FLAYED - Monster Man (Klonosphere) - 11/03/2016 @ 08h41
Quand on y regarde de prés, on s'aperçoit que le rock n'roll est presque, je dis bien presque, autant une histoire de musique que d'attitude. Que l'un influe sur l'autre de manière importante est d'ailleurs absolument indiscutable... pouvait-on imaginer Lemmy avec son charisme, son allure et ses "verrues" jouer un rock n' roll de pacotille bandant mou ? Bon, on est d'accord.
Le premier album de FLAYED "Symphony for the flayed" m'avait convaincu de part son dynamisme, sa diversité et le plaisir qui semblait déborder de chacune des notes éructées par les musiciens. Si la puissance du propos n'était en rien altérée par le groove irrésistible des gaziers, je ressentais derrière le coté très catchy des chansons, une envie d'explorer les fonds du binaire et de surprendre les auditeurs. Il faut dire qu'avec son organiste, le vaste registre d'expression vocale du chanteur, la force de la section rythmique et la dualité excitante des guitares, FLAYED a de quoi étayer et étonner. Mais... si l'attitude est un des fondamentaux du rock n'roll, la liberté de faire ce que l'on veut et dire ce que l'on à à dire est plus que tout la raison de vivre du binaire. FLAYED en serait donc venu à jouer autre chose que du Wok n'Woool ? Naan, ils ont simplement rajouté un peu d'épices dans leur mixture, ce qui bien loin d'en changer le goût amène en plus des saveurs originales se mariant à merveille avec le plat d'origine.

En effet, ce deuxième opus me plait davantage que le premier et ce autant au niveau des compositions que de la production. L'accroche est un peu moins évidente que lorsqu'on découvrait "Symphony..." et que l'on se prenait "Machine Gun" en pleine gueule, mais sur la longueur, les compos semblent plus solides. Du coup, ce que l'album perd en immédiateté, il le gagne en cohérence et en cohésion. Les morceaux restent tous dans une dimension purement rock n'roll où les guitares et l'orgue se taillent la part du lion en se télescopant joliment mais de manière assez virile. La section rythmique, déjà dynamique sur le premier opus, insuffle plusieurs mises en place hyper efficaces qui participent grandement aux relances des chansons.
Les riffs, quelques fois tout dévoués à la cause AC/DCienne ou PURPLEienne s'offrent parfois de subtil petits encarts à la limite de la Country ou du Boogie. Hyper musicales et remplies de feeling, ces incursions amènent beaucoup de mouvement aux compositions, et si elles restent encore ténues, elles sortent du lot tant elles éclatent de brillant et de sens rythmique. Un peu comme sur un titre comme "I Ain't the one" de LYNYRD SKYNYRD les riffs semblent joués aux doigts (bootleneck ? Picking country ?) et montrent toute la délicatesse de l'équipe à équilibrer les humeurs, le groupe pouvant juste après taper dans le palm muting bien viril tout en coups de médiator vers le bas et sans faire de cadeaux ! Aaahh, ça intrigue hein ? Ce n'est plus si fréquent d'entendre un groupe typé Hard rock moduler de cette façon hein ? Car au delà de la technique et du sens rythmique (c'est beaucoup plus complexe que cela en à l'air) il faut savoir agencer une chanson pour ne pas que cela sonne démonstratif.
Les solos quant à eux, toujours aussi véloces et empreints de shred, restent bien calés dans leurs pantalons de cuirs et leurs bottes de cow boys. Peut être moins placées en avant dans le mix, les guitares montrent d'une agressivité sonore il me semble un moins importante que sur le précédent opus, l'énergie étant de toute façon alimentée par une qualité d'exécution sans défauts. On pourrait dire que les guitares font le boulot sans trop se mettre en avant... signe d'une identité sonore assez différente de celle du groupe de rock "Lambda" qui aurait plutôt tendance à miser sur le gros son. Ici, je ressens plus le blues, le roots, le vrai qui sort des bars... en peu de mots l'expression d'une tradition musicale en béton armé.

Le chant de Renato me semble lui aussi avoir sensiblement évolué depuis le précédent méfait. Les ponts que je pouvais faire avec plusieurs grand chanteurs de la scène me semblent moins évident cette fois. J'entends toujours quelques "frappes" me rappelant la personnalité d'un vocaliste notoire mais l'interprétation me semble plus personnelle et plus marquée. Sur un titre comme "Heat of the sun", Renato se balade en modulant avec un feeling très bluesy en même temps qu'il reste rocailleux et offensif. Du bon boulot de charbonnier, impressionnant de feeling et de maîtrise !
De la prime rafale "Release the fever" au groovy "No surrender", FLAYED s'offre en outre des titres monstrueux avec l'ultra addictif "Heat of the sun", l'impeccable "Up above" ou le truculent "Too Young for an Old man" avec la participation de Arno Strobl. Ce titre possède d'ailleurs un pont absolument époustouflant avec un riff en forme de bouquet final qui fait du bien par où il passe. Ah et puis cette pochette elle est pas mal aussi hein ?

Pourvu d'une production au petits oignons et de compositions tenant très bien la route, FLAYED surpasse son premier opus avec ce "Monster Man" qui vous fera passer de bons moments j'en suis sûr. Faire du bon rock n'roll n'est pas donné à tout le monde... alors quand on tombe dessus il ne faut surtout pas se priver ! Rock or die man !




Rédigé par : Pamalach | 15,5/20 | Nb de lectures : 6833




Auteur
Commentaire
..::Ju::..
Membre enregistré
Posté le: 13/03/2016 à 21h18 - (119622)
J'aime bien ce groupe.
Je les ai découvert l'été dernier en concert (au "Panic Fest", en Haute Savoie), et j'avais vachement bien accroché à leur style de HardRock, à la fois très classique et novateur.

Entre le chant bien particulier, les mélodies entêtantes, et l'orgue qui rappelle Deep Purple and co, j'y ai trouvé un équilibre savamment dosé et vachement intéressant.

Par contre, contrairement à toi mon cher Pam', après plusieurs mois d'écoutes et le recul associé, je préfère "Symphony for the flayed" à ce petit dernier. Exactement pour les mêmes arguments qui te font préférer "Monster Man" : Leur précédent album a cet énorme avantage à mon goût d'être bourré de "hit", de titres ultra efficaces et bourrés d'énergie.
J'adore ce type de HardRock, avec une personnalité en devenir, un dynamisme imparable, des riffs simples mais mémorables, et ce bagou bien personnel.

"Monster Man" déborde de cette même énergie, mais on sent que le groupe a plus réfléchi, plus travaillé son album, pour essayer de le complexifier un peu.
Un signe de maturité, ... sauf qu'il lui manque l'impulsivité et l'espèce de naïveté que possède "Symphony for the flayed"

Bon, je l'aime bien tout de même, car ça reste d'un très bon niveau. Mais préférence pour le précédent tout de même....



pamalach
Membre enregistré
Posté le: 13/03/2016 à 21h34 - (119624)
Je te reconnais bien dans ce joli post argumenté mon cher Ju !

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker