EXUVIATED - Last Call to the Void (Spinal) - 26/01/2016 @ 06h58
Malgré son ancienneté le quintet belge n’est pas la formation la plus connue d’outre-quiévrain, pourtant elle ne manque pas d’atouts et de qualités et ça n’est pas avec ce nouvel opus que l’on pourra dire le contraire car même s’il s’est passé plus de quatre ans depuis la sortie de « Morpheus Orphan » cette nouvelle galette confirme les bonnes choses entrevues sur ce premier album. Désormais complété par un nouveau guitariste (Renaut) et bassiste (Léo), le trio d’origine s’est retroussé les manches pour offrir plus de densité à son death-metal, mais attention là il n’est nullement question de brutalité sauvage ou de technique outrancière car les gars privilégient la lourdeur, les ambiances et un soupçon de mélodie. Si tout a été enregistré et mixé en Belgique, le mastering a été fait en Suède par le vétéran Jens Bogren (qui a travaillé notamment avec ARCH ENEMY, MOONSPELL et d’autres) qui a donné un peu plus de puissance et d’équilibre à l’ensemble.

Durant un peu plus de quarante-trois minutes les mecs nous envoient une musique majoritairement lourde et écrasante et basée sur un tempo pas trop rapide mais avec quand même beaucoup de double et de passages écrasants, sans oublier cependant les accélérations et les parties endiablées. Si l’ensemble n’est pas parfait on s’aperçoit vite qu’il y a de l’idée, à l’instar de « No Faith Remains » qui sert d’amuse-bouche et montre déjà la variété et les influences principales du combo (où l’on peut remarquer au niveau des riffs et de la batterie un côté hardcore pas dégueu du tout) entre parties écrasantes et passages plus speedés. Puis on se laisse prendre par les breaks bien sentis de « The Open Mouth of Decay » et ses passages mid-tempo inspirés, la basse bien présente ainsi que le petit solo mélodique de « Last Call To The Void » (ces derniers sont joués avec parcimonie et simplicité tout au long de cette galette), les quelques pig squeals du très massif « Black Empty Faces » et aussi par les passages barrés de « The Death Will Be Spread » qui sous ses aspects classiques trouve le moyen d’intégrer quelques arpèges de basse tout en fretless ainsi que par la batterie légèrement jazzy.

Et même s’il y’a quelques fautes de goût à cause de riffs qui se ressemblent un peu tous à la longue, et aussi avec la batterie dont le jeu n’évolue pas trop (on s’aperçoit de tout cela avec le linéaire et trop long « Secret Passenger » et le répétitif « Ode To The Wind »), cependant malgré un côté légèrement interchangeable des compositions on a quand même un disque de qualité et fort sympathique, au groupe désormais de continuer à progresser et à faire mûrir sa musique, ce qui semble être en très bonne voie.




Rédigé par : GabinEastwood | 14,5/20 | Nb de lectures : 7040




Auteur
Commentaire
philgore
Membre enregistré
Posté le: 31/01/2016 à 12h11 - (119271)
Classique mais très appréciable.Tout à fait ce que j'aime.



Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker