FIFTH TO INFINITY - Omnipotent Transdimensional Soulfire (Avantgarde) - 06/05/2016 @ 08h34
FIFTH TO INFINITY a été formé en 1997 autour de Martin Lopez (OPETH, SOEN, AMON AMARTH) et Martín Méndez (OPETH). Pourtant, et en dehors de nos news récentes, vous n’en avez probablement jamais entendu parler. Pourquoi ? Car alors qu’il approche de son 20ème anniversaire, FIFTH TO INFINITY n’avait jamais rien sorti ! Il faut dire que le groupe avait carrément disparu de la circulation entre 2001 et 2007, suite au départ de Méndez. Réactivé il y a neuf ans par Lopez et le troisième membre historique Nader Jonas Reslan (VINTERKRIG), FIFTH TO INFINITY a de nouveau pris son temps… et s’apprête déjà à fêter les 10 ans de sa reformation. Un bassiste (David Lindh) s’est greffé au projet en 2013 et voilà qu’enfin arrive le tout premier album et même toute première sortie de FIFTH TO INFINITY. Un éloge de la prise de temps et de la lenteur qui, finalement, va marquer ce groupe jusqu’à sa musique. Omnipotent Transdimensional Soulfire, sorti par Avantgarde en fin d’année dernière mais seulement depuis peu au format cédé, va nous montrer en un peu moins d’une heure ce que FIFTH TO INFINITY va apporter au Metal après une si longue attente.

Rien de bien Death là-dedans, par contre du prog’ oui. Mais du prog’ extrême, qui puise surtout voire exclusivement dans le Black-Metal pour ces bases extrêmes. Mais attention, comme je vous le disais FIFTH TO INFINITY c’est un peu l’éloge de la lenteur. Rien de blasphématoire, de violent, de brutal là-dedans. Le groupe suédois pratique plutôt un Black progressif assez introspectif, un peu atmosphérique à sa manière d’ailleurs. Le genre possédé, noir et négatif, qui ne sourit pas et fronce même les sourcils. La voix grave, quasi incantatoire, de Nader Jonas Reslan est d’ailleurs là pour le prouver. Sombre et occulte, FIFTH TO INFINITY n’est jamais loin du Black orthodoxe et s’il n’en a pas le visuel, en arbore certains des éléments caractéristiques, comme les nombreux arpèges, les vocaux et aussi une bonne partie de l’ambiance. Mais les suédois se placent dans la frange la plus posée du genre et si l’on peut penser à des formations comme GLORIOR BELLI, ça serait un GLORIOR BELLI joué deux fois moins vite. Du Black orthodoxe progressif mid-tempo, c’est un peu comme cela que l’on peut résumer Omnipotent Transdimensional Soulfire, se situant aussi entre SCHAMMASCH et le SECRETS OF THE MOON de Carved In Stigmata Wounds et Antithesis.

L’intro de Omnipotent Transdimensional Soulfire est particulièrement interminable et hélas, c’est un qualificatif qui va bien vite marquer cet album. Disons que quelque part FIFTH TO INFINITY échoue là où SCHAMMASCH avait échoué avec Contradiction également, c’est-à-dire que son art noir a franchement du mal à décoller et devient bien vite lassant. Pourtant, ça commençait bien (enfin si on ne s’est pas endormi pendant les 4 minutes de l’intro). "Reapers Wake" pose bien l’ambiance générale de l’album, les éléments musicaux de FIFTH TO INFINITY se posent au fur et à mesure, notamment les belles grattes acoustiques et le chant rocailleux assez prenant. On constate aussi que les suédois ont une prod en béton, nous donnant des rythmiques particulièrement massives. Une entame prometteuse confirmée ensuite par l’excellent "Masters Unbound" et le très bon "The Fall of the Seven", où la recette de FIFTH TO INFINITY fonctionne à merveille, avec un côté assez monumental dans les compos, appuyées et lancinantes, parsemées de breaks intimistes ou de moments épiques. Mais voilà, cette recette ne tient pas en bouche sur tout l’album, et le trio suédois est donc rapidement à court d’idées, de rythme, d’inspiration, d’aspérités, d’intérêt. Omnipotent Transdimensional Soulfire finit donc par s’enliser dans son BM moderne mid-tempo parfois convenu d’ailleurs ("Death Shall Wake Us All" et ses compos déjà entendues six-cent-soixante-six fois), allant de longueur en longueur, de répétition en répétition (les plans lancinants lassent), sans redécollage malgré quelques fulgurances (les riffs au début de "The Will to Harm", les vocaux de "Death Shall Wake Us All", les sonorités un peu différentes de "Secrets of the Bottom", le côté libérateur de "The Blessings of Annihilation"), et les 56 minutes sont au bout, interminables (le dernier tiers provoque de menus bâillements) et sans saveur. Snif.

Après 19 ans d’attente pour qui avait appris l’existence du projet au moment de sa création par deux éminents membres d’OPETH, on pourra dire tout ça pour ça ! Avec un tel emballage, une prod aussi cossue, de bonnes idées de base et des influences souvent vues, bien digérées mais pas utilisées à bon escient, FIFTH TO INFINITY fait pschittttt. C’est plus dommage qu’autre chose et le groupe suédois fait tout de même office d’avatar correct à la meilleure période de SECRETS OF THE MOON. Mais c’est une nouvelle tentative assez peu convaincante de Black orthodoxe hyper introspectif qui ne prend pas vraiment comme avec le second album de SCHAMMASCH. Un départ prometteur, une forme réussie mais un fond trop limité et un album majoritairement lénifiant au bout. Une copie à revoir et on espère bien que FIFTH TO INFINITY pourra capitaliser sur un morceau comme "Masters Unbound" pour devenir une formation assez majestueuse de Black orthodoxo-progressif. Mais après ce premier album inespéré, sorti 19 ans après la formation initiale du groupe et 9 ans après sa reformation, combien de temps faudra-t-il attendre pour voir une suite ? Martin Lopez n’a guère que SOEN comme projet actif actuellement donc peut-être aura-t-il le temps de se repencher sur FIFTH TO INFINITY. Quoi qu’il en soit leur premier album, aux bases convaincantes mais qui ne tiennent pas sur la longueur, laisse un amer goût d’inachevé.




Rédigé par : ZeSnake | 13/20 | Nb de lectures : 5896




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker