FURYKANE - Furykane (Autoproduction) - 06/08/2014 @ 08h02
Nous avions déjà causé en ces mêmes pages et en 2011 des Parisiens de FURYKANE et de leur premier album "Fake". Énergique, instantanée et encore assez imprégnée de ses influences premières, la musique du groupe m'a surtout marqué grâce à l’extravagance de l'interprétation de la chanteuse Jen et quelques refrains mélodiques particulièrement efficaces. Aujourd'hui, le groupe nous revient avec un deuxième album auto produit et pas mal de nouveautés au programme, même si on retrouve cette espèce d'impétuosité musicale qui donnait tout son sel à la recette qui nous était proposé par FURYKANE. Vamos!

Si "Fake" proposait des morceaux parfois imprégnés de vibes Néo, ce nouvel album propose quand à lui une musique plus dure... mais toujours mélodique et au final largement plus racée. De la gentille polyrythmie dont je parlais pour le premier album on est passé à de gros riffs bien Djent (le refrain de "Chemical Load" ne rigole pas du tout) et à des constructions rythmiques beaucoup plus complexes que sur "Fake". Le chant de Jen est lui aussi, lorsqu'il est écorché, beaucoup plus méchant et saturé qu’auparavant et contraste du coup considérablement d'avec les voix claires qui parsèment encore majoritairement les refrains du groupe.
Courts, incisifs et très rapidement mémorisables les 10 morceaux de cet album passent comme une lettre à la poste et donnent carrément envie de les rejouer pour les écouter à nouveau. Aidé par une production claire, puissante et moderne ce deuxième album montre un FURYKANE inspiré, certainement plus en phase avec son identité propre et visiblement prêt à en découdre le plus vite possible sur scène. Toutes les chansons semblent d'ailleurs taillées pour brûler les planches, la dynamique qui s'échappe de bombes telles que "Feast" ou "Chemical Load" laissant imaginer les litres de sueur qui vont être perdus par le public sur les dancefloor d'ici ou d'ailleurs.

Très en place, j'imagine que les musiciens ont du travailler dur pour en arriver à cette rigueur métronomique agrémentée à plusieurs moments de beats très directs et sautillants. On sent la 8 cordes dodeliner du Fa, la basse faire de la spéléologie sonore et la batterie se décaler malicieusement sur les mesures acides de "In Flames" ou le très bon "Porn to be Wild".
Je souligne aussi la jolie performance de la chanteuse Jen qui module encore bien en son clair, hurle encore mieux que sur "Fake" et propose toujours ces espèces d'onomatopées savoureuses diablement efficaces (le refrain de "Porn to be wild" vaut bien les "Bla Bla Bla" du premier opus !)
Équilibrant assez intelligemment la mule du metal et la douceur mélodique, FURYKANE propose avec ce deuxième album éponyme un essai beaucoup plus convaincant que "Fake", les chansons étant à mon sens mieux écrites, mieux interprétées et plus efficaces qu'auparavant. Bien joué.




Rédigé par : Pamalach | 13/20 | Nb de lectures : 11801




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker