EVERY TIME I DIE - From Parts Unknown (Epitaph) - 21/11/2014 @ 07h34
Petit à petit les mecs d’EVERY TIME I DIE deviennent des vétérans de la scène hardcore au sens large eux qui traînent leur Vans dans le milieu depuis plus de quinze ans. ETID a toujours eu la réputation d’être un groupe festif, fun et bigarré, tête de file, à juste titre, de la scène rock’n’core. Avec « New Junk Aesthtetic » et « Ex Lives » on pouvait penser que le groupe avait tout dit et se dirigeait doucement mais sûrement vers des contrées plus rock’n’roll que vraiment hardcore. Il n’en n’est rien, les types reviennent avec ce leur album le plus direct, le plus efficace et le plus brut. Une demi-heure de screamo hardccore rock’n’roll qui fonce bille en tête et se permet toujours quelques sorties vocales du meilleur acabit. Alors « From Parts Unknown » serait-il le meilleur album du groupe ? Il se pourrait bien que oui.

Titres brefs (beaucoup de morceaux sous les trois minutes) production parfaite pour le style (signée Kurt Ballou « Who Else ? ») et pochette moche de rigueur mais, cette fois, sans rose ce qui est déjà en soi une évolution. ETID font ce qu’ils savent faire mais ils le font bien. Plus frontal et moins funky/catchy/foufou que ses prédécesseurs, « From Parts Unknown » renoue avec les racines hardcore et punk des new-yorkais et sort ses muscles pour montrer qu’on peut porter du rose et en avoir dans le pantalon slim. D’entrée de jeu on se prend de grosses torgnoles hardcore’n’roll dans la face. On ramasse ses gencives car on avait oublié qu’ETID pouvait envoyer du gros de cette façon. Et ce, sans mollir, tout au long du disque, la pression est là. Bien évidemment, on reste en terrain connu, on n’est pas non plus dans de l’agression et de la haine pure, ça reste de la violence façon EVERY TIME I DIE, pas du Kickback ou du Celeste mais tout de même, ça fait toujours son petit effet. Mais s’il n’y avait que de l’agression sonore, on se ferait vite chier, mais bien vite, on retrouve les sorties de routes vocales maîtrisées de Keith Buckley sur un « Decayin’ With The Boys » accrocheur en diable dont les mélodies vocales déglinguées s’insèrent dans le crâne pour un petit moment. Buckley possède vraiment la voix parfaite pour le style, capable d’alterner scream hardcore et chant beaucoup plus varié. Il en fait encore ici la démonstration.

La pièce centrale de « From Parts Unknown » est « Moor », un morceau long, 3’26, c’est très classique mais c’est tout de même le deuxième plus long de l’album ce qui confirme l’immédiateté du reste de l’album, qui débute sur des sonorités piano/voix a la BTBAM ou Thomas Giles, projet solo de Tommy Rogers avant de partir dans un mid-tempo et d’enchaîner dans la violence pure avec une moshpart hyper lourde sur laquelle vient se greffer la voix screamo de Buckley, qui retrouve son grain et son piano du début pour terminer le morceau et boucler la boucle. Ce simple titre prouve qu’ETID est un groupe qu’il faut vraiment prendre au sérieux. Ils connaissant leur musique sur le bout des doigts et, comme Tim Duncan, se bonifient avec le temps, maîtrisant leur jeu et leurs compositions mieux que jamais. Les riffs sont puissants, entêtant, originaux mais tellement classique à la fois. L’ennui ne pointe jamais son nez et les new-yorkais nous surprennent régulièrement au détour de l’un ou l’autre titre. On notera juste une petite sensation de redite sur l’un ou l’autre morceau situé en fin de disque mais « Old Light » et son refrain à la QOTSA ou un « El Dorado » Glassjawien viennent balayer les dernière réticences que l’on pouvait encore avoir. « From Parts Unknown » est un nouvel excellent disque à mettre à l’actif de la bande aux frères Buckley. Le meilleur ? Pour moi oui parce qu’ils ont su à la fois simplifier leur musique, gommer quelques scories superflues, la rendre plus incisive que jamais sans perdre en profondeur ou en originalité. Ensuite la production est meilleure que jamais et « Moor » n’est pas loin d’être le meilleur morceau composé par le groupe tout simplement. EVERY TIME I DIE est toujours bel et bien là et ils ont grave les crocs.



http://everytimeidie.net/ - 369 visite(s)


Rédigé par : Seb On Fire | 15.5/20 | Nb de lectures : 10310




Auteur
Commentaire
JTDP
Membre enregistré
Posté le: 21/11/2014 à 10h22 - (114853)
Habituellement pas vraiment friand de Hardcore, le côté n'roll décrit dans la chronique m'a attiré. Eh bien ma foi la musique du titre en écoute et le clip un brin foufou m'a donné envie d'en savoir plus ! Merci pour la découverte ;-)

ennemi juré
IP:93.14.83.72
Invité
Posté le: 21/11/2014 à 10h48 - (114856)
Toujours aussi bon ce groupe. Mais ce petit dernier, je le trouve un brin en dessous des précédents. 15/20

Zero
Membre enregistré
Posté le: 22/11/2014 à 10h43 - (114894)
...le clip est géant...



Gaahl
Membre enregistré
Posté le: 22/11/2014 à 12h28 - (114900)
Pas mal les chroniques ou on arrive a caser Tim Duncan dedans



MrGuitoune
IP:86.66.183.120
Invité
Posté le: 23/11/2014 à 01h44 - (114908)
entièrement d'accord avec ta chro Seb, c'est un album vraiment géniale ! Je l'adore et continue de l'écouter encore et encore. Après personnellement j'adore tout ce qu'a pu faire le groupe en général donc je le trouve au même niveau néanmoins du fait de sa courte durée amène un côté plus percutant au tout. Bref pour ça serait plutôt 18/30

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker