ETERNAL TORTURE - Lacerate The Global Hate (Noisehead) - 25/02/2014 @ 08h12
On croyait avoir tout vu et entendu en matière de deathcore, et bien non car voilà qu’arrivent les allemands d’Eternal Torture, avec un nom pareil on pourrait s’attendre à du gros death bien bourrin (genre un mélange entre Hate Eternal et Severe Torture) mais hélas il n’en est rien.

Les bavarois qui avaient sorti un premier album en 2011 ont aussi radicalement changé de style, celui-ci étant beaucoup plus dans le death mélodique, et c’est sûr que le changement est total entre ces deux sorties mais pas réussi du tout.

Alors oui on a un son énorme et massif, une production moderne comme il faut pour tout album propre au deathcore à mèches ou non, mais malheureusement si cela servait à gommer le manque de niveau, de technique ou d’inspiration cela se saurait. On peut faire des miracles en studio, les nouvelles technologies permettent de corriger beaucoup d’imperfections mais elles n’arriveront jamais à faire des bons morceaux si ceux-ci sont nazes dès le départ et/ou bien bouffés par des expérimentations totalement improbables.

C'est hélas ce qui arrive tout au long des 10 titres et 36 minutes qui composent cette galette, car si le batteur assure et possède un bagage technique qui a l'air assez intéressant, on ne peut pas en dire autant de ses collègues car du côté de la basse celle-ci est quasi-inaudible (sauf si sur "Hate Prevails" où est tenté un espèce de solo à la Alex Webster dans "Hammer Smashed Face" en nettement moins bon), les guitaristes nous ressortent les mêmes riffs en boucle, simplistes et vite chiants et le chanteur fait ce qu'il peut alternant voix criardes et growl proche d’un porc en train de s’étouffer.

Mais si ça n'était que ça... car le summum est atteint avec "Beautugly", "Never forgive and never forget" et "For the masses" où l'on a droit à du synthé et à des passages expérimentaux proches du dubstep. Le son de ce premier est une catastrophe absolue car tout en reverb' et échos, digne d'une sono de rave-party mal réglée, quant aux seconds ça ne le fait pas du tout et l'on se rend compte que même Korn les a réussi bien mieux ce qui est presque un exploit en soi.

Même si les morceaux sont courts, en moyenne dans les 3 minutes, leur côté linéaire, froid et aseptisé m'a laissé totalement de marbre (ou de glace) et j'ai eu l'impression que l'écoute a duré beaucoup plus longtemps. On peut dire que le groupe porte très bien son nom tant celle-ci nous fait mal et nous torture les oreilles et l'esprit, et je leur conseillerai de supporter plutôt le Bayern Munich (ou le Munich 1860 s'ils sont courageux) ou bien de faire l'animation à la fête de la bière, plutôt que de continuer dans cette voix et d'avoir inventé un nouveau genre : le DolipraneCore.


Rédigé par : GabinEastwood | 08/20 | Nb de lectures : 11333




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker