GENERAL SURGERY - A Collection of Depravation (Relapse) - 18/04/2012 @ 08h09
La chirurgie générale, en dépit de son nom, est une spécialité qui se concentre sur les organes abdominaux, ainsi que sur les maladies impliquant la peau, les seins, les tissus mous et les hernies. C'est l'un des plus anciens arts médicaux.
Le Professeur Gr.Inder vous propose une rétrospective historique de ce consortium incontournable qu’est GENERAL SURGERY :

Son histoire remonte à très longtemps avant JC. On retrouve les premières traces de GENERAL SURGERY à l’ère de la Préhistoire, et de l’Antiquité. Entre 1998 et 1990, le cartel de chirurgiens sortira trois démos, et développera sa technique de chirurgie au scalpel. Mais, en dépit de la sortie d’un mini album culte, le groupe va brutalement stopper ses activités.

On retrouve des traces de GENERAL SURGERY des années plus tard. De la fin du Moyen-Âge, jusqu’à nos jours, les 4 chirurgiens de l’extrême vont alors faire évoluer leur pratique, et produire, outre deux albums, un certain nombre d’essais cliniques et de procédures médicales, nommées splits, que "A Collection of Depravation" se propose de résumer.

Le début du Ve siècle marque le grand retour de GENERAL SURGERY. Marquée par une pratique chirurgicale empirique et souvent charlatanique, la grindchirurgie est plus le fait des barbiers, habitués aux instruments tranchants. C’est l’époque de la sortie du premier traité de GENERAL SURGERY, partagé avec The County Medical Examiners. La pratique y est alors basique et agressive.
En dépit d’un son cru, et d’un style encore rudimentaire, le Death/Grind des chirurgiens possède une fougue incroyable, matérialisant l’insouciance de l’époque. Le son de basse monstrueux fait oublier celui peu reluisant des guitares. La violence est omniprésente, le style rimait alors encore avec (Gore)Grind et Rage.

Avec la Renaissance, la chirurgie va connaître un renouveau grâce à l'évolution des techniques non liées directement à la chirurgie. C’est le moment choisi par GENERAL SURGERY pour publier son second traité, en compagnie de Filth. 4 chapitres implacables, sans doute parmi les meilleurs jamais publiés par le gang. On ressent indubitablement l’influence des praticiens surdoués de Carcass, mais GENERAL SURGERY possède sa propre approche médico-musicale.
Faite de titres courts et incisifs, d’une harmonie parfaite entre Death, Grind et D-Beat (si, si, écoutez bien), d’un mode d’expression oral décapante, entre Death et cris éraillés, et d’un son parfait. Ce manifeste représente un quatuor au sommet de sa maîtrise.

GENERAL SURGERY va poursuivre son apprentissage, et la fin de la Renaissance voit les praticiens améliorer un peu plus leurs connaissances chirurgicales et anatomiques, par le biais notamment d’expérimentations effectuées sur les champs de batailles. Un nouveau traité de pratique es Grind/Death, mis en œuvre avec Machetazo, dévoile en 4 titres toute la maîtrise stylistique du groupe.
Court mais intense, ce troisième split confirme le talent de ces diablotins, qui, profitant de la disparition de Carcass, vont devenir rapidement les pères du Grind/Death chirurgucal. Toujours cette énergie décuplée, ce groove incroyable et cette efficacité imparable, maculée d’une énergie communicative. Aussi bon et indispensable que le précédent traité.

Le XIXe siècle met à l’honneur les progrès effectués par GENERAL SURGERY. La reconnaissance est enfin honorée par un second opus, "Left Hand Pathology", qui reprend la plupart des deux traités précédemment cités. La chirurgie civile progresse de nouveau, les chirurgiens affinent leur technique, le son est très gras, mais puissant, les riffs catchys et les accélérations bestiales.
"A Collection of Depravation" propose ainsi 3 chapitres ‘unreleased’, appétissants et groovys, issus des sessions d’enregistrement. Des hits en puissance, un groupe au sommet de son art. Un régal, pour les amateurs de Gore, de Grind et de Death.

C’est au XXe siècle, juste avant la Première Guerre mondiale, que sont mises au point les grandes techniques chirurgicales telles que la chirurgie de la paroi de l'abdomen, du tube digestif, de la gynécologie. GENERAL SURGERY va alors connaître des rotations de personnels sans précédent, avec notamment un nouveau chanteur en la personne de Erik Sahlström.
Son approche chirurgicale se précise, et se fait moins extrême. Un traitée de pratique médicale illustre ce changement, partagé à l’époque avec Butcher ABC. Le son y est puissant, le style moins. On ressent un certain ralentissement, propice à la mise en place d’une lourdeur et d’un groove décapant, au détriment néanmoins de la violence primaire. Prélude prémonitoire au futur album.
Pour cette rétrospective, GENERAL SURGERY nous offre, en plus de deux titres du split, deux morceaux issus des sessions d’audition du nouveau chanteur, durant lesquelles Erik avait eu la possibilité de reprendre 2 titres, en les personnalisant et en changeant les paroles.

La seconde partie du XXe siècle verra exploser les progrès et les techniques chirurgicales. On voit alors se développer les greffes d'organes, et les premières greffes du rein, et du foie. C’est la période choisie par le groupe pour publier son troisième manifeste de chirurgie générale, "Corpus In Extremis". Les 7 titres issus de la session d’enregistrement, présents sur cette rétrospective, sont dans la lignée de l’album, poursuivant l’évolution entamée. Nos chirurgiens sont en pleine possession de leurs moyens, illustrant une maîtrise technique et stylistique sans précédent, au détriment malheureusement de l’authenticité et de l’impulsion.
Les titres ‘unreleased’ auraient mérité leur place parmi les 15 autres. Moins rapides, moins agressifs, plus puissants et headbanguants, ils illustrent le rapprochement du quartet avec le monde du Death, et son éloignement avec celui du Grind.

Qu’importe, à l’image de la première transplantation cardio-pulmonaire, nos chirurgiens suédois ont du cœur. Et nul doute que l’avenir nous prouvera que leur soif de décibels et de pratiques chirurgicales en tout genre ne risque pas de se tarir.
Cette rétrospective, en plus d’être dotée d’un mastering signé Scott Hull, se dote également d’un livret explicatif très complet et instructif, où les différents praticiens et chirurgiens ayant œuvré dans le collectif ont apposées des notes explicatives intéressantes et complémentaires de l’approche musicale.
Il faut voir cette encyclopédie comme le pendant discographique de "Demos", sorti en 2004. Une rétrospective très intéressante, bien plus qu’un simple assemblage de titres ‘unreleased’, et qui permet de se replonger avec plaisir dans l’histoire du groupe.

http://generalsurgery.se/ - 115 visite(s)

Ecoute intégrale de la collection - 73 téléchargements


Rédigé par : ..::Ju::.. | Pour les fans de Chirurgie Générale/ | Nb de lectures : 11856




Auteur
Commentaire
genial
IP:193.95.172.211
Invité
Posté le: 18/04/2012 à 09h21 - (101611)
Tu n'oublies pas un peu Necrology dans ton historique ?

Zebrowsky
Membre enregistré
Posté le: 18/04/2012 à 12h00 - (101619)
Entre 1998 et 1990? Wow purée les mecs ils remontent le temps en plus! Mais euhhh moi aussi je veux être chirurgien du temps!

RBD
Membre enregistré
Posté le: 18/04/2012 à 13h01 - (101621)
Necrology a été réédité séparément il y a quelques mois, il faut dire.
Sinon oui, c'est indispensable pour les fans de Chirurgie Générale. Et oui encore, il y a du D-Beat dedans, beau diagnostic !



Hasmodees
IP:194.206.254.8
Invité
Posté le: 18/04/2012 à 17h32 - (101624)
Miam! Les artisans bouchers sont une race qui malheureusement, est en voie de disparition. Ceux là donnent faim rien qu'en découpant la viande - vive l'artisanat!
A la maison des que possible!

..::Ju::..
Membre enregistré
Posté le: 18/04/2012 à 21h32 - (101628)
@genial : comme le dit le sage RBD, "Necrology" a été réédité séparément, et a fait l'objet d'une chronique dans les pages de VS par notre bon Tonton.

Et, quand je dit "en dépit de la sortie d’un mini album culte", c'est bien à Necrology que je fait référence. La Collection ici présente débute bien après, donc je ne voyais pas l'intérêt d'en parler plus...

Nekobibu
Membre enregistré
Posté le: 19/04/2012 à 11h58 - (101634)
Encore une chronique intelligemment et originalement rédigée de l'ami Ju ! :)
Quant au groupe, ce que j'en ai entendu ne m'a pas fasciné, il va falloir que je me penche sur ce fameux Necrology.

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker