FANKAZ - Burning Leaves Of Empty Leaves (ODR/WormHoleDeath) - 13/11/2015 @ 07h15
Franchement les mecs (et les filles), quand vous voyez une pochette avec la silhouette d'un cerf dont les yeux brillent dans la nuit, les mots "Punk Rock" sont-ils les premiers qui vous viennent à l'esprit ? Bon, on est d'accord.
Si on rattache cependant le titre de l'album à l'artwork, les débuts d'explications s'amorcent d'autant que le groupe ne se limite pas au punk mélodique stricto sensu.

Définissant eux même leur style comme du "Skatecore mélodique" les italiens incorporent par ci par là un peu de Hardcore, du metalcore ("The comedian"), du Punk à roulettes et du Post Hardcore à leur mixture pour lui donner de l'envergure. Et force de reconnaître que ça passe pas trop mal, puisqu’à grand renforts de tempos vigoureux, de lignes vocales justes et puissantes, l'album ne connait pas véritablement de temps morts ni de fautes d'interprétation.
On remarque cependant assez vite que si les influences stylistiques du groupe sont nombreuses, elles ne sont pas encore vraiment digérées et intégrées à la recette de base mais plutôt disséminées ici et là au gré des chansons. Du coup, et pêle mêle, on retrouve la chanson skatecore avec du Growl, celle avec des riffs metalcore, celle avec du screamo etc...
Alors évidement, ce n'est pas désagréable mais pas encore assez cohérent pour montrer d'une identité forte et marquée.
Le groupe reste cependant droit, carré et bien en place, insistant sur la justesse de ses harmonies, la clarté de ses riffs et la mise en place de ses structures. Le coté punk transparaît donc au travers de quelques effets de style mais de l'urgence et de l'immédiateté de la musique à crête, il n'en est pas vraiment question ici. Cela sera le principal défaut de cet album puisque si il est efficace et entraînant, il n'a pas vraiment de relief, ni de moments où l'énergie écrase le métronome.
En même temps, je ne pense pas que FANKAZ recherche un effet crado et bas du front, ses différentes architectures rythmiques méritant il est vrai, plus d'exposition qu'un simple brouhaha de bas quartier (le riff avant le pont de "Calcall it boredom" est impitoyable). J'avoue avoir pensé à plusieurs reprises à "Strung Out" à écoutant cet album et si je pense qu'il devrait séduire plusieurs amateurs de punk rapide et léché, il ne s'étirera pas jusqu’à l'été prochain, époque bénie où ce genre de musique refleurit plus vite que les débardeurs échancrés dans nos belles campagnes de France.




Rédigé par : Pamalach | 12/20 | Nb de lectures : 7475




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker