ESKAPI - Välkommen Till (O)verkligheten (Art of Propaganda) - 31/03/2015 @ 07h50
Attention OVNI. Ne surtout pas se fier à la pochette et encore moins à l’annonce du label qui parle ici de Black metal suicidaire. Eskapi n’est pas un groupe de black metal. Ce n’est même pas un groupe de metal d’ailleurs ou alors simplement dans l’esprit qui anime, parfois, les compos. Eskapi est moins et plus que cela à la fois. Très proche du rock sombre, c’est sur les rivages adoucis et obscurs des derniers Katatonia (quelques maigres accords sur le départ de "Region Skane" par exemple) ou des travaux les plus rock de Lifelover que ce « Välkommen till (o) verkligheten » navigue clairement. Mais ce n’est pas tout ; le projet, étrange en lui-même, flirte encore avec les frontières du trip hop ou de l’électro (le départ et la structure de "Invant Vansinne"), comme le suggère également assez fréquemment le flow du chanteur.

Cette mixture, improbable, très portée sur les mélodies, beaucoup plus sage que la période la plus sage des groupes sus mentionnés, n’en est pas moins intéressante autant qu’elle déroute. Seules certaines ambiances, relativement inquiétantes par instant ("Vargar and Far"), laissent entendre une volonté de se rapprocher du rock sombre dès lors que, la plupart du temps, le flow se rapproche clairement, lui, du phrasé haché propre au rap ou au hip hop, plus parlé que chanté donc, parfois à peine chuchoté.

Car l’essentiel des structures reste relativement minimaliste. Il ne faut pas chercher ici des morceaux très arrangés, de phrasés musicaux chargés en informations diverses. L’essentiel du propos repose sur une architecture très simple, très trip hop encore une fois, où les beats électro discrets servent, paradoxalement, de base même aux titres, jouant tout à la fois le rôle de la rythmique et des leads ("Narkotiska Känslor" ; "Region Skane" ; "Skillnader").

Sans que les morceaux ne soient réellement transcendants en eux-mêmes, il faut avouer que l’ambiance, pour qui s’y laisse prendre de bonne volonté, laisse planer un je-ne-sais quoi d’étrange, de dérangeant. Une atmosphère de fin du monde acceptée, d’inexorable fin intégrée comme inéluctable, presque à accueillir comme une amie ("Region Skane" et ses mélodies douces un brin désespérées, avec ses pleurs en arrière-plan ; "Hejda").

Ce mélange de rock (un peu) et de boucles électro discrètes mais structurantes pouvait être très casse-gueule. Il n’en est rien. La présence d’un ex-Lifelover n’y est sans doute pas totalement étrangère. Le travail sur les mélodies évite l’écueil de la mièvrerie ("Till Dig" et ses très délicates notes de piano qui portent littéralement le titre, accompagnées des murmures du chant) sans dénaturer jamais l’atmosphère générale de l’album. Les beats discrets mais utilisés de manière pertinente et parfaitement mariés à des sons plus rock esquivent le risque de mélange déséquilibré ("Skillnader").

Inclassable, original tout en restant minimaliste, cet album m’a réellement surpris. Délicat dans son approche musicale, travaillé dans ses ambiances, il mérite que vous lui offriez une chance. A réserver cependant aux plus ouverts et curieux d’entre nous.




Rédigé par : Raziel | 14/20 | Nb de lectures : 9098




Auteur
Commentaire
LOL P2
IP:90.30.250.131
Invité
Posté le: 02/04/2015 à 19h24 - (116398)
plus de chronique de ce style sur vs merci serait pas mal


Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker