EVOLVENT - Whatever Happens (Autoproduction/Dooweet/MVD) - 08/10/2015 @ 07h46
Hors du temps, hors des modes, le « Metal à chanteuse » perdure, avec un public qui doit suivre le mouvement même si je doute qu’il fréquente VS… En France, on a pas de pétrole, pas beaucoup d’idées non plus, mais du Metal à chanteuse, on en a, et voici un de ses nombreux représentants, EVOLVENT, originaire de Paris et qui existe depuis tout de même 11 ans. Le groupe qui comptait il y a encore peu de temps des membres de MONOLITHE dans ses rangs donne dans la branche la plus « cool » du Metal à chanteuse, bien loin de tout ce qui est d’obédience Power-Prog-archi-Sympho. La formation aurait un passé Doom/Death, mais son premier album Delusion (2011) donnait plutôt dans un Metal gothique très classique, juste légèrement symphonique. Quatre ans plus tard, EVOLVENT a changé de chanteuse (changement courant s’il en est dans l’univers de ces formations), et montre une évolution vers quelque chose de plus symphonique, dès l’EP Human Instinct sorti l’an dernier. Ce n’est pas pour autant que EVOLVENT va sérieusement accélérer la cadence, solliciter l’orchestre de Prague, multiplier les cavalcades rythmiques et balancer des solos de 2 minutes… hélas, en un sens.

Whatever Happens reste donc typé Gothic-Metal, un peu plus sympho que la moyenne, mais moins que d’autres formations. Le Metal proposé par les parisiens est donc majoritairement mélodique, souvent très doux, mais hormis les « ballades » de rigueur on évolue jamais dans un registre plus Rock que Metal. Le WITHIN TEMPTATION de Mother Earth et The Silent Force peut parfois être évoqué, de même que le vieux NIGHTWISH par moments ("Over Seasons & Time"), mais en moins bombastic, EVOLVENT restant un groupe sobre voire traditionnel, jusque dans la production bien en marge des standards de 2015 (pour ne pas dire qu’elle aurait quelques années de retard…), ce qui d’ailleurs nous donne déjà des grattes bien sèches et manquant de puissance. Toutefois, il est clair que EVOLVENT n’est pas là pour envoyer du bois, on s’attardera plutôt sur l’effort mélodique déployé, plaisant dans l’ensemble. Du reste, le groupe n’hésite pas à nous offrir quelques envolées de claviers et de chœurs, c’est accrocheur dans l’absolu mais il n’y a rien de surprenant, ce n’est pas ici que l’on trouvera quelque chose d’original. Dans les passages plus posés ou plus feutrés, le piano bien cotonneux mène la danse, ce qui pose une ambiance très féérique mais là aussi, on a déjà entendu ce genre d’atmosphères des dizaines et des dizaines de fois chez les autres formations goth/sympho du marché, et la frontière du kitsch n’est jamais loin. Il faut vraiment aimer…

Il faut aussi aimer le chant, s’insérant aussi dans le cahier des charges du Metal goth/sympho, mais pour être franc je trouve les vocaux d’Emma monocordes et donc très vite lassants (et avec des montées limite-limite), ce qui ne relève hélas pas ce Whatever Happens très convenu, où les surprises ou même les moments forts sont rares. "Love Doesn’t Love Me" voit l’intervention des musiciens mâles pour quelques petits growls bien trop discrets, "Embrace" appuie plus ses riffs saturés, et c’est tout. Si la composante sympho, bien fichue, apporte un plus à cet album surtout par rapport à Delusion que j’avais trouvé franchement lénifiant, pour tout ce qui est purement « Gothic Metal » Whatever Happens est assez anecdotique, les mélodies sont inspirées mais à part ça… EVOLVENT franchit également souvent la frontière du sucré, que ce soit pour les ballades ("Our Fate", "Siempre" chanté en espagnol avec un guest masculin) ou par exemple pour un "We Are" qui démarre sublimement avant de se morfondre dans les clichés du genre. Ce second opus d’EVOLVENT n’est donc guère destiné qu’aux indécrottables amateurs du Goth/Sympho à chanteuse de base, sans tomber dans l’extrême de « quantité plutôt que qualité » car Whatever Happens reste correct, mais ce genre de disque est déjà-entendu à tous les niveaux et il m’est difficile de saisir l’intérêt d’une telle sortie en 2015, l’âge d’or du genre étant éteint depuis longtemps. Donc s’il reste quelques fans de « true » « Metal à chanteuse » sur VS, essayez EVOLVENT même si son Whatever Happens n’est qu’un disque « de plus », pour les autres fuyez cette galette que d’aucuns traiteront de « Metal ringard à nibards »…




Rédigé par : ZeSnake | 12/20 | Nb de lectures : 7455




Auteur
Commentaire
Titanüs
Membre enregistré
Posté le: 13/10/2015 à 00h11 - (118271)
quelle blague incroyable



Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker