FRAGORE - The Reckoning (Coroner/Season of Mist) - 17/07/2014 @ 07h13
En foot, les italiens se font sortir au premier tour (ou vont en finale). En Metal, les italiens jouent la qualification mais ont toujours des difficultés pour se hisser au niveau du gratin mondial et restent à carreau. C’est toujours la même histoire, hormis le BM et certains gros groupes de Brutal Death (entre quelques rares exceptions), les groupes italiens sont de niveau seconde division, pas plus. Coroner Records a le mérite de proposer les meilleurs groupes de seconde division, ceux qui peuvent jouer la promotion avec un beau parcours, même si ces derniers temps il est surtout allé chercher ses poulains en Espagne ou au Japon. FRAGORE lui est 100% italien, ce qui d’emblée ne nous annonce pas de la haute qualité, à croire que comme toujours Coroner Records ne signe pas des groupes qui pourraient faire de l’ombre à DISARMONIA MUNDI… le seul groupe de mélodeath italien qui a le niveau international, le niveau suédois, celui de Zlatan (enfin presque, parce que comme tout le monde le sait, Zlatan est inégalable).

FRAGORE est expérimenté vu qu’il existe depuis 2001 et que The Reckoning est son troisième album. Avec Coroner Records on s’attend à se farcir une énième formation de mélodeath moderne, mais première surprise dès "Die With Blood" on a plutôt affaire à du mélodeath un peu old-school, avec ce son pas spécialement clinquant et cette alternance de voix death et criées, et une légère consonance AMON AMARTH. Mais la vérité est toute autre. La fiche promo me dit que FRAGORE fait du « Metal », et c’est tout. Les précédents albums, que je n’ai pu écouter, donnaient apparemment dans un Metal protéiforme puisant aussi bien dans le mélodeath, le heavy et le thrash que le Doom, le Hard Rock et le Prog 70’s avec même des ambiances horrifiques. A l’écoute de The Reckoning on se rend compte que FRAGORE multiplie ainsi les influences. L’ensemble reste certes typé death/thrash mélodique, mais l’habillage change selon les morceaux. Soit FRAGORE donne dans du thrash moderne ("Resurrection Nemesis", "The System Has Failed"), soit dans du mélodeath/thrash assez lourd ("AK-47" avec un peu de chant heavy, "Barrier" avec son excellent final thrashy, "Abominevole"), soit dans du doom (le début psyché de "Barrier", "I Am Evil" qui sonne comme un mélange entre du BLACK SABBATH et du HYPOCRISY période The Fourth Dimension) voire du death/doom ("Leatherface") ou encore du heavy/thrash à ralentissements doom ("Mental Disorder") avant de terminer l’album comme il l’a commencé avec du pur mélodeath ("Thunder Rising"). Mais bon, en y regardant de plus près dans chaque morceau il y a un peu tout à la fois, et une piste plus travaillée comme "Sad People" est assez inclassable de par son côté multi-cartes (sonorités étranges, passages acoustiques, fin résolument thrash…).

Et The Reckoning se clôture par "White Dust" et "Earth", deux morceaux remasterisés de l’EP Armored (2012) qui donnent… dans du mélodeath moderne à synthés et chant clair typique de Coroner Records, pas trop mal en plus. Je comprends plus rien. Avec cet album de FRAGORE, on ne sait vraiment pas sur quel pied danser, l’ensemble manque franchement de cohérence. Ne pas se cantonner à du mélodeath/thrash est respectable mais le côté doom est bien peu convaincant, l’aspect plus lourd de certains morceaux ne nous donne au final que des mid-tempos chiants. Il y a de bonnes choses, notamment quand FRAGORE se cantonne à du thrash un minimum efficace (toujours ce final explosif de "Barrier") ou à des passages typés HYPOCRISY plutôt plaisants, mais il faut s’y retrouver dans ce gloubiboulga qui multiplie les influences et les courants metalliques pour mieux cacher son manque de personnalité. C’est bien produit (par Ettore Rigotti comme n’importe quelle sortie Coroner Records…) mais ça reste assez standard, largement écoutable mais anecdotique, et il est assez effarant de voir qu’un groupe qui a 13 ans d’âge n’a pas encore trouvé son équilibre, même si je ne peux pas juger la progression par rapport aux albums précédents. Au final FRAGORE est comme un joueur de foot polyvalent : il est correct partout mais n’est pas vraiment bon à un poste précis.




Rédigé par : ZeSnake | 12/20 | Nb de lectures : 10639




Auteur
Commentaire
Youpimatin
Membre enregistré
Posté le: 01/09/2014 à 00h15 - (113395)
Ah oui, je viens d'écouter et c'est digne d'un 1er album écrit par un groupe tout frais qui vient à peine de trouver ses marques.
Là, il faut commencer à se poser des questions car ce genre de produits sature le marché pour rien



Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker