EXTOL - Extol (Indie/Season of Mist) - 06/09/2013 @ 07h51
Venu tout droit de Norvège, le pays du terroriste Kristian Vikernes qui tue des gens et brûle des églises, EXTOL est du genre à faire jaser puisqu’il s’agit d’un groupe de Metal chrétien. Rien de trop ouvertement revendiqué, mais il suffit de lire certaines paroles de leurs chansons (« By the desire of the Creator… ») pour s’en rendre compte. Ensuite, rien ne les distingue d’un groupe de Metal classique, mais EXTOL a néanmoins un certain goût pour l’inclassable. Leur Metal progressif et technique, original et presque avantgardiste, avait fait le charme de leurs premiers albums Burial (1998) et Undeceived (2000). Après avoir pris un virage Techno-Thrash assez prononcé sur Synergy (2003), EXTOL a surpris tout le monde en s’orientant vers un Metal progressif plus posé mais toujours personnel pour The Blueprint Dives (2005). Deux ans plus tard le groupe splitta, ce qui attristera surtout leurs plus grands fans. Voici donc venu le temps, pour un groupe résolument chrétien, de la résurrection avec un cinquième album éponyme. Album éponyme qui est surtout présenté comme un remerciement aux fans et une façon de fêter le 20ème anniversaire d’EXTOL, si l’on en croit les notes du livret. Soit.

Mais EXTOL présente aussi Extol comme un moyen de résumer toutes leurs années de dur labeur musical. S’il est foncièrement proche de The Blueprint Dives, Extol pioche également dans le côté plus « extrême » de Burial et Undeceived, sans vraiment retrouver la folie technique de Synergy. Le résumé facile serait de dire que Extol est un The Blueprint Dives en plus Metal (le chant Black étant majoritaire mais le chant clair toujours bien présent), mais à vrai dire ce nouvel album inespéré des norvégiens est différent, bien que reprenant des éléments de leur passé discographique. Retenons que EXTOL pratique un Metal progressif légèrement complexe mais facile d’accès, très personnel et pas trop agressif, développant quelques ambiances feutrées et jouant sur la variation des structures, des tempos et des chants. Le son est également personnel, rêche mais puissant, percutant et groovy mais sublimant les atmosphères et mélodies à la perfection. EXTOL est définitivement un groupe à part et livre ici son album le plus abouti, le mieux équilibré et le plus accrocheur.

Dès "Betrayal" qui ne s’embarrasse pas d’intro inutile, on comprend tout de suite la volonté d’EXTOL de faire quelque chose de travaillé et d’efficace sans perdre l’auditeur dans des méandres musicales : les riffs sont bien appuyés, parfaitement accompagnés par basse et batterie, le chant Black est prenant et les breaks à chant clair et gratte acoustique sont très bien amenés. Le groupe norvégien touché par la grâce de Dieu sait aussi pondre des hits, en témoignent les deux singles : l’excellent "Open the Gates" et le génial "A Gift Beyond Human Reach" avec son départ batterie/guitare et ses claviers vintage. Et EXTOL joue toujours avec les contrastes, en proposant notamment "Wastelands" et l’épique "Faltering Moves", morceaux plus lourds contrebalancés par le chant clair et les mélodies. La technique n’est pas oubliée avec des pistes plus enjouées comme l’explosif "Behold the Sun" ou encore "Unveiling the Obscure", il est juste dommage que Extol s’essouffle un tantinet en seconde partie de disque, dès l’instrumental un peu longuet "Dawn of Redemption" ; des morceaux comme "Ministers" ou "Sting of Death" n’ont clairement pas la classe de ce qui a été entendu en début de disque même si EXTOL demeure inspiré (cf. le super morceau-titre).

A titre personnel je ne suis pas un énorme fan de ce que EXTOL a fait jusque-là, les deux premiers albums et surtout Undeceived sont sympathiques mais ça s’arrête là, je n’aime pas du tout Synergy (il y a quand même eu meilleur Techno-Thrash) et The Blueprint Dives présente à mes oreilles de très bonnes choses tout comme des grosses fautes de goût. Extol est donc le premier album des Norvégiens qui parvient à me convaincre significativement. Le côté « résumé » autoproclamé est donc à la fois une bonne occasion de découvrir le groupe, ou d’unir tous les fans des différentes périodes (même si ceux qui attendaient du Techno-Thrash et ceux qui n’avaient pas du tout apprécié la direction prise sur The Blueprint Dives en seront pour leurs frais). Mais tout simplement, EXTOL reste EXTOL et livre avec Extol un très bon album dans son style unique de Metal progressif, incisif mais résolument lumineux et un brin introspectif. Je ne sais pas ce que le groupe a prévu pour la suite, mais il est capable de faire encore mieux et Extol est hélas légèrement inégal (j'ajoute également que certains chants clairs sont un peu trop niais), toutefois des tueries et des trucs formidables sont présents et le rendent digne d’intérêt. Un album au minimum plaisant, surtout rafraîchissant et de l’œuvre d’un groupe appliqué et sincère, que, quoi qu’il arrive, on se repasse avec plaisir tout en appréciant l’originalité du travail fourni. Au final, un disque qui vaut la peine de s’y attarder et qui peut plaire à tout le monde, pour un groupe qui a une certaine classe et une personnalité toujours bien affirmée. Merci au Créateur pour avoir créé EXTOL le 7ème jour !

http://extolofficial.com - 190 visite(s)

Ecoute intégrale sur YouTube - 93 téléchargements


Rédigé par : ZeSnake | 15/20 | Nb de lectures : 11724




Auteur
Commentaire
Meridian
Membre enregistré
Posté le: 06/09/2013 à 09h01 - (108941)
Très bonne chronique, merci ZeSnake !

A vrai dire ton premier paragraphe m'a appris pas mal de trucs que j'ignorais, puisque j'ai découvert le groupe avec ce nouvel album. Et oui, Metalsucks en faisait la promo il y a quelques mois et c'est ce qui m'a amené à l'écouter... Plusieurs fois d'ailleurs. L'album "résumé de carrière" a donc conquis un noob :)



RBD
Membre enregistré
Posté le: 07/09/2013 à 13h02 - (108955)
Cela fait un bon moment qu'Extol est là, il y a dix ans ils ouvraient pour Opeth. Ils n'ont pas toujours le même style mais un goût constant pour un riffing complexe. Ils s'étaient séparés officiellement quelque temps, je crois que plusieurs membres étaient partis dans Benea Reach.

Zero
Membre enregistré
Posté le: 07/09/2013 à 22h48 - (108957)
...j'avais acheté the blueprint dives à l'époque et j'avais bien accroché...tout omme je suis un inconditionnel de Benea reach...vais me pencher sur celui-ci



pied2chien
Membre enregistré
Posté le: 08/09/2013 à 09h32 - (108958)
J'ai dû écouter "Ember" sur Undeceived un bon millier de fois et été agréablement surpris par leur retour et par cet album dont la chronique résume ce que je pense. Content d'écouter quelquechose de nouveau de leur part car le groupe "Mantric" formé après leur split ne m'avait pas passionné.



Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker