FLESHDOLL - Blood Red District (Great Dane) - 07/08/2015 @ 08h49
Vu les résultats calamiteux de la France aux derniers concours de l'Eurovision, je propose qu'on y envoie les FLESHDOLL. Nos "Poupées de chair, poupées de sang" ne manqueront pas de rappeler France Gall qui avait remporté le concours en son temps (mais pas pour la France, pas de bol). Après tout la Finlande avait bien remporté le concours avec LORDI et faire des scores pires que ces dernières années est impossible et ça permettra de faire découvrir le brutal death technique, un style encore bien trop peu représenté dans les médias mainstream.

Pour ceux qui ne les connaîtraient pas, FLESHDOLL est un quintet qui nous arrive de la région toulousaine et existe depuis maintenant près de 15 ans. Ce "Blood Red District" est le quatrième album du groupe et le second pour Great Dane Records après "Feeding the Pigs" sorti en 2013. Le changement notable concernant le groupe, c'est le départ de Samuel Santiago (ex GOROD, ex-ZUBROWSKA et ex batteur live de LOUDBLAST, AGRESSOR et CinC, entre autres) parti, si j'ai bien tout compris voir si l'herbe est plus verte au Canada où il fait d'ailleurs déjà partie de deux groupes. Il a été remplacé par Michaël Martin, batteur de NEPERIAH, autre groupe toulousain officiant dans un registre plus deathcore et auteur d'un EP sorti en 2014. Pas facile de succéder à un bûcheron tel que Samuel Santiago mais notre homme s'en sort ici très bien en n'a pas à rougir de la comparaison.

Musicalement, le groupe a fait du chemin depuis "W.O.A.R.G.", son premier album sorti en 2005. Il a su creuser son sillon, trouver sa propre voie et apporter sa propre vision dans un style où la marche de manœuvre n'est pas vraiment très importante. La cuvée FLESHDOLL 2015 me semble un poil plus sombre que la précédente que je n'avais fait que survoler, je l'avoue. On retrouve toujours ce savant mélange de parties rapides et brutales et de parties plus calmes, de mélodies ("The Cave"), de rythmiques bien lourdingues et de parties plus techniques. Le tout est savamment dosé et donne un album vraiment agréable à écouter. Le groupe n'hésite pas à nous mettre également quelques parties de guitare acoustiques comme sur l'intro "2084", sur "I.A.M. (In Articulo Mortis)" ou encore sur "Blind Winter Light", histoire d'augmenter encore le contraste avec le début de "Dogs on Drugs", le titre suivant. Le chant de Bastich est toujours aussi efficace. Son timbre n'a rien de spécialement original mais il y met tellement du sien, qu'on ne peut qu'adhérer à sa prestation.

Nul doute que voici un album qui, à l'instar de son prédécesseur se retrouvera dans les bilans de fin d'année et notamment dans le référendum VS. Il est varié, alternant les atmosphères mais n'en demeure pas moins parfaitement cohérent. Une vraie réussite et un groupe qui continue de progresser.




Rédigé par : Sheb | 16/20 | Nb de lectures : 8415




Auteur
Commentaire
GabinEastwood
Membre enregistré
Posté le: 08/08/2015 à 00h11 - (117465)
Fleshdoll confirme tout son potentiel sur ce nouvel opus toujours aussi inspiré et varié. "Feeding the pigs" était déjà bien bon, son successeur fait pareil et avec panache.

Bravo les gars !!



Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker