EXLIBRIS - Humagination (Metal Mind) - 09/01/2014 @ 07h59
Fondé à la fin de l'année 2003, le groupe polonais Exlibris publie un premier album en 2006, avant de connaître de nombreux soucis pour stabiliser son line-up et être en mesure de poursuivre sa carrière comme il le souhaitait. Retardé mais pas abattu, le groupe est enfin parvenu il y' a quelques semaines à sortir son 2ème album, « Humagination ». Mais Exlibris, quésako ?

Et bien ce groupe fait partie de cette vague de combos européens pratiquant un power metal moderne, incluant des touches mélodiques ou speed et utilisant le clavier assez fréquemment. Une sorte de croisement entre du Freedom Call, du Helloween et du At Vance pour situer, même si Exlibris ne se contente pas d’être un pauvre assemblage d’influences. Cependant il faut bien dire que dans ce courant musical assez saturé en sorties de qualité discutable, « Humagination », aussi agréable soit-il, n’est pas un must du genre. J’ai du mal par exemple à apprécier la teneur de certaines nappes de claviers ou des parties orchestrales, qui sonnent forcées ou sont de trop. Heureusement, ce ressenti ne concerne pas tout l’album, le clavier a parfois son utilité et complète idéalement les plans de guitares (comme sur le relevé et bourré d’adrénaline « Hellphoria »).

Le reste est correct, mais très conventionnel, comme ce « Another Day » que l’on capte en une écoute. Si la musique proposée n’est pas renversante, je soulignerais le fait que les musiciens de Exlibris savent manier avec talent leurs instruments, en particulier le batteur au jeu très diversifié et ‘accrocheur’, les guitaristes ne sont pas en reste pour nous proposer des soli pertinents et des riffs pas trop insipides. Le chanteur Krzysztof Sokolowski me fait penser à certains moments à Michael Kiske (en particulier durant quelques refrains), Rick Altzi ou encore Chris Bay, de par son timbre mélodieux, relativement accrocheur lorsqu’il monte d’un ou deux crans dans les intonations. Mais celui que l’on surnomme « Mistress of the Night » propose aussi des lignes vocales plus ‘fade’, à l’image des titres « Astral Geometry » et « All Guts, No Glory » assez quelconques dans leur ensemble.

Un opus de power à tendance mélodique contient pratiquement toujours une ‘ballade’, elle a ici pour nom « The Arrival » : voix douces, piano et discrètes nappes mélancoliques, pour un moment ultra classique, assez joli mais que l’on vient à rapidement oublier, cela manque pas mal d’audace et d’émotion pure. Si l’on apprécie le power moderne parfois speed ou mélodique, « Humagination » se présente donc comme un album sympathique mais que l’on oublie rapidement. Quelques bons moments, certains un peu plus ‘bateaux’ ou de moindre qualité, pour un résultat mitigé.




Rédigé par : gardian666 | 12/20 | Nb de lectures : 11443




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker