signe d’une affirmation identitaire ? En tout cas, ce qui bondit aux pavillons tel un bouc durant la saison des amours, c’est le rendu sonore ! El senor Rutan a enfin réussi à faire sonner tout ça. Le son se montre plus chaleureux, plus rond et il est bon de plonger dans sa moiteur suffisamment huileuse pour que notre corps luisant se glisse sans efforts dans ces sonorités rétrogrades. Le clodo que je suis eût apprécié un peu plus de crasse aux entournures mais on ne va pas faire la fine bouche devant ce vieux linge sentant encore un peu trop la Soupline. En même temps, je ne suis pas certain que DARKTHRONE fut une influence majeure sur le travail de producteur de Rutan.

Musicalement, et bien c’est pareil ! On entend enfin un album homogène, cohérent et ce en dépit du fait que GOATWHORE s’évertue à poursuivre dans son mélange extrême mais foncièrement vieille école. Le groupe assume enfin vraiment ce qu’il est, c'est-à-dire un groupe de Black/Thrash à l’ancienne. Alors oui, ça Thrash dur comme sur le très court An End To Nothing avec son solo bordélique d’époque. Mais ça Thrash sur le reste aussi sauf que le combo a eu la bonne idée de garder son goût de l’hybridation. C’est ainsi qu’on pioche quelques passages plus franchement Death en particulier quand des growls s’amusent à baver dans nos conduits auditifs ou que le batteur fait une tapisserie de double ou bien encore quand les riffs se mettent à s’alourdir pour aller bûcheronner dans les bois. Et puis enfin, nos gars personnalisent tout ça en créant quelques ambiances plus démoniaques lorsque le vocaliste parle comme une sorcière ou bien par une amorce acoustique assez surprenante.

C’est bien beau le Thrash et le Death, mais il ne faudrait pas que j’oublie le plus important pour la secte noire qui phagocyte la rédaction de VS, à savoir le Black ! Car du Black, tu trouveras sur cette galette. Cela devient même carrément épique lorsque le batteur monte dans les hautes sphères à coup de blasts vivifiants. Ca part d’ailleurs sans prévenir dès l’entame du disque, j’avoue avoir été cueilli un peu à froid mais il va s’avérer que lors de ces instants, ils vont réussir à pondre des lignes mélodiques qui vont vous sucer le sang pour qu’ils puissent l’offrir à leur maître. A titre d’exemple, je ne citerai que Beyond The Spell of Discontent qui m’a fait prisonnier lors des premières écoutes. Mais il va s’en dire qu’on retrouve ce bonheur grisant sur plusieurs titres de cette courte offrande (38 minutes).

C’est sûr, c’est de loin leur meilleur album, il n’en reste pas moins que toute la poussière n’a pas été bien cachée sous le tapis. En effet, il semble que chez le marchand de personnalités, nos boucs ont fortement louché sur le costard de leurs jeunes voisins de SKELETON WITCH. C’est particulièrement frappant lorsque le combo se lance dans quelques tournures plus Heavy. Même si ce n’est pas constant sur la durée, ça revient suffisamment pour que mon cerveau imbibé de tout un tas de substances conserve l’information. Finalement, ce problème identitaire demeure surtout que le créneau est plutôt chargé en cette fin 2011 et ce début 2012. Le GOATWHORE débarque au moins avant DESASTER et AURA NOIR, cela lui laissera peut-être une petite chance car déjà il a dû subir la comparaison avec le SKELETON WITCH et le NEKROMANTHEON. Certes, ça joue dans une veine plus accrocheuse pour le premier et dans la brutalité d’une baston de bar pour le second mais tout ça reste du vieux Black/Thrash.

Clairement un album bien troussé, le meilleur de leur discographie mais comme j’ai l’impression que 2012 sera Black/Thrash ou ne sera pas, j’ai un peu peur que nos boucs ne tiennent pas la distance si jamais un cador lance une bombe dans la prairie des caprins. Déjà qu’ils ont un peu de mal à tenir la distance question virilité par rapport au NEKROMANTHEON, je suis donc sceptique sur la suite. A cet instant, ce bout de plastoc rétrograde se montre plutôt divertissant voire même plus grâce à ces petites touches épiques qui vous agrippent par le colbac. Alors ne boudons pas ce plaisir fugace et attendons la suite sereinement. Le championnat Black/Thrash continue !

Attention la rencontre que vous attendiez tous, au Staples Center de Philadelphie avec l’affrontement titanesque entre à ma gauche les panzers de DESASTER et à ma droite les vikings d’AURA NOIR ! Qui sortira vivant du pit…

http://www.goatwhore.net/ - 152 visite(s)

Collapse in Eternal Worth - 149 téléchargements


Rédigé par : Dark Rabbit | 14,5/20 | Nb de lectures : 12465




Auteur
Commentaire
zozo
Membre enregistré
Posté le: 13/03/2012 à 09h11 - (100971)
Arf, pour moi, ce sera DESASTER mais suivi de près par AURA NOIR et après, seulement, GOATWHORE...

djabtrash
Membre enregistré
Posté le: 13/03/2012 à 11h21 - (100974)
je vais l'écouter

gulogulo
Membre enregistré
Posté le: 13/03/2012 à 16h52 - (100978)
le meilleur de la disco, pour moi, c'est sans un pli Eclipse of Ages, avec ses relents de Nola bien gouleyants ; et toujours quant à moi, je trouve que la prod Rutan va très bien aux forts penchants Soilent Green de leurs disques ; mais sur celui-ci, à part An End to Nothing, j'ai pas trouvé beaucoup mon compte

Zebrowsky
Membre enregistré
Posté le: 13/03/2012 à 17h48 - (100979)
Bonne chronique, sympa à lire.

Mon cerveau conservent l'information (heu?).

ZeSnake
Membre enregistré
Posté le: 13/03/2012 à 19h47 - (100982)
je préfère le précédent...

boucpute
IP:80.237.226.74
Invité
Posté le: 14/03/2012 à 11h46 - (100989)
le black metal n'est définitevement pas pour les ricains.

BazBaz
Membre enregistré
Posté le: 15/03/2012 à 17h04 - (101026)
Mouais...pas trop d'accord avec cette histoire de Black/Thrash. Le débat est sans fin mais la comparaison avec AURA NOIR et DESASTER me paraît hasardeuse. GOATWHORE c'est plutôt 50% MOTORHEAD 50% IMPALED NAZARENE et pis 100% rock'n'roll.

Sinon Blood for the Master est excellent sauf quand ils ralentissent le rythme. Les vocaux tuent, les riffs sont saignants comme d'hab' quoi. Entièrement d'accord sur le fait que le digipack est sublime.



Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker