FAMINE - Famine (Avantgarde) - 24/06/2015 @ 07h34
Famine, groupe ricain de BM, est un peu comme un escape-room. Il faut trouver les objets et déchiffrer les codes pour trouver son chemin vers la sortie. Famine est son seul et unique album sorti en… 2007. Oui madame. Non, madame, nous n’avons pas pris de retard sur Vs. Simplement Avantgarde ressort aujourd’hui le bousin remastered comme on dit dans les milieux autorisés en CD, après qu’il a déjà eu droit à une ressortie vinyle en 2011. Et comme Famine est trve, les titres de l’album d’origine ne sont pas présentés dans le même ordre sur la version CD nouvelle mouture. Et deux ch’tis bonus viennent agrémenter le tout. Alors tout ça pour quoi ?

Je dois avouer que, hormis la jolie couv’, j’ai un peu de mal à saisir la démarche. Avantgarde sort des produits de qualité, soignés, avec des groupes innovants ou atypiques. Ici, rien de tout cela. D’abord le son, ultra harsh de chez Monsieur et Madame ultra Harsh. Alors sur le fond, c’est plutôt ce son brut que j’aime ; le son des origines, avec lequel on ne peut pas mentir. Si tes structures sont merdiques, si tu es le Darkthrone du pauvre, si tu veux imiter tel ou tel ténor, ça se verra tout de suite avec ce son. Rien, aucun artifice ne pourra cacher ta médiocrité. Et c’est là le problème.

Car Famine, ensuite, propose une musique quand même fort peu inspirée. Assez peu bandante. Alors oui, le tout transpire la folie (comme chez Leviathan), le chaos, la saleté ; les structures sont ultra bordéliques ; la rythmique joue à fond les ballons, comme si les musiciens avaient la courante. Alors oui, ça dépote grave. Mais pour quoi au final ? Lorsqu’on entend que cris stridents sur cris stridents, des grattes partout, en haut, en bas, pas de basse et une batterie tellement lointaine qu’on a le sentiment que le gars joue dans le département d’à côté et tellement mécanique qu’on sent la b-à-r à des kilomètres, que retenir ? Un magma informe de bruits mouvants et pis c’est tout. Ou du remplissage inutile de clavier Bontempi ("Amaru", le fameux cadeau Bonux… ou "Curse", tout de vociférations fait).

En se posant, en tentant de faire le vide autour de soi et dans sa tête, on peut accrocher à ce bordel en se focalisant sur l’atmosphère de folie dégagée ("Adventus", "Praise the Witch", "Liber Porta Lucis") ou encore en essayant d’apprécier les records de vitesse entrepris ("Oathless Sovereign"). Mais cela fait quand même peu au final. Le rendu « tronche prise dans la machine à laver » peut avoir son charme quand il est brisé par des ponts qui offrent des respirations ou par des trouvailles qui aèrent le propos. A défaut, le lessivage est juste pénible.

Dommage car avec un peu plus de lourdeur dans les grattes (comme sur "Dajjal" par exemple) et la volonté de lever la tête de temps en temps pour voir la route, Famine pouvait sans doute prétendre à mieux. En attendant, c’est le mur qui l’attend.

http://www.worthlessendeavors.com/ - 98 visite(s)

Chaîne YouTube - 148 téléchargements


Rédigé par : Raziel | 10/20 | Nb de lectures : 7834




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker