FAITHFUL DARKNESS - Black Mirrors Reflections (Golden Core/Zyx) - 17/09/2013 @ 07h57
Après moult galères de line-up, les Suédois de FAITHFUL DARKNESS sont finalement parvenus à sortir leur second album, "Black mirrors reflections". Comme un aveu de faiblesse, le groupe insiste dans sa promo sur le fait que certains de ses titres furent composés en 2008 (année de sortie de leur premier LP, "In Shadows lies utopia"), juste histoire de se dédouaner et de rejeter la faute sur les anciens membres si jamais l'auditeur venait à ne pas aimer certains des douze morceaux qui composent le skeud. Oui je sais, j'affabule sûrement un peu trop et dans le fond c'est tout à l'honneur de FAITHFUL DARKNESS d'avoir persévéré pour permettre à "Black mirrors reflections" de voir le jour. Ceci étant dit, j'ai tout de même essayé d'y distinguer le vieux du neuf mais je dois reconnaître que "Black mirrors reflections" fait preuve d'une certaine cohérence.

"Black mirrors reflections" nous démontre avant tout que ces messieurs ne sont pas suédois pour rien. L'école melodeath fait encore des émules même si FAITHFUL DARKNESS tend également à lorgner vers quelque chose de plus moderne. Je pense que vous avez d'ores et déjà saisi le concept du bousin, des titres aux riffs énergiques que n'auraient pas renié DARKANE, ARCH ENEMY, voire IN FLAMES, le tout acoquiné à des refrains en chant clair, l'ensemble baignant dans des nappes de claviers et parfois des samples.

Tout au long de l'écoute de "Black mirrors reflections", sa base musicale se révèle solide et efficace pour quiconque aime le melodeath des groupes suscités. En revanche le chant clair de Jimmy "Judas" Persson laisse quant à lui fortement à désirer. D'ailleurs son nom vous évoquera peut-être un lointain souvenir puisque le gaillard a été le tout premier batteur de SOILWORK, celui-là même qui martelait ses fûts sur ce chef-d'oeuvre intemporel que reste "Steelbath suicide". Il a aujourd'hui troqué son kit pour une guitare et un micro. Si son passage dans la bande à Speed lui aura appris à composer de bons riffs, il n'aurait peut-être pas dû se laisser lui aussi tenter par le chant clair.

Ses vocalises sont parfaites, rien à redire sur sa technique mais le rendu est extrêmement lisse, quasi mièvre sur des titres comme 'Another pain', 'Blessing of ignorance', 'Destroy', 'When emotions fall pt. 1', en gros sur tout l'album. Autant j'apprécie la dualité des chants chez SCAR SYMMETRY, autant chez FAITHFUL DARKNESS cela manque cruellement de relief.

Toujours est-il que "Black mirrors reflections" reste un album correct qui aurait pu s'avérer excellent sans ce point noir qu'est le chant clair insipide du père Jimmy. On s'en rend bien compte avec 'Hate injection', l'un des rares morceaux où il ne couine pas et se contente de doubler le refrain de son chanteur, Kåre Timmermann.


Rédigé par : wasted | 14,5/20 | Nb de lectures : 11372




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker